France -Dénoncer les crimes de prélèvement d’organes par le Parti communiste chinois sur la place des Droits de l'homme à Paris

Le 7 novembre 2013, les pratiquants de Falun Gong en France ont organisé une activité sur la Place du Trocadéro près de la Tour Eiffel à Paris appelant à la fin de la brutale persécution du Falun Gong en Chine.

L'activité comprenait une démonstration des exercices du Falun Gong, expliquer aux passants ce qu'est le Falun Gong et leur clarifier les faits concernant la persécution en Chine, recueillir des signatures pour la pétition DAFOH (Médecins contre le prélèvement forcé d'organes) adressée aux Nations-unies .

Les pratiquants de Falun Gong informent les gens au sujet du Falun Gong et de la persecution sur la place de Trocadéro



Les gens lisent l'information concernant la persécution


Signer la petition pour mettre fin à la persécution et aux prélèvements forcés d’organes

La réalité du prélèvement d'organes en a choqué beaucoup

Les gens ont été choqués d'apprendre que le Parti communiste chinois (PCC) prélève des organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant. Trois étudiants n'arrivaient pas à comprendre pourquoi le PCC faisait une telle chose

Un pratiquant leur a expliqué : "Les principes du Falun Gong sont Authenticité-Bonté-Tolérance. Les pratiquants de Falun Gong se conduisent selon ces principes et cherchent leurs propres responsabilités lorsque surgissent des conflits. En 1999, l'ancien dictateur Jiang Zemin a lancé une campagne de persécution contre le Falun Gong en utilisant les médias sous son contrôle pour répandre de la désinformation et calomnier le Falun Gong. En 2001, le PCC a organisé une mise en scène d’ auto-immolation sur la place Tiananmen afin de justifier sa campagne de persécution. Les pratiquants de Falun Gong ont été torturés pour les forcer à renoncer à leur croyance.

Alors que la persécution allait en s'intensifiant en 2006, le crime de prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong par le PCC a été pour la première fois révélé par la femme d'un médecin ayant été impliqué dans cette pratique. Le nombre de décès documenté de pratiquants de Falun Gong suite à la violence policière est actuellement de plus de 3700. Le nombre réel pourrait atteindre des dizaines de milliers. "

Après avoir compris la vérité les trois jeunes gens ont signé la pétition de DAFOH.

Un citoyen français a filmé les paneaux d'information dans l’intention de montrer la vidéo à ses amis et collègues, afin qu'ils puissent eux aussi comprendre la persécution se déroulant en Chine.


Les passants sont attirés par la beauté du Falun Gong

La belle et paisible musique des exercices et la démonstration des exercices du Falun Gong ont attiré de nombreux spectateurs. Ils ont admiré les pratiquants faisant les exercices dans le froid. Beaucoup ont pris des photos ou filmé avec des appareils portables.

Quatre étudiants étaient venus ensemble sur la Place du Trocadéro. Après avoir vu les exercices, ils ont demandé à les apprendre. En partant ils ont pris davantage de documents à propos du Falun Gong.

Des touristes chinois quittent le PCC

Les touristes chinois ne manquent pas sur la place du Trocadéro. Deux d'entre eux ont pris des documents imprimés en chinois. Ils ont dit qu'ils avaient entendu parler du mouvement pour quitter le PCC. Un pratiquant leur a expliqué combien il était crucial de se distancer des crimes du PCC pour assurer leur avenir. Le pratiquant a donné à l'un d'eux un pseudonyme et l'a aidé à quitter le Parti. En partant, ils ont exprimé leur gratitude.

Les signataires de la pétition incluaient des avocats du Congo, d'un homme d'affaires du Bangladesh, des Tibétains en exil en France et des gens de tous milieux.

Après avoir signé la pétition, les gens ont encouragé les pratiquants : "Continuez", "Nous vous soutenons", "Continuez le bon travail!”

Version anglaise :
Paris: Exposing the Chinese Regime's Crimes of Live Organ Harvesting on the Place Du Trocadéro

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.