Cultiver et faire le travail de coordination en tant que pratiquant occidental

Bonjour Maître,
Bonjour compagnons de cultivation,


1ère partie : Obtenir le Fa et devenir un assistant

J’aimerais partager quelques expériences de mes 19 années de cultivation en tant que pratiquant de Falun Dafa occidental et le processus par lequel je suis passé afin de jouer le rôle de coordinateur.


Au printemps 1997, une collègue m’a présenté la pratique du Falun Dafa dans une entreprise de haute technologie de la Silicon Valley. Après lui avoir expliqué que j’étais sur un chemin spirituel et que je ne recherchais pas une carrière comme la plupart des gens de mon âge, elle m’a parlé de la pratique et est revenue quelques jours plus tard avec la version anglaise du "Zhuan Falun". Lorsque j’ai vu la couverture bleu pleine de diagrammes du Falun de grandeurs variées, et que j’ai ouvert le livre pour voir la photo du Maître portant une kasaya orange, j’eu eu le sentiment que c’était quelque chose de spécial, mais je ne savais pas ce que j’allais découvrir. Le Dafa de l’univers !


Après avoir lu le livre plusieurs fois, et réalisé que c’était le chemin que je recherchais, j’ai exprimé mon intérêt à apprendre les exercices également. Elle a fixé une rencontre avec un troisième collègue qui était aussi un pratiquant, et ils m’ont enseigné les cinq exercices. Je ne savais pas du tout que plusieurs années plus tard, tous trois serions des coordinateurs du Fo Xue Hui pour notre région du nord de la Californie. Le plan du Maître pour chacun de nous est vraiment très bien arrangé.


Dans Enseignement du Fa à la Conférence de Fa de la côte Ouest des États-Unis 2015, le Maître dit:

« Je savais que cette affaire serait tellement difficile, c’est pourquoi dans l’histoire j’ai résolu beaucoup de problèmes pour vous disciples de Dafa, je vous ai protégé ainsi vie après vie, veillant sur vous tout du long.»


Ma collègue m’a invité à certaines activités de groupe spéciales qui avaient lieu le week-end suivant. Une grande pratique de groupe a eu lieu au parc Ortega pour célébrer le premier anniversaire du premier enseignement de Fa par le Maître aux États-Unis à Sunnyvale, Californie. Étant donné que le parc était le lieu même de la conférence du Maître, beaucoup de gens ont senti que c’était un endroit spécial. J’ai rencontré beaucoup de pratiquants qui m’ont accueilli sur le chemin de cultivation. Plus tard ce jour-là, nous sommes allés à l’université Stanford où avait lieu un petit Fahui. Tous les partages étaient en chinois et il n’y avait aucune traduction. Alors je me suis simplement assis là et j’ai observé l’environnement. J’avais une bonne impression des pratiquants, et le champ d’énergie semblait très droit, alors j’ai décidé de continuer sur mon chemin de cultivation dans le Falun Dafa, me débarrassant de tous les autres livres spirituels que j’avais dans mon appartement.


Quelques jours plus tard, le Maître a commencé à purifier mon corps avec une énergie propre et puissante. J’ai fait part de mon enthousiasme à propos de mes expériences à ma collègue, et elle a suggéré que nous commencions un groupe d’étude du Fa en anglais afin que je puisse avoir un environnement pour étudier et partager avec mes compagnons de cultivation. Un étudiant diplômé de l’université Stanford a trouvé une salle pour nous sur le campus et nous avons commencé à étudier le Fa en anglais chaque vendredi soir. La majorité du temps, c’était moi et plusieurs autres pratiquants chinois qui étions présents chaque semaine. Après 2-3 mois, un des anciens pratiquants a proposé qu’étant donné que c’était un groupe d’étude en anglais, il serait plus logique d’avoir un anglophone pour animer le groupe, plutôt qu’un pratiquant chinois. J’ai accepté et c’est comme ça que je suis devenu un assistant pour les pratiquants anglophones. C’était un peu gênant de jouer le rôle d’assistant et de se sentir en même temps plutôt comme un nouveau pratiquant. Mais c’est quelque chose qui avait été arrangé pour ma cultivation, alors je devais avancer et endosser ma responsabilité.


La cultivation- pratique à cette époque était relativement simple. Nous pratiquions les exercices chaque matin, allions travailler dans la journée et étudiions le Fa le soir. Et pendant les week-ends, nous allions dans différents parcs et festivals pour faire connaître la pratique dans la société. Je n’étais pas sûr de comment être un bon assistant, alors je lisais le Zhuan Falun de retour chez moi après le travail et je lisais Points essentiels pour avancer de façon diligente chaque soir avant d’aller me coucher. Les petits articles du Maître guidaient ma compréhension du rôle et des responsabilités d’un assistant.


Dans l’article ‘Frapper un grand coup’, de Points essentiels pour avancer avec diligence, le Maître dit :

«Vous ne devez pas toujours vous rendre compte de ce genre de choses seulement quand je vous les indique, en réalité́ tout existe dans la Loi, pourquoi ne lisez-vous pas davantage le livre ? Je suggère que chacun apaise son cœur et lise 10 fois le «Jing Jin Yao Zhi» («Points essentiels pour un avancement diligent») que j’ai écrit et que vous appelez Jing Wen, quand le cœur n’est pas paisible apprendre la Loi ne sert à rien, calmez votre cœur et apprenez-la.»


Les mois passant, plusieurs Occidentaux sont venus et sont partis, étudiant le Fa avec nous les vendredis soirs, ou venant au parc pour apprendre les exercices. Mais à mesure que le temps passait, seulement quelques-uns sont finalement restés pour diverses raisons. Enfin, nous avions un nouveau pratiquant occidental qui était assez sérieux à propos du Falun Dafa, alors j’étais déterminé à l’aider à obtenir le Fa. En raison de son horaire de travail et des arrangements dans sa vie, le seul moment où il pouvait se joindre à nous pour pratiquer était le soir. Alors nous avons commencé un groupe de pratique de 20 h à 22 h le soir, une ou deux fois par semaine. Les pratiquants occidentaux ont chacun une culture unique et différentes conceptions et notions humaines à surmonter, alors c’était important de maintenir un groupe d’étude de Fa régulier où ils se sentiraient les bienvenues et où ils pourraient parler dans leur langue maternelle pour partager leurs compréhensions.


2e partie : sortir pour défendre le Fa et clarifier la vérité

Le 20 juillet 1999, le PCC pervers a commencé à arrêter et persécuter les pratiquants de Falun Dafa en Chine à grande échelle. C’était quelque peu inattendu pour moi, car je n’ai pas grandi dans cette société, alors je ne pouvais pas imaginer comment nos pratiquants pouvaient être perçus comme une menace au gouvernement. Mais peu importe les raisons de cette persécution, nous n’avions pas d’autre choix que de répondre et d’utiliser notre position dans le monde libre pour conscientiser et obtenir le soutien des gens de coeur partout. Beaucoup de pratiquants voyageaient à Washington, DC pour clarifier la vérité au gouvernement américain.


À ce moment, nous avions prévu un Fahui de grande envergure à San Jose le 24 juillet. On nous a dit d’aller de l’avant et de continuer avec nos plans pour la conférence et qu’après les pratiquants pourraient se rendre à Washington, DC s’ils le voulaient. Ce n’était pas un Fahui habituel à San Jose, car le Falun Gong était un sujet d’actualité dans les médias et beaucoup de gens ordinaires, y compris des militants chinois pour la démocratie ont assisté à la conférence pour savoir qui nous étions au juste. Quand la conférence s’est terminée, certains des pratiquants de notre région ont fait des plans pour se rendre à Washington, DC. Je n’étais pas sûr de ce que je devais faire, car ma mère venait d’arriver dans la région de la Baie pour me rendre visite. C’était la première fois qu’elle venait me voir depuis que j’avais quitté la maison à Chicago, cinq ans auparavant. C’était un test pour moi pour voir si je pouvais abandonner mon attachement à la sentimentalité à la famille. Quelques-uns d’entre nous, pratiquants, avons étudié le Fa dans mon appartement et discuté de ce qu’il fallait faire. J’ai décidé que je devais sortir pour défendre le Fa et j’ai réservé un billet d’avion pour Washington, DC sur un vol qui partait seulement quelques heures plus tard.


Dans la conférence quatre du Zhuan Falun, le Maître dit :

«(…) pourquoi un être humain peut-il être un être humain? Précisément parce que les êtres humains ont des émotions. Les êtres humains ne vivent que pour ces émotions: les liens familiaux, l’amour entre un homme et une femme, l’amour filial, l’affection, l’amitié, les égards, tout est affaire de sentimentalité, dans aucun domaine les gens ne parviennent à se séparer de leurs émotions; vouloir faire quelque chose, ne pas vouloir faire quelque chose, être content, ne pas être content, aimer, détester, tout sans exception dans toute la société humaine provient des émotions. Si vous ne vous détachez pas des émotions, vous ne pourrez pas cultiver et pratiquer.»


Dès notre arrivée à DC, nous avons rencontré d’autres coordinateurs qui logeaient dans le même hôtel. On m’a demandé d’aider à coordonner l’ouest des États-Unis, en m’assurant qu’il y avait des pratiquants assignés pour rendre visite à leur bureau à chaque membre du congrès et chaque sénateur représentant notre région. C’était une bonne occasion pour moi de bâtir ma confiance en tant que coordinateur, car je n’ai pas la personnalité d’un leader naturel. C’était probablement la première fois que je voyais des pratiquants se réunir et coopérer inconditionnellement même si beaucoup d’entre nous ne nous connaissions pas avant d’arriver à DC. Nous parlions du fond du cœur au nom du Falun Dafa après avoir bénéficié de la pratique et obtenu une compréhension profonde des principes du Fa.


De retour de Washington, DC, nous avons tiré avantage du fait que la persécution du Falun Gong était couverte par les médias des gens ordinaires. Nous avons organisé des conférences de presse, tenu des manifestations au consulat chinois à San Francisco et avons parlé de la persécution à nos amis, nos familles et collègues. Un pratiquant a proposé que nous organisions des séminaires d’introduction au Falun Dafa pour faire connaître à plus de gens la pratique et expliquer à quel point la persécution n’est pas rationnelle en Chine, car nous cultivons seulement Authenticité-Bienveillance-Tolérance et nous ne sommes pas intéressés par le pouvoir politique. Ce compagnon de cultivation a aidé à organiser des séminaires dans différentes villes partout au nord de la Californie et a mis de la publicité dans les journaux locaux pour informer les gens de notre venue. Mon travail consistait à donner la présentation et à enseigner les exercices après.


Nous avons aussi répondu aux questions des gens parce qu’il était difficile pour les Américains de comprendre comment le PCC pervers pouvait persécuter des membres de la société aussi paisibles. Plusieurs Américains attentionnés ont exprimé des inquiétudes concernant la situation des pratiquants de Falun Gong et ils nous ont souhaité bonne chance.


Plusieurs mois se sont écoulés et nous avons voyagé un peu partout en Californie dans un rayon de 804 km pour donner des séminaires. C’était une grande responsabilité de sauver des gens et en tant que pratiquant, d’abandonner la peur de parler en public et développer un cœur de compassion pour les êtres vivants. En novembre 1999, certains des coordinateurs principaux du Fo Xue Hui sont venus sur la côte ouest au cours des protestations de WTO à Seattle. On m’a demandé de me joindre à l’Association du Falun Dafa de la côte ouest pour aider à coordonner les activités du Falun Dafa dans notre région. Même si je n’étais pas sûr de ce que ce rôle exigerait de moi, c’était encore une fois quelque chose qui était arrangé pour ma cultivation, alors j’ai accepté la responsabilité.


3e partie : Surmonter les épreuves et se joindre à l’équipe des médias

En 2000, nous avons fait certains efforts pour organiser des groupes et communiquer avec les assistants de l’ouest des États-Unis. Nous avons rejoint certains assistants individuellement pour les connaître, et avons fait des téléconférences pour mettre à jour les informations que nous avions sur la situation dans notre région. C’était important que les pratiquants dans chaque endroit suivent de près l’avancement de la rectification de Fa et aident à sauver les êtres avec qui ils avaient une affinité prédestinée, peu importe où ils habitaient. Les états de la région Ouest sont très grands et certains États ont seulement une poignée de pratiquants. Cette situation pose un grand défi pour ces gens lorsqu’ils veulent avoir un environnement de cultivation, bénéficier du soutien d’un grand groupe, comme c’est le cas pour nous en Californie du Nord.


Juste au moment où je commençais à jouer pleinement le rôle d’un coordinateur, j’ai rencontré une très grosse tribulation sur mon chemin de cultivation. Certains pratiquants qui avaient voyagé à Pékin pour valider le Fa ont été jetés en prison et libérés plus tard. Quand ils sont revenus aux États-Unis, ils ont rapporté avec eux un peu de karma physique qui était utilisé par les forces anciennes pour persécuter les pratiquants dans les prisons en Chine. Pour une raison quelconque, j’avais sûrement une faille dans ma cultivation et j’ai commencé à développer des symptômes physiques tout comme ceux développés par les pratiquants en Chine quand ils sont en prison. La tribulation physique est devenue plus sérieuse pendant plusieurs mois et finalement, je n’étais plus capable de continuer à travailler, car mon corps était en si mauvaise santé.


Dans Enseignement du Fa à la Conférence de Fa de la côte Ouest des États-Unis 2015, le Maître dit:

«Les forces anciennes n'osent à présent plus agir directement pour persécuter les disciples de Dafa, aucunes des vies de grande taille assumant une forme n'osent non plus le faire. Alors quelles sont les choses qui agissent actuellement ? Ce sont les bestioles et les bactéries, ce sont tout ce genre de choses pêle-mêle. Émettre la pensée droite est très efficace ! Elles sont détruites sur une grande étendue (…)»


Malheureusement à cette époque-là, le Maître n’avait pas encore enseigné explicitement le Fa sur comment émettre la pensée droite, et je n’avais aucun éveil sur comment agir au cours de ce test difficile. Alors l’épreuve a traîné pendant de nombreux mois et j’ai pris un congé sans solde de mon travail. Je me suis retiré du milieu de cultivation et j’ai juste enduré l’épreuve, pensant que finalement le karma serait éliminé et que les choses s’amélioreraient. C’était une façon très passive de faire face à la tribulation et cela a fait qu’elle a duré plus longtemps qu’elle aurait dû. Même si on ne nous avait pas donné l’outil de l’émission de la pensée droite, j’aurais dû utiliser le pouvoir de l’étude du Fa et les exercices pour éliminer cette chose perverse de mon corps. Mais je ne suis pas resté diligent, donc les choses ne se sont pas améliorées. La solitude et la souffrance que je ressentais pendant cette période fut presque trop à endurer. J’ai perdu confiance en moi en tant que pratiquant. La seule chose qui me permettait de continuer était la lecture de chaque article publié sur Minghui chaque jour. Je me sentais plus proche des pratiquants en Chine qui souffraient durant la persécution.


Au printemps 2001, le Maître a donné une conférence au Fahui du Canada et nous a enseigné comment émettre la pensée droite. J’ai rejoint les compagnons de cultivation au consulat chinois pour émettre la pensée droite globalement à des heures spécifiques. Petit à petit j’ai commencé à cesser d’endurer passivement la tribulation en éliminant cette chose perverse de mon corps d’une façon proactive. J’ai pu rejoindre le milieu de la cultivation et regagner mon état de santé normal. Mais je n’étais plus la même personne après cela. J’avais un sentiment de vide comme si une partie de moi avait été enlevée. J’ai réalisé que la cultivation est sérieuse et que nous devons suivre de près le Fa du Maître quand nous rencontrons des difficultés sur notre chemin.


Durant les années qui ont suivi, il y a eu différents grands changements dans ma vie : je me suis marié, je suis allé à l’université pour avoir un diplôme d’études supérieures et j’ai mis plus d’accent sur ma carrière de personne ordinaire. C’est à ce moment-là que la version anglaise du journal Epoch Times a vu le jour. Quand les pratiquants locaux ont décidé de créer l’édition anglaise d’Epoch Times à San Francisco, le coordinateur du projet m’a demandé de l’aide. J’ai accepté l’emploi et j’ai pris le poste de directeur de la rédaction pour l’édition anglaise d’Epoch Times à San Francisco. Dans le passé c’était toujours les pratiquants chinois qui jouaient les rôles principaux dans différents projets. Maintenant il y avait un moyen pour que les anglophones dirigent leurs propres projets, et à travers ce processus, nous pouvions devenir matures en tant que pratiquants et sauver beaucoup d’êtres en même temps. J’ai chéri cette occasion et j’ai passé les sept années et demie suivantes à travailler continuellement comme éditeur pour la version anglaise d’Epoch Times.


Parfois, en tant que pratiquant occidental, je me sentais comme un étranger, étant donné que plus de 90% des pratiquants de ma région sont d’origine chinoise. C’était difficile de rester concentré et de suivre les progrès de la rectification de Fa. Mais maintenant, avec mon implication dans la version anglaise d’Epoch Times, je peux bien suivre l’avancée de la rectification de Fa à chaque étape. Et parce que notre journal est publié chaque semaine, il n’y a pas beaucoup d’occasions de me relâcher et retomber dans la vie d’une personne ordinaire, nous avons un travail à faire et les lecteurs comptent sur nous.


4e partie : me focaliser à nouveau sur mon rôle d’assistant

En 2011, le coordinateur principal de notre région a reformé notre association locale de Falun Dafa. Avec le développement du Falun Dafa dans la société et la tournée de la compagnie Shen Yun Performing Arts touchant maintenant de plus en plus de villes, plusieurs Associations de Dafa ont été établies dans divers endroits, alors il n’était plus nécessaire de maintenir l’Association de Falun Dafa de la côte ouest des États Unis. Notre nouveau groupe de coordination fut établi à San Francisco et concentre ses efforts à l’amélioration de l’environnement de cultivation en Californie du Nord. On m’a demandé de faire partie de cette nouvelle association, alors j’ai commencé à recentrer mes efforts sur mon rôle d’assistant.


Le Maître donnait des conseils à nos pratiquants locaux, alors nous savions que San Francisco devrait être le point principal pour la clarification de la vérité dans notre région. Nous avons établi un nouveau groupe d’étude du Fa à San Francisco et plusieurs pratiquants sont venus dans notre ville, arrivant de la côte Est, pour appuyer Epoch Times.anglais. Cet été-là, nous avons tenu un Fahui à petite échelle dont la langue principale fut l’anglais. En tant que coordinateur du Fahui, j’ai encouragé tous les pratiquants anglophones à partager des articles et j’ai révisé chaque article et organisé la traduction chinoise. C’était un jour spécial pour nous ; plusieurs d’entre nous sont venus me voir après l’événement et ont mentionné combien ils avaient été touchés par la nature ouverte et honnête des partages des pratiquants anglophones.


Après y avoir pensé pendant plusieurs mois, j’ai décidé qu’il était temps pour moi de remettre ma démission du journal Epoch Times anglais et de me concentrer sur la fonction d’assistant. Ce fut une décision difficile à prendre parce que j’appréciais vraiment de faire partie de l’équipe de média et je savais que nous manquions d’anglophones pouvant servir d’éditeurs. Mais, je me sentais comme si j’avais un pied sur deux bateaux à la fois et que je n’arrivais finalement pas à faire du bon travail dans l’un ou l’autre poste, ni en tant qu’éditeur, ni en tant qu’assistant. J’ai donc soumis ma lettre de démission et ai continué à travailler à l’amélioration de l’environnement de cultivation des pratiquants anglophones.


Un autre temps fort de mon travail d’assistant pendant les dernières années fut lors de la tenue d’un Fahui pour les jeunes disciples de Dafa à San Francisco. Nous sommes entrés en contact avec les élèves de l’Académie des arts Fei Tian de Californie et aussi avec les jeunes disciples locaux. Une fois encore, en tant que coordinateur d’un petit Fahui, j’ai eu la chance d’être impliqué de près dans la révision d’articles de partages et de m’assurer que tout était bien organisé pour la tenue de la conférence. Un thème qui revenait dans plusieurs articles était l’attachement des jeunes disciples aux jeux vidéo, et le fait qu’ils y pensent toujours. Ceci est un avertissement sérieux pour nous les parents de jeunes enfants.


Dans Enseignement de Fa à la Conférence de Fa de San Francisco 2014, le Maître dit :

«Ces jeux vidéo sont vraiment quelque chose de nuisible pour les gens, et pas seulement pour les enfants des disciples de Dafa. Ils sont très séduisants, et ont un effet négatif même sur les gens ordinaires, ils t’empêchent de bien travailler, de bien dormir, de bien te reposer, ils font que tu n'as plus d'affection, que tu ne t'occupes plus de ta famille, si tu es un étudiant tu ne t'intéresses plus à tes études, ils te séduisent à entrer là-dedans, c'est aussi pour détruire l'humanité.»


Ces deux dernières années, nous avons mis plus d’efforts dans l’organisation de notre grand groupe d’étude du Fa chaque samedi soir. Nous donnons la chance à différents assistants et coordinateurs de projet de tenir des discussions après l’étude du Fa. Lors d’une de ces soirées, notre coordinateur principal devait tenir une discussion, mais il a dû quitter la salle à la dernière minute pour s’occuper de quelque chose d’urgent. Il m’a tendu le micro et m’a demandé de m’occuper de l’animation pendant son absence. Même si j’avais déjà animé des discussions de grand groupe auparavant, c’était la première fois que je devais le faire sans m’y être préparé auparavant. Alors, n’ayant pas préparé de sujet de discussion ni organisé des discussions avec d’autres conférenciers, je me suis levé devant plus de 200 personnes et j’ai demandé si quelqu’un avait quelque chose à partager. Tout le monde était très calme, personne ne s’est avancé pour parler. Étant donné que j’avais le micro, j’ai décidé d’ouvrir la conversation et de partager à propos de mes plus grands problèmes. Ce que j’ai partagé venait directement de mon cœur, j’ai parlé de mon attachement à la luxure, un problème que je n’avais pas été capable d’éliminer complètement. J’avais déjà voulu en parler auparavant, mais j’étais inquiet, je ne voulais pas entacher la réputation de l’Association de Dafa et perdre la confiance de mes collègues pratiquants. Mais, à ce moment, j’ai laissé tomber toutes les barrières et ai simplement laissé parler mon cœur. Je suis reconnaissant de me trouver dans un environnement si pur dans lequel nous pouvons nous entraider à dépasser des difficultés comme celles-là.


Il y a environ un an, nous avons décidé de commencer un autre groupe d’étude du Fa à San Jose, en complément au groupe principal de San Francisco. Les deux villes sont situées à environ 95 km (60 miles) l’une de l’autre et nous avions compris que certains pratiquants ne pouvaient pas toujours venir à San Francisco de façon régulière. Le nouveau groupe de San Jose donnerait la chance à ces pratiquants d’avoir un environnement d’étude de Fa en grand groupe et de pouvoir suivre le développement de la rectification de Fa. On m’a demandé de prendre la responsabilité de ce nouveau groupe. Cette nouvelle responsabilité m’a donné une nouvelle opportunité de m’améliorer et d’acquérir plus d’expérience en tant que coordinateur. J’ai dû trouver un endroit pour l’étude de groupe, m’assurer que les frais de location soient payés à temps chaque mois et essayer de maintenir de bonnes relations de travail avec les gens ordinaires à qui appartient le local. J’ai aussi dû assigner une personne à l’animation des discussions chaque semaine. Parfois, les pratiquants essaient d’éviter de relever le défi d’animer la soirée et je dois les encourager jusqu’à ce qu’ils acceptent la tâche. Normalement, ce n’est pas dans mes traits de personnalité de faire ce genre de chose. Plus particulièrement, lorsque je dois assigner l’animation à un pratiquant chinois qui hésite, c’est un peu amusant Par le passé, c’était le contraire, les Occidentaux se faisaient dire quoi faire par les pratiquants chinois. Mais je m’habitue à mon nouveau rôle et de façon générale, je pense que le grand groupe d’étude du Fa de San José a eu un impact positif sur notre région.


En tant qu’assistant, j’essaie toujours de me souvenir d’un des enseignements du Maître qui aide à guider mon attitude et mes comportements en tant que personne responsable.


Dans l’annexe III : ‘Critères pour être moniteurs du Falun Dafa’ dans La Grande voie de l’accomplissement :

«Sur les lieux de la pratique, ils doivent être exigeants envers eux-mêmes et indulgents envers les autres; il faut bien garder le Xinxing, s'entraider et se lier d'amitié avec autrui. »


Aidons les pratiquants dans nos régions à accomplir leur mission et essayons de sauver tous les êtres prédestinés.


Merci Maître !
Merci compagnons de cultivation !


(Présenté à La Conférence 2016 de partage d'expériences de la cultivation de Falun Dafa de New York)


Version anglaise :
Cultivating and Doing Coordination Work as a Western Practitioner

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.