CIFD : Le Congrès des Etats-Unis entend des témoignages sur des milliers de meurtres [d'élèves] du Falun Gong pour leurs organes

WASHINGTON, D.C.—Quatre experts ont témoigné mercredi devant le Comité des affaires étrangères du Sénat des États-Unis à propos du prélèvement forcé d'organes de prisonniers politiques et religieux en Chine, incluant des dizaines de milliers de pratiquants de Falun Gong.


Chaque année, au moins 10 000 transplantations d'organes sont effectuées en Chine, mais tandis que le gouvernement chinois déclare que ces organes proviennent de condamnés à mort, des experts médicaux et des employés des droits de l'homme attirent l'attention sur la disparité dans les chiffres.


"La plupart des experts estiment le nombre des exécutions chaque année à quelque part entre 2000 et 8000 par an, ce qui est loin des chiffres donnés par différentes sources en Chine y compris par le Dr. Jiefu," a déclaré le Dr. Damon Noto, porte-parole pour le groupe Docteurs contre le prélèvement forcé d'organes (DAFOH) dans son témoignage.


"Même s'ils en ont exécuté 10,000 par an et transplanté 10,000 par an, il y aurait quand même une large disparité. Pourquoi cela ? Parce qu'il est tout simplement impossible que ces 10 000 personnes exécutées correspondent parfaitement aux 10 000 personnes en demande d'organes."


D'après le Dr Noto, plusieurs enquêtes suggèrent que l'écart est rempli par les prisonniers de conscience, en particulier les pratiquants de Falun Gong détenus. Des dizaines de milliers de pratiquants de Falun Gong sont détenus, présélectionnés (pour le groupe sanguin et autres qualités exigées pour faire correspondre un organe à un patient) et tués à la demande pour extraire des organes alimenter l'industrie de transplantation en Chine, qui génère des centaines de millions de dollars de revenus (fiche d'informations ).


"Ouvrir le corps de quelqu'un simplement parce qu’il est impliqué dans une idée religieuse ou personnelle ou politique contraire aux souhaits de l'élite dirigeante, et non une menace physique pour le régime, est le crime le plus monstrueux que je puisse concevoir” a dit le représentant Dana Rohrbacher (R-CA), comme cité par le journal Epoch Times. Rohrbacher s'est également adressé aux journalistes présents dans la salle, exhortant ceux qui ne l’ont pas fait à couvrir le sujet.

"Cette possibilité – et cette probabilité - nous pousse dans une horreur qui défie notre langue, faisant du mot ‘barbare’ un mot trop doux" a déclaré le représentant Chris Smith (R-NJ), selon l'AFP.


La représentante Karen Bass (D-CA) a qualifié l'information présentée à l'audition de "profondément troublante".


Appel à une action du gouvernement américain

Ethan Gutmann, auteur et journaliste indépendant qui a fait des recherches approfondies sur le prélèvement des organes de pratiquants du Falun Gong et d'autres prisonniers de conscience, a axé son témoignage sur 12 témoins qu'il a interrogés et qui ont soit vu des prélèvement d'organes à vif sur des prisonniers ou à qui on a fait des analyses de sang en tant que prisonniers de conscience, faisant d’eux des candidats. Il a exhorté le Congrès à appeler ces témoins eux-mêmes à en attester personnellement, dans le cadre d'une enquête approfondie.


Gutmann a également souligné la responsabilité du Parti communiste en lien avec de tels crimes.


"La demande de prélèver les organes de prisonniers politiques n'est pas venu des triades, mais des cadres vieillissant du parti" a déclaré Gutmann. "La Chine est un état de surveillance, visant à observer les membres du parti et de l'armée .... le " Parti central "était au courant de tout cela."


Dr Noto a souligné l'importance que le gouvernement américain enquête et rende public les rapports et les preuves de prélèvements d'organes, pour le bien des victimes mais également pour celui de la communauté médicale.


"Actuellement, nos médecins voient des patients se rendre en Chine pour des transplantations d’organes, nos hôpitaux forment des médecins de la Chine sur la façon d'effectuer des transplantations, nos universités y participent et financent la recherche qui a lieu en Chine concernant les transplantations et nos revues médicales les acceptent" a déclaré Dr Noto.


"Sans cette information, nous courons le risque de rendre nos communautés médicale complice de l'une des plus grandes tragédies de notre temps."


Lui aussi a appelé à une enquête sérieuse par le gouvernement américain ainsi qu’à une résolution du Congrès condamnant la pratique et un voyage consultatif, pour avertir les patients potentiels qui se rendent en Chine.


Dr Gabriel Danovitch, de l'Université de Californie à Los Angeles, a suggéré que les entreprises américaines se voient interdire d’entreprendre des recherches liées à la transplantation d'organe ou à des essais pharmaceutiques quand les organes proviennent de prisonniers exécutés et que les citoyens américains qui reviennent au pays avec un organe obtenu à l'étranger soient obligés de le déclarer. Il a déclaré qu'il était difficile de contrôler les événements en Chine, mais le Congrès peut certainement affecter le comportement des citoyens américains et des entreprises.


"Les Etats-Unis doivent donner un exemple ... et démontrer l'absence d'acceptation de qui que ce soit dans la juridiction américaine profitant du désespoir d’un patient ayant besoin d'une transplantation, ... ou de prisonniers dont les parties du corps valent de grosses sommes d'argent quand ils sont exécutés,"a-t-il déclaré.


Complément d'information

A également pris la parole à l'audience le Dr Charles Lee, porte-parole et directeur des relations publiques du Centre de service mondial pour quitter le Parti communiste chinois (PCC) (témoignage).

* Voirici les témoignages écrits tirés de l'audience.
* Voir ici un résumé du Centre d'information du Falun Dafa Information retraçant l'histoire et les preuves de prélèvements d'organes sur des prisonniers de conscience du Falun Gong
* The Epoch Times, "US Congress Hones in on Vast Organ Harvest," Sept. 12, 2012.
* Agence France Presse, "US lawmakers question China organ transplants," Sept. 13, 2012.


Rappel

Créé en 1999, le Centre d'Information du Falun Dafa est basé à New York, il documente les violations commises contre les gens qui pratiquent le Falun Gong (ou " Falun Dafa ") en République Populaire de Chine. En juillet 1999 le Parti communiste autocratique de Chine a lancé une campagne illégale d'arrestations, de violences et de propagande avec l'intention d'éradiquer cette pratique pourtant apolitique. Il semble que certains dirigeants craignaient alors l'influence que pourraient avoir les 100 millions de personnes pratiquant cette méthode bouddhiste. La campagne a depuis augmenté en violence et en ampleur, avec des millions de personnes détenues ou envoyées dans des camps de travaux forcés. Le Centre a pu documenter 3168 cas de décès et plus de 63.000 cas de torture en détention (communiqués). . Falun Gong est un qigong de style traditionnel typique de l'héritage chinois qui consiste à se cultiver pour la santé et l'élévation spirituelle.

POUR DE PLUS AMPLES INFORMATIONS VEUILLEZ CONTACTER LE CENTRE D'INFORMATION DE FALUN DAFA

Contact en France : (06.74.90.02.85)
International : http://www.faluninfo.net/
Contacts US: Gail Rachlin (+1 917-757-9780), Levi Browde (+1 646-415-0998), Erping Zhang (+1 646-533-6147), or Joel Chipkar (+1 416-709-8678)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.