Huit avocats bravent d'éventuels passages à tabac pour défendre des pratiquants de Falun Gong en Chine


Neuf mois après que quatre avocats chinois ont été détenus et brutalement battus par la police pour avoir essayé de défendre des pratiquants de Falun Gong détenus à Jiansanjiang, province septentrionale chinoise du Heilongjiang, huit autres avocats ont défié mercredi (17 décembre) un cordon de police autour du tribunal afin de défendre des pratiquants de Falun Gong.


Le 20 mars dernier, les avocats Tang Jitian, Jiang Tianyong, Wang Cheng, et Zhang Junjie avaient été détenus par la police de Jiansanjiang suite à leur tentative d’offrir une aide juridique à trois pratiquants de Falun Gong envoyés à une session de lavage de cerveau. Les avocats ont été torturés lors de leur détention, avec pour résultat 24 côtes cassées et autres blessures.


Au même moment, sept autres pratiquants de Falun Gong qui réclamaient pacifiquement la libération de pratiquants de Falun Gong devant le commissariat de Jiansanjiang, ont également été arrêtées. Quatre d’entre eux ont été inculpés sous l’Article 100 du code pénal chinois, une mesure souvent utilisée depuis 1999 pour arrêter les pratiquants de Falun Gong pour leurs convictions.


En juillet 1999, le chef du Parti communiste chinois (PCC) d’alors, Jiang Zemin, a lancé une campagne visant à éradiquer le Falun Gong. Le nombre sans cesse croissant de personnes embrassant la pratique spirituelle a effrayé Jiang, qui l’a vu comme une menace au pouvoir du PCC.


Le 17 décembre, un lourd dispositif de sécurité entourait le tribunal Qianjin de Jiansanjiang. La voiture transportant cinq des avocats venus pour défendre les pratiquants de Falun Gong détenus a été arrêtée par la police après que des agents aient vu les licences des avocats. La police a retenu la voiture et les avocats pour une " opération illégale", selon l’un des avocats, Lin Qilei.


“[Alors] nous avons essayé de prendre un bus, mais la police a dit au conducteur du bus de ne pas nous laisser monter,” a déclaré Lin à Epoch Times au téléphone.


Après avoir été retenus pendant près d’une heure par une température de – 22 degrés, les cinq avocats ont réussi à monter dans deux taxis, pour finir par arriver au tribunal, ont raconté les avocats.


Après la conférence d’avant-procès le matin, la séance a commencé à 13h, progressant lentement en raison de multiples ajournements de la cour, les avocats de la défense contestant les questions de procédure.


Un des justiciables, Shi Mengwen ne portait qu’un vêtement non doublé et des chaussons par des températures aussi rigoureuses, le centre de détention lui ayant refusé de porter un gros manteau, a raconté l’avocat Wang Quanzhang à Epoch Times. " C’est incroyable !... Nous autres [avocats] sentions le froid avec de gros manteaux rembourrés de coton. Le centre de détention de Jiansanjiang n’a aucune humanité ! "


Après qu’il ait protesté plusieurs fois, la cour a finalement fourni un manteau à Shi, a déclaré l’avocat Wang.


La cour a décidé de poursuivre le procès le 18 décembre.


Les actions des avocats défendant des pratiquants de Falun Gong à Jiansanjiang, ont largement attiré respect et soutien de la part aussi bien des avocats que de la société chinoise. "Le cercle des avocats n’a pas cédé," a commenté l’avocat Li Fangping sur le média social Weibo.


Un autre avocat chinois Liu Jinxiang a déclaré : " Quel que soit le froid et l’obscurité, le combat ne s’arrêtera ! Le procès de Jiansanjiang aujourd’hui sera assurément consigné dans l’histoire ! "


Un des quatre avocats torturés dans le commissariat de Jiansanjiang au mois de mars, Tang Jitian, a appelé à l’attention internationale concernant la question des droits humains en Chine. " Si de tels problèmes ne peuvent être arrêtés, je pense que l’incidence négative affectera la norme de droits de l’homme dans le monde entier " déclaré Tang à Epoch Times.

Eight Lawyers Brave Possible Beatings to Defend Falun Gong Practitioners in China

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.