Un professeur emprisonné pour avoir clarifié les faits dans un village éloigné

Le pratiquant de Falun Gong Liu Yanchang est un ancien professeur du collège de la municipalité de Linjiang dans la province du Heilongjiang, reconnu par les élèves et les parents pour la qualité de son enseignement.


En décembre 2007, il a été illégalement arrêté pour avoir distribué des documents d'information du Falun Gong dans le village de Donghong, commune de Tongjiang. Il a ensuite été détenu dans le centre de détention de Tongjiang et brutalement battu. Quand il a été transféré à la prison de Jiamusi, le garde Meng juin l’a assailli de coups de poings , lui cassant une côte.

Le professeur Liu Yanchang

Ce qui suit est le récit personnel de M. Liu sur la façon dont il a été persécuté pour avoir refusé de renoncer à sa croyance en Falun Dafa.


Brutalement battu dans le centre de détention de Tongjiang

Je suis âgé de 50 ans. J'ai été licencié de mon poste d'enseignant au lycée de Linjiang dans la commune de Tongjiang pour ma pratique du Falun Gong.


Le 13 décembre 2007, la pratiquante de Falun Gong Mme Wang Yingxia et moi sommes allés au village de Donghong dans la commune de Tongjiang pour distribuer des documents d'information à propos du Falun Gong. Peu de temps après, un habitant nous ont signalés à la police. Le capitaine Wu Hongwei de la sous-station de police de la ville de Qinghe, avec plusieurs policiers et les autorités locales, nous ont arrêtés à environ 21h00. Plus tard, à environ 23 h nous avons été emmenés au commissariat de la ville de Tongjiang


Aussitôt arrivés, un policier m'a giflé les tempes pendant environ 30 minutes, tout en me maudissant avec colère. J'étais à l'agonie et très désorienté. Mme Wang et moi avons été plus tard envoyés au centre de détention de la ville de Tongjiang, où nous avons commencé une grève de la faim pour protester contre notre détention illégale.


Les gardes ont attaché mes bras et mes jambes à un lit superposé dans ma cellule. Le chef du centre de détention, Yang Hua, a ordonné au détenu Fu Guoshan de me forcer à manger. Fu m’a donné des coups de poing à plusieurs reprises et giflait mon visage chaque fois que je refusais de manger. Yang a également incité plusieurs autres détenus à me frapper à la tête et aux tempes.


Le septième jour de ma grève de la faim, Yang a ordonné à un groupe de détenus de me malmener, mais personne n'a bougé le petit doigt. Yang a ensuite annoncé par haut-parleur que si le groupe ne pouvait pas me forcer à manger, alors tous les détenus dans leur cellule seraient punis. "Aucun de vous ne sera autorisé à fumer, boire, ou regarder la télévision! " a-t-il hurlé.


Les détenus Jim Dalin, Tian Chun, et plusieurs autres se sont avancés et ont commencé à me battre. Zhao Zhiguo ne cessait de me claquer la tête contre la rambarde métallique de mon lit superposé, me rendant temporairement aveugle. Après plus d'une heure, mon visage était enflé, mes bras et mes jambes meurtris, et j'avais presque perdu connaissance.


Après 20 jours, j'ai été transféré dans une salle pleine de détenus particulièrement impitoyables. Un voyou, Tang Zhendong, m'a ordonné de laver ses chaussettes. " Si tu ne fais pas du bon boulot, je vais te battre éperdument, " a-t-il dit. Une fois, il m'a frappé à la tête pour ne pas avoir essuyé correctement le sol. Quand je lui ai demandé pourquoi il m'avait donné des coups de poing, il m’a frappé le nez, le faisant saigner. J'ai signalé l'incident au chef de la prison qui a refusé de prendre des mesures.

La cour du canton de Fuyuan nous a illégalement condamnés à la prison

Deux fonctionnaires du parquet du canton de Fuyuan nous ont interrogés la pratiquante Mme Wang Yingxia et moi-même, le 11 janvier 2008. Ils m’ont ensuite menotté à un banc étroit, elle et moi avons refusé de répondre à leurs questions. Puis ils nous ont dit que notre silence ne les empêcherait pas de prononcer une condamnation.

Simulation de torture: Attaché à un banc étroit


Le 17 mars 2008, plusieurs policiers nous ont emmenés à la cour du canton de Fuyuan et nous ont dit de ne pas parler durant notre procès. Après que le procureur ait présenté l'affaire , j'ai poliment demandé au juge : "Vous venez de nous accuser d'enfreindre la loi. Pourriez-vous s'il vous plaît nous dire quelle loi nous avons enfreinte ? Pour autant que je sache, la distribution de documents d'information ne viole aucune loi. L'information que nous avons distribuée encourage la bonté." Le président du tribunal, Zhang Bo, a élevé voix avec colère et a dit: " Ne perturbez pas l'ordre de la cour! " Plus tard, il m'a condamné à quatre ans et demi de prison, et Mme Wang Yingxia à trois ans.

Un gardien de prison me fracture une côte

Le 17 juin 2008, j'ai été envoyé dans la prison de Xianglan pour une session de "formation" de trois mois et forcé à emballer des cure-dents en bois. Toute personne qui ne remplissait pas son quota était sauvagement battue. J'ai été transféré à la prison de Jiamusi le 7 septembre 2008. Le garde Xu Chongwen m'a ordonné de renoncer à ma croyance en Dafa. Quand je lui ai dit que je ne trahirais pas ma conscience, il a dit que je resterais enfermé dans ma cellule indéfiniment. En outre, il a interdit aux membres de ma famille de me rendre visite pendant deux ans.


Pendant l’été 2009, le garde Meng Jun m'a appelé dans un entrepôt. Dès que je suis entré, il m'a frappé à la tête à plusieurs reprises. Quand j'ai essayé de me protéger de mes bras, il m'a frappé à la poitrine si fort que j'ai atterri plusieurs mètres plus loin. Deux détenus qui ont entendu la commotion sont entrés et m'ont porté dans ma cellule. J’aie senti une vive douleur dans ma cage thoracique et j’ai réalisé qu’une de mes côtes avait été fracturée. Il a fallu près de trois mois pour guérir correctement.


Le bureau 610 essaie de m'envoyer dans un centre de lavage de cerveau après ma libération


J'ai été libéré de prison le 13 juin 2012. Quand ma famille et mes amis sont venus me chercher, ils m'ont dit que Mo Yafu, le directeur du bureau 610 de la ville de Tongjiang, voulait m'envoyer au centre de lavage de cerveau de la ville de Yichun, parce que ma femme, qui y avait été détenue pendant plus de 40 jours, était sur le point d’être libérée au même moment. Il est évident qu'il ne voulait pas que ma femme et moi nous retrouvions. Quand ma famille a découvert ce qu'il faisait, ils ont protesté avec véhémence. En conséquence, Mo a été incapable de donner suite à son plan.


Version anglaise disponible à :
Schoolteacher Imprisoned for Clarifying the Facts in a Remote Village

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.