Être juste là pour faire nombre (濫竽充數)

Un homme feint d’être un musicien alors qu’en fait, il ne sait pas jouer de son instrument et se présente lui-même comme autre chose que ce qu’il est vraiment. Crédit: Catherine Chang/Epoch Times

L’expression chinoise 濫竽充數 (làn yú chōng shù), littéralement “faire semblant de jouer du yu pour faire nombre,” est souvent traduite par “être simplement là pour faire nombre.”


L’expression vient d’une histoire à propos d’un homme appelé Nanguo dans le livre “Han Feizi”(1) (韓非子) écrit à la fin de la Période des Trois Royaumes (475–221 Av.J.C.).


L’histoire raconte que le roi de l’état de Qi à l’époque, aimait beaucoup écouter le yu, un instrument à vent consistant en de multiples tuyaux de bambou. Le roi aimait en particulier écouter un grand orchestre de 300 musiciens jouant de la grande musique sur le yu. Ces musiciens du palais étaient généreusement payés.


Nanguo entendit parler de la générosité du roi et réussit à devenir un membre de l’orchestre royal, bien que ne sachant pas du tout jouer du yu.


Chaque fois que l’orchestre jouait pour le roi, Nanguo se contentait d’être assis avec les autres musiciens et faisait semblant de jouer, sans produire un son. Personne ne réalisait sa supercherie.


Plusieurs années plus tard, le roi décéda et son fils monta sur le trône. Le nouveau roi aimait aussi écouter la belle musique jouée sur le yu, mais préférait les solos aux grands orchestre, il arrangea dont que les musiciens jouent individuellement pour lui à tour de rôle.


Nanguo fût très effrayé en apprenant la nouvelle. Pour éviter d’être découvert, il prépara ses bagages à la hâte et s’enfuit du palais.


Plus tard, la phrase " être juste là pour faire nombre " est devenue une expression pour décrire ceux qui se dissimulent parmi les professionnels d’un certain domaine alors qu’ils n’ont en réalité aucunes qualifications—ils ne sont à leurs postes que pour combler un vide.


Elle est utilisée pour ridiculiser quelqu’un manquant de capacité et de talent. Lorsqu’elle est utilisée pour se référer à soi-même, c’est simplement pour exprimer la modestie.

Note:
1. Le livre contient 55 chapitres détaillant la philosophie politique de Han Fei (ca. 281–233 Av.J.C.), qui fût un des premiers philosophes légalistes en Chine. Il est précieux pour son abondance d’anecdotes à propos de la période de l’ancienne Chine.


Version anglaise
Be There Just to Make Up the Number (濫竽充數)


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.