Plus de 3 000 signatures demandant la libération de Mme Dai Meixia recueillies dans deux provinces

Le 10 mai 2012, Mme Dai Meixia, une pratiquante de Falun Gong de la province du Hubei a été illégalement arrêtée. En mars 2013, elle a été condamnée à une peine de cinq ans de prison.

Le procès a eu lieu au tribunal du canton de Humei. Mme Dai a fait appel de la condamnation devant le tribunal intermédiaire de la ville de Huanggang et son dossier a été renvoyé en août. Elle est actuellement incarcérée au centre de détention du canton de Huangmei. Depuis mars 2013, plus de 3 000 résidents de la province du Hubei dont elle est originaire et de la province du Jiangxi où elle vit ont signé et apposé leurs empreintes digitales sur une pétition appelant à sa libération immédiate.


Mme Dai vient du canton de Huangmei dans la province du Hubei. Depuis plus de 10 ans, elle est forcée à travailler et à vivre dans la ville de Jiujiang dans la province du Jiangxi, qui se trouve juste de l'autre côté de la rivière en face de son village natal dans la province du Hubei. Le 10 mai 2012, des agents de police de la division de la sécurité intérieure de Huangmei l'ont arrêtée devant chez elle. Les policiers l'ont emmenée au centre de lavage de cerveau de la province du Hubei dans la ville de Wuhan où elle a été incarcérée pendant deux mois.

Afin d'exercer des pressions pour qu'elle écrive une déclaration de garantie promettant d'abandonner sa croyance, des agents du Bureau 610 de la ville de Huanggang, du Bureau 610 de la ville de Wuxue, de la division de la sécurité intérieure du canton de Huangmei et des médecins de la prison l'ont soumise à des tortures cruelles. Elle a été battue, privée d'utiliser les toilettes, elle a été gavée et forcée à ingérer des substances inconnues. Elle a aussi été soumise à des pressions pour lui faire révéler les noms des autres pratiquants locaux avec lesquels elle était associée. À un certain moment, Mme Dai s'est trouvée dans un état critique en conséquence de la torture.


Un garde dénommé Hu du centre de lavage de cerveau a menacé Mme Dai en disant :" Chacun doit écrire une déclaration de repentir ici. Ça m'importe peu que tu aies à mentir à ce sujet. Tu dois l'écrire. Sinon, je vais faire de ta vie un enfer sur terre. Je te défie d'essayer. " Le garde Huang Wei lui a dit : "Dépêches-toi et dis-nous tout ce que tu sais et toutes les personnes que tu connais. Les gens ici sont trop gentils avec toi. Si c'était moi, je couperais la chair de ton corps morceau par morceau. " Mme Dai a fini par écrire la déclaration de repentir contre son gré. Cependant, le Bureau 610 et les agents de la sécurité publique n'en ont pas été moins durs avec elle.


En juillet 2012, elle a été emmenée au centre de détention du canton de Huangmei et jugée le 25 mars 2013 par le tribunal du canton de Humei. Des avocats de Pékin et de Guangzhou l'ont défendue, plaidant non-coupable en son nom. L'un des juges a perdu connaissance pendant l'audience. Il n'est pas venu à l'esprit des responsables qu'ils faisaient quoi que ce soit de mal et ils ont continué le procès. Mme Dai a été condamnée à une peine de cinq ans de prison.

Le 13 mai 2013, l'avocat de Mme Dai a déposé une demande d'appel en son nom au tribunal intermédiaire de la ville de Huanggang. Le 26 août 2013, elle a été informée qu'en raison d'une violation de la régularité de la procédure, son dossier allait être renvoyé pour un nouveau procès.


Après que l'histoire ait été rendue publique, des résidents du canton de Huangmei et de la ville de Jiujiang ont exprimé leur soutien envers Mme Dai. En mars 2013, près de 300 résidents du canton de Huangmei ont signé et apposé leurs empreintes digitales sur une pétition appelant à l'immédiate libération de Mme Dai. En juillet 2013, plus de 1 861 signatures avaient été récoltées dans le canton de Huangmei. En novembre, plus de 237 résidents de la province du Hubei et 373 de la province du Jiangxi avaient signé la pétition. Depuis ce temps, plus de 304 signatures ont été récoltées dans la province du Hubei et 240 dans la province du Jiangxi, pour un total de plus de 3 000 signatures.


Selon des rapports, les responsables du département de police du canton de Huangmei ont organisé une réunion spéciale pour discuter des détails du deuxième procès.



Version anglaise :
More Than 3,000 Signatures Collected in Two Provinces Petitioning for the Release of Ms. Dai Meixia

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.