Le processus de faire sortir des informations d'un camp de travail-Supplément à la lettre "made in China"

Remarques de l'éditeur : Guo Jufeng est arrivé en Allemagne en 2008. Il était ingénieur dans la ville de Dalian, province du Liaoning et avait été arrêté quatre fois en Chine pour sa pratique du Falun Gong. Lors de sa plus récente détention, il avait été transféré à trois camps de travail, et soumis à plus de 30 types de torture mentale et physique.


Douze pratiquants qu’il connaissait ont perdu la vie suite à la persécution. Parmi eux sept étaient de la ville de Dalian et cinq avaient moins de 18 ans. Mme Wang Qiuxia, M. Wang Zhehao et Mme Guo fréquentaient le même site de pratique des exercices dans le district de Shahekou dans la ville de Dalian. Avant le début de la persécution en 1999, il y avait plus de 300 personnes fréquentant le même site de pratique. Mme Wang a été battue à mort au camp de travail de Dalian pour avoir refusé de renoncer à sa croyance en Authenticité-Bonté-Tolérance. M. Wang a été battu si gravement au camp de travail Huludao que son visage était couvert de sang. Il est décédé suite à la persécution après avoir été transféré à deux camps de travail. M. Wang n’avait que 27 ans.


M. Cao Yuqiang et M. Guo ont été transférés ensemble entre trois camps de travail. Ils ont été libérés après avoir fait ensemble une grève de la faim. Plus tard M. Cao a été de nouveau arrêté et battu à mort.


* * *


Après avoir lu l’article “Un appel à l'aide venant d’un camp de travaux forcés en Chine pousse à une enquête du gouvernement américain ”(http://fr.clearharmony.net/articles/201212/111371.html) sur Minghui j’ai été à la fois choqué et touché. J’ai été touché par le courage de l’auteur et par le fait que cette lettre avait traversé de nombreuses grilles de fer et points de contrôle avant de finir par atterrir chez une personne bienveillante. Que serait-il arriver si cette lettre avait été perdue durant son acheminement ? Et si elle n’avait pas été découverte par l’acheteur ? Et si elle avait été découverte par une personne indifférente ? Toutefois rien de tout cela n’est arrivé. La lettre était vraiment bénie par les Bouddhas et les Divinités !


Maintenant, si ce n'est en lisant la lettre, on ne peut pas imaginer comment l'auteur a pu l'écrire et quel était son environnement. Que pouvons-nous faire pour cette précieuse lettre de
clarification de la vérité ? Cela me fait penser à l'époque où j'ai été détenu dans un camp de travail et où j’ai moi aussi réussi à envoyer une lettre de clarification de la vérité hors du camp. Peut-être que mon expérience personnelle aidera Mme Julie Keith et d'autres personnes intéressées à mieux comprendre l’ environnement à l'intérieur des camps de travail et la difficulté d'envoyer des lettres de clarification de la vérité à l'extérieur. J'espère que mon expérience personnelle pourra compléter le contexte de la lettre découverte


La difficulté d’échanger et d’organiser l'information

Je suis de la même province que l’auteur, la province du Liaoning. Il y a douze ans j’ai été condamné à deux ans et demi de camp de travail sans procédure ni représentation légales. J’ai été illégalement détenu dans le camp de travail de la ville de Huludao dans la province de Liaoning. C’était ma troisième détention dans un camp. Mon compagnon de détention était M. Cao Yuqiang qui a été plus tard persécuté à mort.


Nous restions enfermés dans une cellule tous les jours. D’autres pratiquants de Falun Gong étaient détenus au même étage mais nous étions isolés d’eux. Deux prisonniers nous surveillaient 24 heures sur 24. Je me trouvais dans la première salle du côté droit du bâtiment et devais traverser tout le couloir pour aller aux toilettes Il y avait des caméras de surveillance au plafond du couloir. On nous surveillait même quand nous nous brossions les dents, nous lavions le visage ou allions aux toilettes. Les prisonniers nous suivaient de près. On ne nous autorisait aucuns contacts avec d’autres pratiquants de Falun Gong, ni conversations ni visites à d’autres cellules. Nous devions prendre nos repas dans nos propres cellules.


À mon arrivée j’ai échangé des informations avec M. Cao. Etant sous stricte surveillance nous n’étions pas autorisés à parler librement même si nous partagions la même cellule. Toute conversation liée au Falun Gong était interdite. L’échange d’information a pris beaucoup de temps et nous l’avons fait petit à petit.


Certaines informations que nous avons échangées étaient au sujet de la persécution que nous avions subie dans un camp de travail où nous avions tous les deux été détenus, le camp de travail Guanshanzi dans la province de Liaoning. Il y a deux niveaux de camp de travail dans la province du Liaoning. L‘un est le camp de travail Masanjia qui est mentionné dans la lettre de clarification de la vérité. Y sont détenues en particulier des pratiquantes du Falun Gong. L’autre est le camp de travail Guanshanzi où sont détenus principalement des pratiquants du Falun Gong males La caractéristique commune de ces deux camps et que les gardiens torturent les pratiquants du Falun Gong et les soumettent au travail d’esclave.


Début août 2001, vingt pratiquants de Falun Gong dont M. Cao et moi-même avons été secrètement transférés du camp de travail de la ville de Dalian au camp de travail Guanshanzi. À partir du quatrième jour nous avons été torturés à tour de rôle. Nous avons été enfermés dans de petites cellules et forcés à faire du travail d’esclave dans un champ de pierres ou de briques.


M. Cao et moi-même étions les seuls à avoir été transférés hors du camp de travail Guanshanzi. Nous étions alors détenus dans la même cellule du camp de travail Hululao et il a partagé avec moi ce qu’il savait. Alors que nous partagions de plus en plus il m’a parlé des expériences d’autres pratiquants persécutés. Nous avions eu une idée courageuse. Nous chercherions des occasions de révéler la vérité de la persécution. À cette époque ça nous paraissait être comme un conte de fées.


La première difficulté est que nous n’avions ni feuille ni stylo. L’information que m’avait donnée M. Cao était très importante. Je ne pouvais pas librement communiquer avec lui à cause de la surveillance des prisonniers. Je devais donc mémoriser toutes les informations qu’il me donnait d'un trait car la possibilité de pouvoir nous reparler à nouveau était mince. Lorsque l'information qu'il a partagée avec moi à propos d'autres pratiquants persécutés a dépassé cinq pratiquants de Falun Gong, mon cerveau s’est senti un peu surchargé. J'avais besoin de m'assurer que je n'allais pas confondre les informations des différentes victimes: Quand l'un avait été enfermé dans une petite cellule? Combien de fois? Pour combien de temps?

Je répétais ces informations chaque jour afin de les mémoriser. Je ne me demandais si notre idée allait réussir ou pas, je me concentrais simplement sur ce que je devais faire et attendais les occasions. Je me suis fermement tenue à un ancien proverbe chinois “La foi peut déplacer des montagnes.”


Un stylo sort de nulle part

Tout à coup, M. Cao m’a dit avoir trouvé un stylo. J’étais très heureux. Je pleurais presque. Cependant, je ne pouvais montrer ma joie, même par un sourire. Nous appelions cela un stylo, mais en réalité, il s’agissait juste de la partie centrale d’un stylo. J’ai admiré sa persistence. Je n’ai pas au l’opportunité de découvrir comment il avait obtenu le stylo. Peut-être l'avait-il acquis entier mais avait dû jeter le reste.


Avec le stylo, notre plan est passé à une autre étape. Même si la partie centrale du stylo n’était pas pratique, c'était suffisant. Je remerciais profondément les divinités pour cette faveur. Si l’encre dans le cœur du stylo n'allait pas suffire à écrire le texte entier, ce serait une telle perte ! Mais cela ne s'est pas produit.


J’ai réparti l’information et organisé un brouillon dans mon esprit. Nous avions un stylo, mais qu’en était-il du papier ? J’ai soudain pensé au papier toilette. Même s’il était très mou, cela pourrait aller. Quand devrais-je écrire? Bien entendu, pas dans la journée. La lumière était toujours allumée durant la nuit. Les prisonniers de service allaient et venaient toute la nuit. Le meilleur moment était de minuit aux premières heures du matin. Bien que je ne pourrais pas dormir, le sacrifice n'était rien comparé à la satifaction de diffuser la vérité !


Je me suis encouragé et j'ai réprimé mes peurs et inquiétudes. Aucune pensée négative ne me ferait abandonner : "Est-ce que cela fonctionnera ? Une fois que je l’aurais écrit, cela pourrait ne même pas atteindre le monde extérieur. Pourrais-je faire face à la torture si je suis découvert ? Des prisonniers connaissent-ils mon plan? Attendent-ils simplement de m’attraper dés que je vais mettre mon plan à exécution ? »


Je n'ai donné aucune énergie à de telles mauvaises pensées. Lorsqu’elles émergeaient dans mon cerveau, je ne les entretenais pas et les purgeais immédiatement.

Pas de sommeil, cette nuit-là

Les scènes qui ont suivi étaient pleines de ce type de conflit et d’anxiété que la plupart des gens ne peuvent imaginer apparaître que dans les films. Cependant, je n’avais pas ce type de soulagement parce que ce n’était pas un film. Si mon plan était découvert, les matraques électriques et autres tortures seraient véritablement utilisées sur moi.

Cette nuit-là, même les yeux fermés, je finalisais l’article dans mon esprit. Je ne pouvais montrer aucune différence dans mon comportement habituel. Je ne pouvais pas bouger dans le lit. Je devais aussi connaître les habitudes des prisonniers de service, comme quand il serait loin ou prés et combien de temps lui faudrait-il pour revenir près de moi.


Après minuit, c'était très calme. J'ai pris avec beaucoup de soins le stylo et le papier. J'ai demandé d’abord la bénédiction des divinités et des Bouddhas, puis, j'ai commencé à écrire. Je tirais la couverture sur ma bouche. La couverture ne pouvait pas couvrir mes yeux parce que mes yeux et mes oreilles étaient nécessaires pour observer les prisonniers de service. Si je tirais la couverture au dessus de mes yeux, les prisonniers seraient soupçonneux. De plus, j’avais besoin de la lumière dans la pièce de façon à pouvoir écrire sous la couverture.


Lorsque les prisonniers de service faisaient demi-tour pour s’éloigner de moi, je pouvais bouger un petit peu et créer un petit espace sous la couverture. Je ne pouvais même pas ouvrir mes yeux en écrivant. La taille des caractères ne pouvait pas être trop grosse. Lorsque les prisonniers de service se tournaient et commençaient à marcher vers moi, je devais cesser d’écrire de façon à avoir suffisamment de temps pour réagir si l'un d’entre eux venait vers moi. Par exemple, je pouvais avaler le papier et jeter le cœur du stylo. Mon esprit était fortement concentré et en alerte en permance.


Finalement, j’ai fini d’écrire la lettre. Elle fasait plus de 2800 caractères chinois de long.

Le choix du moment était crucial

L’article était fini. Cependant,je ne pouvais pas le mettre dans ma poche. Les cellules étaient aussi soumises à des fouilles intempestives. Je devais donc bien le cacher.


Un jour, la famille d’un prisonnier est venue lui rendre visite. Emprisonné pour vol, il est venu me poser une question. J’étais nerveux et devais prendre une décision difficile en un temps extrêmement court.


Il m’a demandé calmement : “As-tu besoin d’aide de ma part ? » Je me suis dit : « Essaie-t-il de m’aider ou d’obtenir ma lettre et me dénoncer à la police ? A quel point puis-je croire un voleur ? S’il souhaite vraiment m’aider, en a-t-il même la capacité ? " Sa famille l’attendait dans la salle des visites. Je devais lui donner mon article avant qu’il ne les voit. J’ai réfléchi un instant et lui ai présenté ma requête : Je dois aller aux toilettes."


En nous dirigeant vers les toilettes, je continuais à me demander si je devais ou non lui donner la lettre. J’ai pensé : " Maintenant que l’article a été écrit, il doit être envoyé d’une façon ou d’une autre. Je dois saisir l’opportunité maintenant qu’elle s’est présentée."


Arrivés aux toilettes, j’ai demandé au prisonnier “Peux tu me donner ton étui à cigarettes ?" Il me l’a tendu. J’ai pris la lettre et l’ai placée dans l’étui.Je lui ai demandé : “Envoie ceci à l’adresse écrite là. Merci." Après quoi, le prisonnier m’a renvoyé à ma cellule, et est allé retrouver sa famille.


Les quelques jours qui ont suivi, j’étais sur des charbons ardents. Je ne savais pas où la lettre était allée. Je pensais souvent : "Si un groupe de gardes se précipite dans ma cellule, que devrai-je faire ? " La pensée érodait mon esprit et me plongeait dans un océan d’obscurité, profond et suffoquant. Je me suis rappelé la signification de la lettre et pourquoi je l’avais écrite.


La lettre a finalement été reçue par mon ami. Il a été bouleversé, a mis l’information en forme et l’a envoyée au site web Minghui. L’article “Falun Dafa Practitioners' Fa Rectification Path at the Guanshanzi Forced Labor Camp, Liaoning Province” a été publié le 18 mai 2002. J’en étais alors à mon cinquième jour de grève de la faim. 24 heures plus tard j’ai été libéré sans conditions.


Ça ne réussit pas à chaque fois

Les tentatives de faire sortir l’information de la prison ou des camps de travail ne réussissent pas toujours. Un pratiquant de Falun Gong qui avait été détenu pendant cinq ans dans la prison Huazi de la ville de Liaoyang, dans la province du Liaoning, m’a dit : "Une fois, un prisonnier devait être libéré, à la demande d’un pratiquant de Falun Gong, il a caché la lettre sur lui pour la sortir de la prison. Avant qu’il ait pu sortir, la lettre a été découverte lors de la fouille finale. Ce prisonnier a été renvoyé en prison pour encore un an."


Le monde extérieur connaît aujourd’hui toutes sortes de produits du travail forcé. Un prisonnière une fois détenue dans la Prison pour femmes de Shanghai m’a dit qu’elle avait fabriqué des dizaines de milliers de drapeaux nationaux britanniques. On disait qu’ils devaient servir pour l’anniversaire de la Reine.


La mère d’un de mes amis est actuellement détenue dans le Second pavillon du Camp de travaux forcés Numéro 1 de la province du Shandong. Il y a plus de 50 travailleuses forcées et deux chaînes d’assemblement. Elles ont travaillé sur entre 5000 et 6000 navires de pêche, et entre 15 et 18heures par jour. Les navires de pêche appartiennent aux Pêcheries Weihai Guangwei de la province du Shandong. C’est une filiale du Groupe Weihai Guangwei de la province du Shandong. Leurs produits s’exportent dans plus de 670 pays du monde.


Le camp ne rétribue pas le travail du tout. Un travail aussi intensif se monterait à 300, 000 yuans chinois (~48,142 USD) si nous assumions que chaque individu ait reçu 200 yuans (~ 32 USD) par jour pour les 50 personnes travaillant sur ces deux chaînes d’assemblement. Les camps de travail n’ont pas de coûts de salaires du tout. De tels camps ne font que des profits illégaux.


La première fois que les gens ont appris la vérité des camps de concentration nazis en Allemagne, beaucoup ont trouvé ça difficile à croire. Mais la vérité a bouleversé chacun. " Le journal d’Anne Franck"est considéré comme un des livres les plus importants du 20ème siècle parcequ’il a rendu compte des histoires réelles de la vie quotidienne de la famille d’Anne durant les plus de deux ans qu’elle a passés dans une chambre secrète à Amsterdam pour éviter l’arrestation.


Des scènes aussi horribles ont lieu chaque jour en Chine. Des dizaines de millions de pratiquants de Falun Gong sont soumis au travail forcé et même aux prélèvements d’organes à vif. Cela défie le seuil limite de la moralité humaine. Cependant, nous avons encore de bonnes personnes dans le monde et nous devrions nous unir pour résister et éliminer l’érosion des valeurs fondamentales de notre humanité.


Version chinoise

Traduit de l’anglais
http://en.minghui.org/html/articles/2013/1/1/136881.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.