Examiner mon processus de cultivation

Bonjour Maître Li!
Bonjour compagnons de pratique!

J’ai obtenu le Fa en 1996. C’est la première fois que j’écris mon article de partage d’expériences. En l’écrivant, j’ai pu sérieusement organiser ma pensée et examiner tout mon processus de cultivation. Aujourd’hui, je veux partager plusieurs points de mon expérience. Veuillez me corriger s’il y a la moindre erreur.

Opérer une percée dans mon état d’esprit , Briser les chaînes des forces anciennes

Mes débuts dans la cultivation ont été immergés dans la joie d’obtenir le Fa. Nous ne savions pas alors comment émettre la pensée droite. J’avais de l’enthousiasme et de la conviction pour Dafa. Je pensais qu’en pratiquant la cultivation on pouvait échapper à la mort. J’étais fascinée par d’incroyables miracles tels qu’un pratiquant qui a pu librement entrer et sortir de l’acier liquide. Quand j’ai expérimenté dans les faits la question de la vie et de la mort, j’ai réalisé que ceux qui cultivent font face eux aussi au fait de la mort. A l’époque, je pensais qu’à part ces pratiquants qui étaient persécutés à mort, les disciples de Dafa attendraient jusqu’au jour où tous les disciples s’envoleraient dans le ciel et atteindraient la plénitude.


Toutefois, ces bons vieux jours n’ont pas duré longtemps et la souffrance a commencé. Je n’ai pas pu complètement le comprendre quand mes membres de famille sont décédés l’un après l’autre. De la perspective d’un médecin, je n’avais rien fait de mal. De la perspective de la cultivation, je ne les avais pas aidés non plus. Cependant, ma profession est de traiter des patients chaque jour. J’ai soigné d’innombrables patients. Mais je me sentais impuissante envers les membres de ma propre famille. Alors c’est devenu un problème pour moi et cette perplexité a duré longtemps sans que je puisse le comprendre.


Depuis que je connais la douleur de perdre ceux qu’on aime (on peut aussi appeler cela un attachement), je suis devenue extrêmement sensible à la vie et à la maladie. Souvent, des compagnons de pratique me demandaient, “Comment traiter telle ou telle maladie ?” Ma réponse était basée sur mon état de cultivation du moment. Quelquefois, j’étais dans un bon état de cultivation et quelque fois non. Parfois, je pouvais l’expliquer du point de vue du Fa et parfois non. Je me sentais piégée dans une situation embarrassante. Chaque fois que je pensais à mes parents, je disais à ces pratiquants qui posaient la question concernant la maladie d’aller à l’hôpital, parce que qui cultive a besoin d’un corps humain. Un pratiquant peut abandonner son attachement tout en cultivant. En fait la raison pour laquelle je donnais ces réponses était que j’étais moi-même encore dans les contradictions et la confusion.


Ces quelques dernières années, j’ai lu des articles d’expérience de pratiquants qui parlaient des nombreux miracles qui leur étaient arrivés. Un cas était celui d’un pratiquant sur la table d’opération avant une chirurgie, le médecin a découvert que sa tumeur avait disparu sans traitement medical. Un autre cas était celui d’un compagnon de pratique avec de très fortes pensées droites qui n’a pas accepté l’arrangement des forces anciennes. Maintenant ce compagnon de pratique est toujours vivant. Un autre cas incroyable était celui d’un pratiquant que je connais qui a eu un accident de voiture et a fini avec plusieurs fractures osseuses, et même son système nerveux central atteint. Cependant après 48 heures, cette personne est sortie en chancelant de l’hôpital ce qui a laissé les médecins et les infirmières interloqués. Ce pratiquant a complètement récupéré à présent. Il y a beaucoup de cas semblables sans que j’aie besoin de les énumérer tous ici.


La cultivation pratique nécessite qu’on essaie de comprendre sa signification. J’ai peu à peu compris cela à travers une étude graduelle du Fa. Le Maître a spécialement souligné que nous devrions étudier le Fa et fortifier notre conscience principale. Alors, pourquoi ceux qui cultivent ont ils quand même des maladies ? En réalité, le Maître a retiré la cause des maladies lorsque nous avons commencé la cultivation. Le Maître a déjà fondamentalement purifié notre corps nous permettant d’être sans maladie, et donc nous pouvons pratiquer la cultivation depuis un haut niveau dès le début. Mais pourquoi par la suite, certains pratiquants ont-ils quand même autant de symptômes de maladie ? En fait, le Maître nous a déjà dit qu’à part le karma et les interférences, il y a encore de nombreuses raisons inconnues. Le Maître nous a dit de regarder à l’intérieur lorsque nous rencontrons des tribulations. En traitant chaque petite chose dans notre vie quotidienne, notre esprit et notre corps physique doivent faire un choix sur la base de notre statut de cultivation. Si nous avons trop d’attachements humains, nous pourrions abandonner l’attachement à la renommée, et ensuite nous occuper de l’attachement à rechercher la fortune. Autrement dit, nous pratiquerons la cultivation tout en cherchant en même temps à obtenir quelque chose. Lorsque nous recherchons quelque chose, nous nous créons en fait des ennuis à nous-mêmes et alors nous serons en train de créer du karma pour nous-mêmes. Si nous ne pouvons toujours pas le saisir, la tribulation continue et elle empirera. Nous serons trop fatigués pour respirer ou lever la tête. Le Maître nous a dit d’émettre la pensée droite et de la détruire.


Nous devrions toujours nous souvenir que nous sommes en train de cultiver. Nous avons ce corps humain qui a des traits faciaux, des organes internes, des membres, et d’autres structures qui sont en correspondance avec l’univers. Le champ de l’élixir dans le bas de notre abdomen, la glande pinéale dans le cerveau, le point d’acupuncture Baihui, les orbites macro et micro-cosmiques, le qi et le sang, le positif et le négatif, etc., tout cela sont les facteurs basiques qui nous permettront de cultiver d’un être humain en un être divin. Tant que nous croyons véritablement dans notre Maître et dans le Fa, étudions bien le Fa, et apprenons comment regarder à l’intérieur, améliorons notre nature de l’esprit, suivons honnêtement les exigences du Maître, et faisons bien les trois choses, nous serons capables d’accomplir notre but. “Le Fa peut briser tous les attachements, le Fa peut briser toutes les perversités, le Fa peut briser tous les mensonges, le Fa peut affermir la pensée droite. "


Le Maître nous a repêchés de l’enfer. Mais dans le processus de cultivation de la rectification de Fa, nous disciples de Dafa nous cultivons nous-mêmes d’un être humain à un être divin et nous devons passer le test de la “mort”, bien que chaque individu aura un test different. La clé est si nous pouvons abandonner la mentalité humaine. En faisant face au test de la vie et de la mort, que nous croyions vraiment ou non en notre Maître et dans le Fa, tant que nous n’avons pas le concept d’avoir peur de la mort, ce sera la vie et alors nous serons capables de devenir un être divin.


Le Maître a dit dans Enseignement du Fa à la conférence internationale de Mahnattan en 2005 : " Le but d'un pratiquant est de quitter ce monde et d'atteindre la plénitude parfaite de son être. Lorsqu'il est attaché à n'importe quels perte, gain ou intérêt de ce monde, il ne peut pas atteindre la plénitude parfaite. Car lorsqu'un pratiquant cultive et pratique dans ce monde, il doit se débarrasser de toutes sortes de cœurs auxquels les gens ordinaires s'attachent, seulement ainsi il pourra devenir un être divin. Sinon, n'importe quel cœur ou n'importe quel facteur qui vous attache devient un verrou qui vous bloque et vous empêche de partir. "


Comment être un bon coordinateur ?

Les pratiquants des Associations de Dafa ne sont pas nécessairement ces personnes qui ont bien cultivé. Mais je pense que ces pratiquants devraient et doivent bien cultiver. Puisque nous sommes dans cette position, le Maître a de plus hautes exigences envers nous comparé aux exigences pour le reste des pratiquants. Si nous avons trop d’attachements à la mentalité et à l’état d’esprit humain, nous ne serons pas capables de solidement et complètement suivre les exigences du Maître, de transmettre les instructions du Maître et de faire ces choses que le Maître veut que nous fassions. Dans notre cultivation pratique, nous guidons les compagnons de pratique à être diligents et à s’améliorer ensemble. En fait nous avons des responsabilités.


Rien n’est accidentel dans la cultivation pratique. J’ai été impressionné par l’évènement suivant : Il y a quelques années, après le défilé, certains pratiquants d’un autre pays se sont alignés en une longue file. Dans les rues bondées de New-York, ils marchaient l’un derrière l’autre. Chacun suivait de près le pratiquant qui marchait juste devant lui, et en même temps, chacun d’entre eux disait à la personne derrière de le suivre de près et d’essayer de ne pas se perdre. La première personne dans la file était une pratiquante tenant un petit drapeau jaune. Elle ouvrait le chemin en suivant un pratiquant dont elle pensait qu’il connaissait la direction, je lui ai demandé curieuse : “Où allez-vous ?” Elle m’a dit l’endroit où ils allaient. J’ai demandé : “Savez-vous comment y aller ?” Elle a répondu “Pas si sûr. C’est probablement dans cette direction. La direction ne devrait pas être trop mauvaise. Nous y allons et nous verrons.” J’ai eu un choc en entendant cela. J’ai alors demandé : Comment pouvez-vous conduire une si grande file de gens et continuer à marcher sans hésitation alors que vous n’êtes pas exactement sûre de la direction ? Sans compter que vous pouvez emmener un si grand groupe de gens dans la mauvaise voie et perdre le temps de tout le monde ? Si vous prenez le mauvais chemin, comment expliquerez-vous à ce groupe de gens qui sont d’un autre endroit qu’ils doivent vous faire à cent pour cent confiance ? Ils vous ont suivie parce qu’ils avaient peur de prendre un mauvais chemin.” Elle a répondu dédaigneusement : “Qu’y a -t-il de mal à cela ? Est-ce une grosse affaire si nous prenons un chemin pas tout à fait juste. J’étais interloquée.


Cet évènement m’a fait longtemps réfléchir. Je me rappelle souvent à moi-même chaque fois avant un grand évènement que je dois m’assurer de connaître les directions. Le plus souvent j’étudie bien le Fa. Ainsi je serai capable de comprendre ce que le Maître veut que je fasse et comment le faire, et comment atteindre l’exigence du Maître. Mais bien des fois je me suis sentie comme une personne tenant un petit drapeau jaune, je connaissais ma direction, mais ceux qui me suivaient n’étaient pas un groupe de personnes aussi obéissantes. Parfois, avant que nous commencions notre trajet, certains demandaient si nous nous dirigions dans la bonne direction.


Dans des circonstances normales, je pouvais garder confiance. Cependant, lorsque nous avons pour la première fois aidé aux représentations de Shen Yun, je suis devenue à nouveau cette personne tenant un petit drapeau jaune et n’ayant aucune idée de la direction et continuant cependant à avancer, en suivant une personne dont je pensais qu’elle devait avoir un meilleur sens de l’orientation que moi, parce que c’était un territoire qui ne m’était pas du tout familier.


Je n’ai jamais pleinement compris les nombres. Depuis que j’étais à l’école élémentaire, j'étais si mauvaise en math que je devais suivre des cours particuliers. En voyant des nombres, j’étais dans la confusion. Alors je demandais à quelqu’un d’autre son aide. Je travaillais à négocier des publicités pour les médias. Sans parler de choses comme avoir affaire aux clients et négocier le prix, du seul fait de me retrouver face à une grande pile de formulaires et de propositions, Je ne pouvais plus continuer. De plus je n’avais pas de fermes pensées droites, après quelques années à essayer de gérer ces choses, quelquefois je faisais bien et d’autres non. Je ne pouvais pas me représenter comment nous avions bien fait, ou là où était l’erreur. Je suivais ceux dont je pensais qu’ils connaissaient le chemin et imitais leurs façons. En regardant en arrière ce par quoi nous sommes passés et en y repensant, j’ai senti que j’avais une si mauvaise compréhension, ai retardé le salut des êtres par le Maître, et je me suis sentie indigne de la confiance du Maître.


Le Maître a dit dans l’Enseignement du Fa à Manhattan :
" C'est l'état que vous devriez avoir et c'est ce que vous devez atteindre, car vous n'êtes pas des personnes ordinaires et vous devez sortir de l'homme ordinaire. Vous ne pouvez pas avoir envers vous des exigences de personnes ordinaires, vous devez avoir envers vous des exigences avec des critères élevés. Donc, vous devez absolument arriver à faire ainsi. " Je me suis demandée quel était le critère de haut niveau. C’est le désintéressement et l’altruisme. En fait mon problème était que j’étais égoïste et uniquement focalisée sur moi-même parce que profondément dans mon cœur je voulais éviter de me confronter à ces ennuis. Tant que je pensais devoir faire face à quelque chose que je n’avais jamais fait auparavant, cela nécessitait aussi que j’apprenne quelque chose dans lequel je n’étais pas bonne, et j’avais aussi l’opportunité que tout le monde connaisse cela, je devenais presque paralysée. C’était un test douloureux pour moi. Finalement à travers l’étude du Fa, le Maître m’a aidé à déverrouillé le casse-tête dans mon cœur.


J’ai commencé à apprendre petit à petit. Au moins les dernières fois dans la promotion de Shen Yun, j’ai pu prévoir comment utiliser l’argent, comment économiser de l’argent et puis comment gagner de l’argent. Maintenant je n’agirai plus comme cette compagne de pratique qui tenait un petit drapeau jaune et ne connaissait pas la direction. J’utiliserai mon esprit pour réfléchir à des façons de résoudre le problème, et utiliserai les pensées droits pour conduire les pratiquants que le Maître m’a confiés.


Durant cette année en accueillant le spectacle Shen Yun, avec la protection du Maître, le Maître m’a guidée à ces personnes qui connaissent le chemin et nous avons suivi. Nous avons vraiment atteint le statut où il est difficile d’obtenir un billet. Voyant le théâtre rempli, et chaque visage semblant attendre quelque chose, j’ai compris davantage la véritable signification des mots du Maître que chaque place est parfaitement arrangée. Notre tâche et d’amener les gens à venir voir le spectacle.


En nous cultivant nous-mêmes dans la période de rectification du Fa, j’ai essayé de jouer le rôle de coordinateur et de bien coordonner parmi les disciples de Dafa. Le Maître nous a confiés ces compagnons de pratique. Avant tout, ce sont des pratiquants. Ils ont leur propre royaume et leur propre univers. Ils doivent accomplir les serments préhistoriques qu’ils ont fait à notre Maître. Ils ont leur propre mission. Nous devrions les amener à s’accomplir, les sauvegarder, et même nous sacrifier nous-mêmes pour les aider.


La rectification de Fa est arrivée jusque là. En fait notre plus grand obstacle est nous-mêmes. C’est parce que nous ne pouvons pas renoncer à nous-mêmes. Nous aimons chercher un équilibre et tendons à solliciter ces pratiquants qui sont obéissants, où à ces pratiquants qui disent du bien de nous. Afin d’accomplir nos taches et de réussir, nous tendons à utiliser la mentalité humaine pour réfléchir à comment résoudre une question. Nous nous focalisons sur le fait de faire des choses et oublions de nous cultiver nous-mêmes. Après avoir achevé une tâche, en surface nous remercions chacun pour son aide. En réalité, nous sommes satisfaits de nous-mêmes et avons oublié que la raison pour laquelle nous avons réussi était que nous avions un corps uni entier. C’était en raison de ces compagnons de pratique qui se taisaient ou n’avaient l’air ni beaux ni élégants d’une certaine façon, où que nous pensions peut-être pas suffisamment bons pour que nous les remarquions. Nous devons chérir cela parce que c’était la compassion du Maître et la destinée que Dafa nous a donnée.


Depuis 1999 et le début de la persécution des disciples de Dafa à maintenant, 17 ans ont passé. La persécution continue. Chaque jour, des compagnons de pratique font encore face au danger d’être arrêtés et perdent leur liberté. Nous sommes tous les disciples du Maître. Nous avons le même Maître. Pourquoi n’avons-nous pas la motivation d’être diligents dans la cultivation pratique ? Pourquoi n’avons nous plus cet enthousiasme que nous avions quand nous avons obtenu le Fa ?


Je sais que je suis encore loin derrière comparée à ces compagnons de pratique qui cultivent bien, et qu’il y a encore une grande distance pour atteindre les exigences du Maître. J’ai honte de moi-même lorsque je pense à cela. Toutefois j’ai hâte et j’espère véritablement bien me cultiver moi-même afin que le Maître soit satisfait de ma cultivation. Mais je sais que ce n’est pas vrai. Parce que je sais que maintenir une chose aussi superficielle qui ne correspond pas aux faits ni au cœur n’aidera ni moi ni les autres. Peut-être que cela me rendra encore plus fatiguée.


Je veux juste partager un peu de mes expériences personnelles dans ma cultivation. Il y a beaucoup de choses dont je veux et peux parler. Nous avons commencé la cultivation pratique lorsque nous étions pleins de karma et remplis de notions humaines et de luxure. Depuis le temps où nous avons commencé à apprendre à être une bonne personne, comment être un pratiquant de Dafa, un disciple de Dafa, à maintenant en tant que disciple de Dafa de la période de rectification du Fa, tout du long, nous avons eu la bienveillante protection, tutelle et attention du Maître. Le Maître a supporté nos pêchés pour nous et nous avons été capables d’arriver jusqu’à aujourd’hui. Si nous ne sommes pas diligents dans notre cultivation pratique, nous le regretterons et ne serons pas dignes de notre vénéré Maître.


Le Maître a dit : “Ce temps ne sera pas long, mais il permet de forger et tremper la vertu majestueuse des éveillés grandioses, bouddhas, taos et divinités de différents niveaux jusqu'aux seigneurs de différents niveaux, il peut aussi faire qu'un pratiquant qui se relâche lui-même se ruine en un clin d'œil depuis un niveau déjà extrêmement élevé."


Ce n’est qu’en renonçant à nous-mêmes, en nous ajustant nous-mêmes dans la période de la rectification de Fa, en nous coordonnant mutuellement comme un corps entier, en travaillant inconditionnellement à ces taches que le Maître nous a confiées, en parvenant au critère du Fa juste, en harmonisant ce que veut le Maître, en sortant de la mentalité humaine, en avançant vers la divinité, que nous serons alors capables d’atteindre la plénitude véritable


Veuillez avoir la bonté de me corriger si nécessaire


Merci Maître ,
Merci compagnons de pratique


(Présenté à la Conférence 2016 de partage d'expériences de la cultivation de Falun Dafa de New York )

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.