Le camp de travaux forcés pour femmes du Shandong tente d’empêcher la famille de Mme Ma Lina d’engager des poursuites

Afin de secourir Mme Ma Lina d’une persécution plus poussée dans le camp de travaux forcés N° 1 pour femmes du Shandong, sa famille a engagé des poursuites contre le camp de travail pour demander sa libération immédiate.


En janvier 2013, la famille de Mme Ma s’est rendue à la Procurature suprême et au Bureau du travail de la province de Shandong pour faire appel pour Mme Ma. Le Bureau du Travail a accepté l’appel. La Procurature suprême de la province du Shandong a déclaré qu’ils n’acceptaient pas de cas impliquant des pratiquants de Falun Gong. Le camp de travaux forcés pour femmes N°1 du Shandong a exercé des pressions sur la police locale pour tenter d’empêcher la famille de Mme Ma d’engager des poursuites.


Mme Ma Lina est de Weihai, province du Shandong. Elle a été arrêtée en mai 2012 et condamnée aux travaux forcés en juin. Mme Ma s’est vue diagnostiquer un grave problème cardiaque. Il est illégal de l’envoyer dans un camp de travaux forcés. Sans se soucier de sa santé, le Camp de travail l’a admise et forcé à effectuer un travail d'esclave. En conséquence, le corps de Mme Ma est devenu totalement engourdi. Elle ne pouvait plus bouger ses membres et son cœur battait de façon irrégulière au moindre son. Le camp de travail a déclaré que parcequ'elle ne voulait pas abandonner sa croyance en Falun Gong, les visites de sa famille lui étaient interdites pendant six mois.


Le camp de travail refuse les visites de la famille

Le 30 janvier 2013, l’époux de Mme Ma, M. Shen Songkun, s’est rendu dans le camp de travail avec son avocat pour enquêter et rassembler des preuves pour le cas de Mme Ma. Un gardien de prison a déclaré que seuls les membres de la famille étaient autorisés à rendre visite à Mme Ma et que ces ordres provenaient des responsables. L’avocat n’a pas rencontré Mme Ma. M. Shen a expliqué qu’il venait à la prison pour emmener son épouse passer un examen médical, mais sa demande a été refusée.


M. Shen s’est rendu auprès de la Procurature suprême de la province du Shandong et au Bureau du camp de travail pour engager une action contre le camp pour avoir enfreint la loi en refusant les tentatives de la famille de voir Mme Ma et de rassembler des preuves.


La Procurature suprême de la province du Shandong transmet le cas de Mme Ma au Bureau anti-corruption

M. Shen s’est rendu avec l’avocat auprès de la Procurature suprême de la province de Shandong pour présenter leur cas. Un employé portant le numéro d’identification N° 28 les a reçus. L’employé a alors présenté l’affaire de M. Shen à un fonctionnaire. Ce dernier a déclaré : "Ignorez-le ! Pourquoi avez-vous accepté un cas du Falun Gong ? Ne vous préoccupez pas des cas du Falun Gong. "L’avocat a demandé au fonctionnaire : « Pourquoi dites-vous que les cas du Falun Gong peuvent être ignorés ?" Le fonctionnaire a refusé de répondre en demandant à M. Shen de présenter son cas au Bureau anti-corruption.


Le Bureau anti-corruption rejette le cas

En arrivant au Bureau anti-corruption, M. Shen s’est renseigné sur le dépot d'une poursuite. Le garde à la porte a affirmé : " Nous ne prenons pas ce type d’affaires. Qui vous a dit de venir ici ? " M. Shen a déclaré :" Un employé de la Procurature suprême de la province de Shandong portant le numéro d’identification 28 nous a dit de venir ici." Le garde a déclaré : « Repartez, parlez leur et dites leur que je vous ai dit d’agir ainsi. Nous n’acceptons pas ces cas. »


Le bureau de réhabilitation par les travaux forcés accepte l’appel de M. Shen

M. Shen, sa famille et l’avocat se sont alors rendus au Bureau de réhabilitation par les travaux forcés. Le nom de famille de la personne traitant leur plainte était Ning. Un parent de M. Shen a demandé : " Etant donné la condition physique de Ma Lina, est-il approprié pour elle de rester encore dans le camp de travail ? " Ning a répondu avec prudence : " Qui êtes-vous ? Je ne sais pas, vous devriez demander aux personnes qui travaillent dans le camp de travail. "Le parent a repris : "Elle est très malade et vous ne savez pas s’il est juste ou pas pour le camp de travail de continuer à la détenir ? " Ning a déclaré : "Que voulez-vous ? " Le parent a continué : " Nous voulons l'emmener à la maison pour un traitement médical. " Ning a répondu : "Bien entendu, vous pouvez écrire une lettre d’appel. Ecrivez une lettre avec votre demande et je la transmettrais au camp de travail et voyons ce qu’ils diront."

M. Shen a écrit une lettre d’appel stipulant :

1. L’avocat sera autorisé à exercer les procédures légales adéquates de manière à visiter, rassembler des preuves et engager des poursuites.
2. Le camp de travail doit nous fournir des rapports détaillés des examens physiques initiaux et actuels de Mme Lina.
3. Mme. Ma Lina doit être libérée pour traitement médical sans conditions préalables.
4. Toutes les parties responsables ayant pris part à l’affaire de Mme Ma doivent faire l’objet d’une enquête.


La condition de Mme Ma se détériore

Le jour même où ils ont déposé un appel auprès du Bureau de Réhabilitation par le travail ; M. Shen et son avocat se sont rendus dans le camp de travail à 16  heures pour voir Mme Ma. Le camp a rejeté leurs demandes. Seuls M. Shen et sa fille ont été autorisés à la voir. Avant que M. Shen ne puisse voir son épouse, le conseiller du camp les a avertis : " Vous venez en visite en tant que membres de la famille, donc tenez-vous en aux affaires de famille. Dites ce que vous avez besoin de dire et rien de ce que vous ne devez pas dire. "M. Shen a répondu : "Ce camp de travail est fondamentalement illégal et sera aboli cette année."


Le conseiller a demandé à M. Shen pourquoi il était venu si tard. Ce dernier répondu : "Vous n’avez pas autorisé mon avocat à voir mon épouse pour collecter des preuves afin d’engager des poursuites, alors, je me suis rendu d’abord au Bureau de réhabilitation par le travail." Le conseiller a repris : " Est-il nécessaire de dire cela à votre épouse ? "M. Shen a rétorqué : " Pourquoi pas, chacun à le droit de savoir la vérité. Je le lui dirai."


La santé de Mme Ma s’était notablement détériorée depuis la dernière fois qu’il l’avait vu. Elle était effrayée d'élever la voix et devenait agitée et effrayée lorsqu’elle entendait un bruit fort. Son menton et ses mains tremblaient. Elle semblait faible et elle semblait peu sûre sur ses jambes. Avant d’être détenue dans le camp, Mme Ma était une bonne marcheuse ; et elle marchait à présent comme si elle avait soixante-dix ans. M. Shen a demandé à Mme Ma si elle avait vu un médecin. Elle a répondu : "J’ai seulement passé un électrocardiogramme. Ils ont mesuré ma pression sanguine et elle est un peu élevée. "


Après sa visite, M. Shen a découvert que le camp de travail avait téléphoné à la police locale dans une tentative de l’empêcher d’engager une action en justice.


Article apparenté (en anglais) :

Ms. Ma Lina from Shandong Province Severely Persecuted, Family Sues the Detention Center ( http://en.minghui.org/html/articles/2013/2/14/137953.html)


Version chinoise

Traduit de l'anglais
http://en.minghui.org/html/articles/2013/3/20/138569.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs : chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.