Résistance populaire: Les habitants de Wuan reçoivent une invitation publique pour assister au troisième procès de Mme Wang Aiying

Mme Aiying Wang une pratiquante de Falun Gong qui a été illégalement arrêtée, devait être jugée au tribunal de la ville de Wuan dans la province du Hebei à 14 heures le 6 décembre 2013. En un appel audacieux et une démonstration de résistance populaire à la persécution, les pratiquants de Falun Gong locaux ont écrit et distribué une lettre à tous les habitants de Wuan, les invitant à assister au procès.


La lettre :

Le tribunal municipal de Wuan doit juger la pratiquante de Falun Gong Mme Wang Aiying pour une troisième fois à 14 heures le 6 décembre 2013. Son avocat, un professionnel de renom basé à Pékin, la défendra et plaidera "non coupable".


Mme Wang a initialement été jugée il y a deux ans et demi. Ce procès cache plus de choses qu’il n’en paraît, et il a attiré beaucoup d'attention à la fois en Chine et à l'étranger.


Nous invitons par la présente les habitants et les avocats de Wuan à être présent à son procès, car cela va certainement être un débat houleux. Nous demandons humblement à celui qui reçoit cette lettre de la partager avec ses amis, parents et collègues.

Détails et calendrier

Mme Wang et son mari, M. Wang Hongliang, également un pratiquant de Falun Gong, ont été arrêtés le matin du 1er juin 2011, par des agents du commissariat de Chengguan, du Bureau 610 local et de la division de sécurité intérieure. Leur maison a été saccagée. Les fonctionnaires du parquet de Wuan les ont poursuivis, et l’affaire a été par la suite acceptée par le tribunal criminel de la ville de Wuan.


Cheng Jianguo, le juge en chef, a condamné Mme Wang à quatre ans de prison et son mari à trois ans en février 2012. Leur avocat et les membres de la famille n'ont pas été informés du procès.


Selon la loi chinoise, il est tout à fait légal de pratiquer le Falun Gong. Parce que la décision du tribunal était fondée sur de fausses accusations et n'était pas en conformité avec la loi, Mme Wang et son mari ont refusé d'accepter le verdict. Ils ont alors introduit un recours auprès de la cour intermédiaire de la ville de Handan dans le Hebei.


En septembre 2012, des fonctionnaires de la cour intermédiaire de Handan sont arrivés à la conclusion que l'affaire était sans fondement en raison d'un manque de preuves, et ils l’ont renvoyée à la deuxième cour pénale de Wuan pour un nouveau procès.


M. Wang a été libéré de garde à vue l'après-midi du 2 février 2013, en attendant le nouveau procès. Mais les autorités ont continué à fabriquer des accusations contre lui.


Mme Wang a été jugée une deuxième fois, le 1er mars 2013. Le tribunal a confirmé le premier jugement de quatre ans de prison le 18 mars. La famille de Mme Wang a alors engagé un avocat de Pékin et fait appel en son nom.


Les fonctionnaires de la cour de la ville de Wuan ont fait de grands efforts pour condamner Mme Wang. Même leurs collègues et supérieurs à la cour intermédiaire de Handan semblaient troublés par leur audace, et en août 2013, ils ont annulé le troisième procès, qui était prévu le 29 août. L'affaire a ensuite été renvoyée à la cour de Wuan pour un nouveau procès.

Faits méritant l’attention dans le troisième procès

Les fonctionnaires de la cour n'étaient pas cohérents en suivant les procédures et le cas a été rejeté à deux reprises par la cour intermédiaire, qui a même décidé d'annuler le troisième procès prévu. La durée de l'affaire a été exceptionnelle, ce qui est rare parmi les cas relatifs aux pratiquants de Falun Gong dans toute la Chine.


Une question mérite d'être posée à savoir si oui ou non la justice sera appliquée. Quelles nouvelles preuves seront avancées pour condamner Mme Wang? De quelle violation de la loi vont-ils l'accuser? A-t-elle volé, dérobé, assassiné, ou commis un incendie criminel? A-t-elle blessé quelqu’un? Quel était son motif et comment a-t-elle commis le crime? Comment peut-elle être qualifiée de criminelle s'il n'y a pas de preuve pour soutenir les accusations ?


Pour ces raisons, nous vous invitons à assister au procès et à analyser toutes les preuves que le tribunal essaiera de présenter. Par exemple, nous avons le droit d'exiger que le tribunal lise tous les matériaux de clarification de la vérité et les livres de Falun Gong que la police a confisqués à son domicile, de sorte que toutes les personnes présentes dans la salle d'audience puissent comprendre en quoi ces matériaux sont considérés dangereux ou illégaux. S’ils refusent de les lire, ils condamnent un citoyen innocent sous de fausses accusations, le détienne illégalement et conduisent un procès illégal. Parce que le tribunal est chargé de faire respecter la loi, les fonctionnaires de la justice seront finalement tenus responsables pour leurs actions.


Depuis juillet 1999, le Parti communiste chinois (PCC) a interdit le Falun Gong, mais cela ne repose sur aucune loi en Chine. Les règlements et lois administratives, telles que l'Annonce émanant du Bureau de la sécurité publique de la République populaire de Chine, l'Annonce du Ministère des affaires civiles et l'Explication de la loi judiciaire parties I et II, ont traité la question. Mais aucun de ces règlements n’a été approuvé par les législateurs au Congrès de la Chine. Ils sont des réglementations, pas la loi.


Dirigée par le PCC, la persécution du Falun Gong par le système juridique sur la base de ces règlementations est en soi une violation de la loi.


C'est la loi universelle que chacun soit finalement être jugé sur ce qu'il ou elle a fait. Personne n’échappe à cette loi. Les gangsters de Jiang Zemin, Zhou Yongkang, Bo Xilai et Wang Lijun, qui ont dirigé la persécution du Falun Gong, vivent maintenant en dehors de la vérité de cette loi inviolable alors qu’ils reçoivent leur rétribution karmique pour ce qu'ils ont fait.


Le 12 août 2013, le Comité des affaires politique et juridiques a publié une nouvelle déclaration officielle: « Les magistrats seront tenus responsables à vie pour le traitement de leurs cas. » Cela suggère que le PCC a commencé à essayer de se disculper en faisant dévier le blâme et en faisant d’autres organisations ses boucs émissaires. La cour de Wuan doit être très prudente et s’abstenir de persécuter Mme Wang.
We hereby invite you to be present in the courtroom at 2 p.m. on December 6. Do not forget to bring your ID card with you.


Une invitation cordiale

Citoyens, citoyennes, petites gens, et honorables amis qui êtes des professionnels du droit: Savez-vous qu’au cours des quasiment 20 mouvements politiques que le PCC a lancé ces 60 dernières années, plus de 80 millions de compatriotes chinois ont péri? Savez-vous que le Falun Gong enseigne aux gens à être bons sur la base des principes de Vérité-Bienveillance-Tolérance. Il s'est propagé dans plus de 100 pays à travers le monde et est largement reconnu. Falun Gong est droit, alors que le PCC est traître et ne s'arrête à aucune perversité pour faire du mal. De plus en plus de gens ont pris conscience de ce principe: Ce n’est qu’en suivant la volonté du ciel qu’on peut avoir un bel avenir


Nous vous invitons ici à être présent dans la salle d'audience à 14 heures le 6 décembre. N'oubliez pas d'apporter votre carte d'identité avec vous.


Si vous ne pouvez pas y assister, nous vous demandons de bien vouloir continuer à prêter attention à cette affaire. Si vous connaissez quelqu'un dans la profession d'avocat, nous vous demandons de leur rappeler d’apprendre les faits concernant le Falun Gong et de se garder de devenir les boucs émissaires du PCC. Nous sommes convaincus que votre bonne volonté et vos bonnes actions seront récompensées par des bénédictions du ciel.


Les pratiquants de Falun Gong de la ville de Wuan

Le 3 décembre 2012

Version anglaise :
Grassroots Resistance: Residents of Wuan Receive a Public Invitation to Attend Ms. Wang Aiying's Third Trial

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.