La vie de Zhang Jinku est en danger, la famille appelle à une aide urgente

La famille de Zhang Jinku a finalement réussi à le revoir dans la prison de Hulan le 9 janvier 2014, après de nombreux revers. Sa tuberculose a empiré depuis qu’elle a été initialement observée en juillet 2013.


Le visage de M. Zhang était terriblement enflé et il avait des difficultés à parler. Il ne pouvait parler que très lentement, et son discours était difficile à comprendre. Il a répondu aux questions lentement. Il avait également des difficultés à marcher, il ne pouvait se déplacer qu’un petit peu à la fois, et devait être aidé.


M. Zhang a dit qu'il a été battu dans la prison, et que d'autres prisonniers étaient assignés à le surveiller. Il se sentait souvent mal et fatigué, voulait dormir, mais il avait de fréquents cauchemars.


Avant cela, la famille avait vu M. Zhang le 21 octobre 2013 dans la même prison. Ce jour-là, deux gardes l'avaient porté par les bras dans la salle de visite des familles. Il a dit faiblement tandis que son corps tremblait: "Un homme en robe blanche m’a battu..." La famille en a déduit qu'il faisait allusion à l'un des médecins de la prison, qui portent généralement des blouses blanches.


Avant même qu'il puisse finir sa phrase, les deux gardiens l’ont immédiatement emmené sous la direction de Wang Xiaochen, le chef de l'éducation et du service de transformation, une branche du " Bureau 610 "dans la prison. La famille était très préoccupée par ce que M. Zhang avait pu vouloir leur dire d’autre, mais sans le pouvoir.


Étant donné que M. Zhang n'avait pas droit à un traitement médical, la famille a consulté un médecin bien connu au sujet de ses symptômes après l'avoir vu en janvier. Le médecin a dit que le système nerveux central de Zhang Jinku était probablement endommagé, l'administration forcée de médicaments étant une cause possible. Le visage tuméfié était révélateur de problèmes pulmonaires et cardiaques. Le médecin a averti la famille que d’après leur description la vie de M. Zhang était en danger imminent.


Avant octobre, M. Zhang avait été vu lors d’un procès illégal le 18 juillet, 2013. Il montrait des symptômes de tuberculose causés par la torture subie au premier centre de détention du canton de Yilan, après avoir été arrêté le 29 mars 2013. Là, le policier Yang Xinhua et d'autres l'ont battu, lui faisant perdre plusieurs dents et blessant ses côtes du côté gauche. Il a été forcé de s'asseoir sur une "chaise de torture" pendant 48 heures et a été torturé avec "Les menottes dans le dos, une main croisée par-dessus une épaule"

Illustration : “Chaise de torture”


Illustration : Menotter derrière le dos une main croisée par-dessus une épaule

La famille inquiète a continué à voyager entre la prison de Hulan, le parquet, et d'autres organismes connexes pour tenter de sauver M. Zhang.


La famille s’est vue à plusieurs reprises refuser les visites

Voir M. Zhang n'a pas été facile pour la famille. Il leur a fallu beaucoup d'efforts pour être en mesure de le faire en octobre 2013 et janvier 2014.


M. Zhang a été transféré à la prison de Hulan le 19 septembre 2013, après avoir été détenu dans la prison de Jiamusi depuis le 21 juillet, suite à sa condamnation à cinq ans à la suite du procès illégal du 18 juillet.


Sa famille s'est rendue à la prison de Hulan trois fois pour lui rendre visite. Chaque fois ils se sont vu refuser les visites et entendus dire que ce ne serait pas possible à moins que M. Zhang ne renonce au Falun Gong. M. Zhang a refusé d’abandonner sa croyance.


Après avoir rencontré M. Zhang, le 21 octobre, la famille inquiète a continué à aller à la prison de Hulan pour voir M. Zhang, un total de six fois. Cependant, Wang Xiaochen, le gardien-chef du bureau 610 de la prison, ne leur a pas permis la visite. Il a dit à la famille qu'il ne parlerait qu’aux avocats.

Les avocats empêchés de voir leur client

La famille a ensuite engagé des avocats, qui sont allés à la prison de Hulan voir M. Zhang dans la matinée du 3 janvier 2014. Le chef du département politique a essayé de les diriger au département de l'éducation et de la transformation. Lorsque les avocats ont insisté pour voir directement leur client, il a alors dit qu'il devrait consulter le bureau 610 de la province du Heilongjiang avant de le permettre.


Dans l'après-midi, les avocats ont demandé à voir M. Zhang à nouveau. Ils ont de nouveau essuyé un refus de la prison. Les avocats ont visité plusieurs bureaux de la prison, mais n'ont pas obtenu de réponse. Le chef du département politique les a même maudits et a menacé de les battre. Une policière les a traînés dehors. Les avocats ont déclaré : " Vous violez la loi en ne nous permettant pas de voir notre client. "


Les avocats se sont plaints au Département de gestion pénitentiaire du bureau des prisons. Un fonctionnaire de ce service a appelé la prison de Hulan et suggéré que la prison permette aux avocats de voir M. Zhang. La prison a dit qu'ils ne pourraient traiter la demande de visite qu’après que le département de formation et de transformation ait présenté un rapport à la prison.


Quelques jours plus tard, la famille de M. Zhang a essayé à nouveau le 6 janvier 2014. Wang Xiaochen, chef du Département de l’éducation et la transformation, a refusé de leur laisser voir M. Zhang. Il a même menacé d'arrêter la famille et les a filmés.


Les efforts concertés de la famille et des avocats ont finalement abouti à une visite

La famille a payé les avocats pour écrire une lettre de plainte. Le 7 janvier 2014, la famille a amené la lettre au Parquet Binjiang, au Congrès populaire de la province du Heilongjiang, au ministère de la justice de la province du Heilongjiang et au département de gestion pénitentiaire du bureau des prisons.


Le parquet a accepté la lettre. La famille a fait trois demandes: :


- M. Zhang Jinku doit être libéré immédiatement en raison de son mauvais état physique
- La torture que M. Zhang a endurée dans la prison devrait faire l'objet d'une investigation.
- La famille de M. Zhang doit être autorisée à le voir.


Voyant que cette affaire concernait un pratiquant de Falun Gong, le bureau des appels du ministère provincial de la justice a refusé d'accepter la lettre de plainte et a demandé à la famille de partir. Ils ont fait valoir que le refus de Zhang Jinku de renoncer à sa croyance était la raison pour laquelle il ne pouvait pas voir sa famille.


La famille a expliqué que, selon les avocats, pratiquer le Falun Gong était légal selon la Constitution. Le bureau d'appel leur a dit que leurs avocats ne comprenaient pas la loi, ajoutant qu’ " ils devraient venir ici ". La famille a expliqué que leurs avocats étaient de Pékin, et qu’il n'était pas facile pour eux de visiter la province du Heilongjiang très souvent. Le bureau des appels a donné son numéro de téléphone et a dit à la famille de demander aux avocats d’appeler.


Lorsque la famille a finalement vu M. Zhang le 9 janvier 2014, son état de santé les a encore plus inquiétés. Ils espèrent que les gens dans le monde vont faire ce qu'ils peuvent pour aider M. Zhang Jinku à rentrer chez lui dès que possible.


Le personnel chargé de l'affaire de M. Zhang:
Tian Yueqiang (田月强), directeur de la prison de Hulan: +86-451-57307301
Chen Xinjiang (陈兴江), médecin de la prison de la prison de Hulan: 86-13258675020 (Mobile)


Veuillez-vous référer au texte original chinois pour plus de noms et numéros de téléphone. (http://www.minghui.org/mh/articles/2014/1/22/张金库陷冤狱生命垂危-家属吁关注-286025.html)


Articles correspondants (en anglais) :
Mr. Zhang Jinku in Critical Condition Due to Persecution, Family Not Allowed to See Him
Imprisoned and Emaciated Practitioner on Hunger Strike Still Tortured
Mr. Zhang Jinku Near Death Due to Torture and Abuse in Detention


Version anglaise
Zhang Jinku's Life in Danger, Family Calls for Urgent Help

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.