Une audition parlementaire canadienne dit non au prélèvement d'organes en Chine

“Personne ne peut sérieusement douter de la nature du problème, ni de la taille du problème. Ce que nous appelons le déni plausible a maintenant disparu", a déclaré Scott Reid, président du sous-comité des droits de l'homme du Parlement canadien lors d'une audition le 21 octobre.


Le député libéral (MP), Irwin Cotler, a souligné que le prélèvement d'organes en Chine est sanctionné par l'État et que ce sont "des crimes contre l'humanité contre les plus vulnérables dans la société chinoise. "


M. Cotler a déclaré qu'une approche à plusieurs volets, comprenant la législation et la sensibilisation du public, serait nécessaire pour arrêter le crime : "Si nous n'agissons pas, nous devenons complices dans cette criminalité, et donc il y a une responsabilité sur nous en tant que parlementaires, en tant que gouvernement et en tant que société civile de tenir la Chine responsable."


L'audition au Parlement canadien à Ottawa était accueillie par M. Scott Reid. Sept députés supplémentaires ont assisté à l'événement. Le Dr Damon Noto, représentant de DAFOH (Médecins contre le prélèvement forcé d'organes), et le journaliste Ethan Gutmann ont témoigné.


" Le témoignage d'aujourd'hui était en quelque sorte un point de basculement en termes de notre prise de conscience s’agissant du prélèvement d'organes en Chine", a déclaré le député Tyrone Benskin. Il a dit que le prélèvement d'organes, bien que difficile à accepter au début, n'était plus en doute. La question est maintenant ce qu'il faut faire à ce sujet. Le Canada pourrait immédiatement faire cesser le tourisme d'organes et empêcher les Canadiens de se rendre en Chine pour des organes, a-t-il dit.


Le député Wayne Marston a dit avoir acquis une connaissance approfondie sur le sujet après avoir écouté les pratiquants de Falun Gong et rencontré deux experts en la matière: l'avocat des droits de l'homme David Matas et l'ancien diplomate canadien David Kilgour. " Je suis vraiment content de votre témoignage ici aujourd'hui parce que c'est un niveau supplémentaire à tout ce qui est déjà compris, c’est si important ", a-t-il dit.


Huit députés ont assisté à l'audition parlementaire à propos du prélèvement d'organes approuvé par l'état en Chine..

Le journaliste Ethan Gutmann (à droite) et le Dr Damon Noto (à gauche), représentant de DAFOH, discutent avec le député Scott Reid, président du sous-comité des droits de l'homme du Parlement canadien.

Le journaliste Ethan Gutmann (au centre) et le Dr Damon Noto (à droite), représentant de DAFOH, discutent avec le député Tyrone Benskin.


Les pratiquants de Falun Gong sont la cible principale

Selon le Dr Noto, le nombre de transplantations d'organes en Chine a monté en flèche allant de quelques centaines par an en 1999 à plusieurs milliers en 2004. La même chose s'est produite pour les centres de transplantation. Les hôpitaux chinois font des publicités pour les greffes garantissant des organes compatibles en l’affaire de deux semaines, et les rendez-vous pour les opérations peuvent être pris à l'avance.


Certains hôpitaux ont même vanté "des résultats supérieurs" et que les tests peuvent être effectués sur les "donneurs" avant le retrait des organes, a déclaré le Dr Noto.


Il a dit que le nombre de prisonniers condamnés à mort, allant de 2000 à 5000 chaque année, ne pouvait pas expliquer la source considérable d'organes en Chine. La seule possibilité est qu’il y existe un réservoir d'organes. Une prépondérance de la preuve pointe le fait que les pratiquants de Falun Gong, connus pour leur bonne santé et leurs habitudes de vie saines, sont la cible principale. La persécution du Falun Gong à l'échelle nationale a permis aux coupables de commettre le crime, sans avoir à faire face aux conséquences juridiques.


M. Gutmann a également partagé ses résultats publiés dans son dernier livre The Slaughter. Il a dit que, les fonctionnaires récemment limogés du PCC, parmi lesquels Bo Xilai et Wang Lijun, avaient été impliqués dans ce crime, qui se poursuit aujourd'hui.


Les députés David Sweet, Nina Grewal, Gary Ralph Schellenberger, et Judy Sgro assistaient également à l'audition.


Version anglaise :
Canadian Parliamentary Hearing Says No to Organ Harvesting in China

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.