Soupçonné d'implication dans le commerce illicite d'organes, le directeur de l'École de médecine de la province chinoise du Guangdong inculpé

Jiang Wenfu, ancien directeur de l’École de médecine du Guangdong a été démis de ses fonctions en janvier 2016 pour présumées "graves violations de la discipline". Selon les médias officiels chinois, une enquête sur ses activités a été mandatée en février.


Les pratiquants de Falun Gong ont révélé que Jiang Wenfu suivait de près la politique de persécution du Parti communiste chinois (PCC) à leur encontre. Deux écoles de médecine qu'il dirigeait auparavant étaient profondément impliquées dans la récolte et le commerce d’organes.


Jiang Wenfu était le chef du Comité du PCC à l'Université de médecine du sud (l'ancienne Première université de médecine militaire) de 2004 à 2007. Il a également été chef du comité du PCC à l' École de médecine du Guangdong à partir de 2010 jusqu'à ce qu'il soit démis de ses fonctions en janvier 2016.


Le prélèvement d'organes sanctionné par l’État sur des pratiquants de Falun Gong, a été exposé pour la première fois en 2006. Des preuves croissantes indiquent que les institutions médicales dans 221 villes chinoises de 22 provinces et cinq régions autonomes ont été profondément impliquées. Ce prélèvement d’organes non-consensuel n’est qu’une des façons dont les pratiquants de Falun Gong sont persécutés en Chine. Le site Minghui a publié plusieurs rapports sur le rôle que les deux écoles de médecine susmentionnées ont joué.


Plus de 20 personnes provenant de trois hôpitaux associés à l'Université de médecine du sud sont estimées être impliquées dans le prélèvement d'organes.


Zhou Jie, le chef du département de chirurgie hépatobiliaire à l'Hôpital du sud a effectué 200 chirurgies de transplantation de foie depuis 2004, et Lin Minzhuan, chef du centre de transplantation d’organes de Zhujiang au sein de la première Université de médecine militaire, a quant à lui réalisé près de 2000 greffes de rein.


Les hôpitaux associés à l’Université de médecine du sud ont effectué 6900 greffes de reins jusqu'en juillet 2009. Les sources de ces organes sont suspectes.


D'après Peng Xuemei, anesthésiste à l’Hôpital chinois d’outre-mer de Guangzhou, les organes utilisés pour les transplantations effectuées dans son hôpital sont issus de sources multiples.


" Beaucoup de reins proviennent de l'Hôpital du Sud. Ils nous ont dit qu'il existe des "filières" pour obtenir ces organes, mais qu'ils ne peuvent pas nous donner les détails, parce qu'ils sont secrets. Vous ne pouvez pas en parler en public", a déclaré Peng.


L'Hôpital du sud est le Premier hôpital associé de l'Université de médecine du sud.


Les professeurs retraités de l’Université de médecine du sud ont également guidé les chirurgies de transplantation d'organes dans de petits hôpitaux locaux.


Par exemple, avec leur aide, l'Hôpital du peuple de Taiping dans la ville de Dongguan, a effectué plus de 1000 greffes de rein. Au cours des seuls trois premiers mois de 2006, ils ont dirigé 300 de telles opérations .


Six hôpitaux associés à l'École de médecine du Guangdong seraient également impliqués dans le prélèvement d'organes, selon les rapports de Minghui.


En tant que responsable de ces institutions, Jiang Wenfu aurait supervisé et dirigé les prélèvements et transplantations d'organes menés à l'Université de médecine du sud et à l'École de médecine du Guangdong. On s’attend à de plus amples révélations à mesure de l’avancée des enquêtes.

Version chinoise :
涉嫌谋杀-广东医学院江文富被调查

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.