Une femme du Shandong décède dans des circonstances suspectes; la police déclare la mort naturelle et incinère son corps de force

Dix semaines après qu’une femme de 45 ans soit décédée dans des circonstances suspectes dans un centre de détention, la police locale a emmené son corps de la morgue sans que sa famille le sache et l’a incinéré quelques heures plus tard.


Mme Sun Xiuju était une pratiquante de Falun Gong du village de Tengzhuang, canton de Wucheng, province du Shandong. Elle a été arrêtée le 22 octobre 2015 après avoir déposé une action en justice contre l’ancien dictateur chinois, Jiang Zemin pour avoir initié la persécution de Falun Gong.

Mme Sun Xiuju

La veille de la date prévue de sa libération, elle a été convoquée dans le bureau des gardes du centre de détention du canton de Wucheng pour signer des documents. Plusieurs témoins ont, plus tard confirmé que ce soir-là, Mme Sun, une femme en très bonne santé, a soudain montré les symptômes d’une attaque. Elle est décédée le lendemain matin à 08 heures, le 4 novembre 2015.


La famille de Mme Sun a soupçonné un acte criminel et demandé une enquête exhaustive. Le département local de police et le centre de détention, cependant, ont affirmé qu’elle était décédée de causes naturelles. Alors que la partie de bras de fer entre la famille et les autorités, continuait le corps de Mme Sun est resté à la morgue de l’hôpital local.


Durant ce temps, la police a œuvré pour intimider les témoins afin qu’ils fassent de fausses déclarations au sujet de ce dont ils ont été témoins concernant Mme Sun, ce soir-là.


La famille de Mme Sun a finalement cédé aux menaces de la police début janvier et signé son certificat de décès, affirmant que sa mort était naturelle.


La police a appelé le fils de Mme Sun aux alentours de 09 heures, le 13 janvier, l’informant qu’il était prévu que le corps de sa mère soit incinéré cet après-midi là, à 14 h30 .


Choqué par ce qu’il a entendu, le fils s’est précipité à l’hôpital, seulement pour apprendre des nouvelles encore plus choquantes—Li Dongsheng (directeur du centre de détention du canton de Wucheng) avait ordonné que le corps soit transféré au crématorium. Le fils n’était pas certain si Li l’ait fait avant ou après l’appel téléphonique.


Dés que le fils et deux de ses proches sont arrivés au crematorium, ils ont été entourés par plusieurs dizaines d'agents de la police armée. Lorsque le fils a refusé de signer les documents de la crémation, la police l’a détenu. Incapable de faire quoi que ce soit pour changer la situation, le jeune homme de 21 ans a cédé. Les membres de la famille ont pris des photos de ce qui s’est passé, mais ont été rapidement contraints par la police d’effacer les images.


Le fils de Mme Sun ne s’est pas vu remettre les cendres après la crémation.


Version chinoise :
德州孙秀菊被迫害致死 百名警察抢遗体强行火化

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.