Chine- La police prend illégalement des échantillons de sang et les empreintes digitales de pratiquants

Le prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong a été rendu public il y a plus de dix ans et le régime du Parti communiste chinois (PCC) niait encore que de telles activités aient lieu. Toutefois, quantité d’indications que ces atrocités se poursuivent ont été mises à jour et partagées avec le monde.


Par exemple, la police est allée aux domiciles de pratiquants, ils ont prélevé du sang et pris leurs empreintes digitales contre leur grès et sans donner d’explication. Même un pratiquant de 80 ans n'a pas été laissé tranquille. Dans certains cas, les policiers ont manqué quelques s pratiquants, alors ils ont prélevé le sang de leurs membres de famille..


Des cas similaires ont été signalés dans de nombreuses localités de la Chine cette année. Le site Minghui a rapporté de tels incidents, principalement dans les provinces du Guizhou et du Liaoning. Certains agents ont affirmé que les ordres venaient d’en haut.


Dans la ville de Duyun, province du Guizhou, la police et les autorités locales ont prélevé des échantillons de sang et les empreintes digitales de plusieurs dizaines de pratiquants de Falun Gong depuis mars de cette année. Ils ont harcelé à plusieurs reprises les pratiquants et les ont trompés avec toutes sortes de manigances.


Mme Chen Dingyuan, la soixantaine, est une pratiquante vivant dans la ville de Duyun. Les policiers se sont rendus à son domicile à plusieurs reprises entre avril et juillet de cette année. Ils ont essayé de lui faire donner un échantillon de sang. Mme Chen a rejeté leurs demandes et leur a explicitement dit qu'ils persécutaient les pratiquants.


La police attaque une pratiquante pour obtenir un échantillon de sang

Mme Chen faisait une sieste vers 13 heures, le 13 août, quand une femme a frappé à la porte et demandé à la voir. Son mari a ouvert croyant qu'il s'agissait d'une voisine. Sitôt la porte ouverte, une huitième de policiers armés jusqu’aux dents se sont engouffrés à l’intérieur.


Qin Xiaochun, directeur de la Division de sécurité intérieure des Services de police de Duyun, et Xiang Guo, secrétaire du Comité des affaires politiques et légales de la ville de Xiaoweizhai dirigeaient le groupe de policiers. Etaient aussi présents un agent de sexe féminin, et un agent filmant la procédure en vidéo.


Plusieurs agents ont tiré Mme Chen hors du lit et hors de sa maison, puis l'ont poussée dans une voiture de police. Deux policiers étaient assis de chaque côté d'elle et la maintenaient. La police restante a fouillé son domicile et saisi ses livres et des imprimés de Falun Gong.


Qin Xiaochun est devenu violent et l'a battue méchamment : "Je persécute le Falun Gong, et alors? Je vais vous battre à mort. Et alors? Je n'ai pas peur des représailles."


D’autres policiers ont pris son sang et ses empreintes alors que Qin la battait.


Mme Chen a été libérée après 16h00.


Articles correspondants :

Chine -province du Guizhou: La police recourt à toutes sortes de manigances pour obtenir des échantillons de sang des pratiquants de Falun Gong

Des pratiquants de Falun Gong soumis à des prises de sang forcées

Version en anglais
Police Illegally Taking Blood Samples and Fingerprints of Practitioners

Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.