France - " Le jour où Jiang Zemin sera arrêté n’est plus loin "

Manifestation devant l’ambassade chinoise à Paris, à l’occasion des 15 ans de la persécution du Falun Gong
 

Alain Tong, président de l’association Falun Dafa France (Crédit photo : Da Ji Yuan)

Ce jeudi 17 juillet, une petite foule s’est réunie au pied de l’ambassade chinoise à Paris, avenue Georges V. La manifestation marquait les 15 ans de persécution de la pratique spirituelle Falun Gong par le Parti Communiste Chinois (PCC). Dans une atmosphère de recueillement, des pratiquants de cette discipline ont appelé le gouvernement chinois et Xi Jinping à cesser la persécution actuelle et à traduire Jiang Zemin, son initiateur, en justice.

Qu’est-ce que le Falun Gong ?

Le Falun Gong se présente comme une discipline spirituelle combinant des exercices physiques à une philosophie de tradition bouddhiste et taoïste basée sur Authenticité, Compassion, Tolérance. « La meilleure façon de décrire le Falun Gong est de l’assimiler à un système de cultivation », estime Benjamin Penny, Professeur d’Histoire à l’Université nationale australienne. Les systèmes de cultivation et pratique (à l’origine du Taï Chi et du Qi gong) sont, d’après lui, «une caractéristique de la vie chinoise depuis au moins 2 500 ans et probablement beaucoup plus longtemps».

Transmise au public en 1992 par son fondateur, Li Hongzhi, elle se répand rapidement en Chine, et reçoit des titres honorifiques de la part du ministère de la Santé. De nombreux témoignages sur l’amélioration de la santé s’ensuivent et contribuent à son expansion dans le pays, si bien qu’en 7 ans, on compte au moins 70 millions de personnes le pratiquant en Chine (d’après des sources occidentales reprises par le gouvernement chinois de l’époque). D’après une étude chinoise lancée en 1998 par la Commission nationale des Sports, « le Falun Gong a contribué extraordinairement à l’amélioration de la stabilité et de la moralité de la société ».

La pratique est ensuite transmise hors de Chine par son maître Li Hongzhi. « La plupart de nous ici, avons appris le Falun Gong par le biais de l’ambassade de Chine en mars 1995 en présence de l’ambassadeur chinois et le fondateur du Falun Gong dans les locaux du service culturel Rue Van Loo à Paris 16ème », déclare Alain Tong, président de l’association Falun Dafa France.


• Pratique des exercices du Falun Gong devant l’ambassade chinoise à Paris (Crédit photo : Da Ji Yuan)


15 ans de persécution en Chine

Le 20 juillet 1999, Jiang Zemin, secrétaire général du PCC, décide l’interdiction de la pratique et lance une campagne de diffamation à grande échelle. Forcés d’abjurer leur foi, les pratiquants sont alors arrêtés et emprisonnés; beaucoup décèdent suite aux tortures en détention. D’après une source du Washington Post, Jiang Zemin, dont l’influence au sein du PCC faiblissait, «s’accapare de ce qui lui semble être une cible facile ». Pour Tony Saich, professeur à l’Université d’Harvard, cette persécution se transforme en test de loyauté pour le pouvoir de Jiang, qui entraîne alors l’ensemble de l’appareil d’État dans son sillon.


L’histoire de cette persécution ressemble ainsi à l’histoire de la domination du PCC sur son peuple, de la pensée unique, et de la lutte des factions au sein du pouvoir. D’après les pratiquants de la discipline, « les méthodes utilisées pour persécuter le Falun Gong sont les mêmes que le PCC utilise contre son propre peuple ». « C’est comme un grand tueur en série laissé en liberté, il ne peut que continuer à tuer », déclare Alain Tong, qui rappelle que depuis l’arrivée au pouvoir du PCC en 1949, 80 millions de Chinois sont morts sous sa dictature.


La persécution continue, les jeux de pouvoirs aussi. Une lutte des clans est actuellement engagée en Chine entre le Clan de Zemin (la faction des princes rouges) et le clan de Xi Jinping, qui entend bien « purger le pays de la corruption ». « Le jour où Jiang Zemin sera arrêté n’est plus loin », estime Alain Tong, citant les arrestations récentes de membres importants de la faction de Jiang Zemin, Zhou Yongkang et Zeng Qing Hong. Un espoir que partagent peut être les 170 millions de chinois qui ont déclaré leur démission du PCC et de ses organismes affiliés.

Source française :
« Le jour où Jiang Zemin sera arrêté n’est plus loin »

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.