CIFD : Des dizaines de pratiquants de Falun Gong ont été tués dans le premier tiers de l’année 2011

Des photos clandestinement sorties de Chine montrent des victimes émaciées, contusionnées ou hospitalisées
 

Le 30 mai 2011

New York—Plus d’une vingtaine de pratiquants de Falun Gong sont décédés suite aux violences en détention depuis le 1er janvier 2011 selon des rapports reçus par le Centre d’information de Falun Dafa et publiés jeudi. Trait propre à la campagne contre le Falun Gong, plusieurs des victimes sont décédées après avoir été détenues dans des " centres de lavage de cerveau " improvisés où la torture et l’ingestion de drogues ont été utilisées pour forcer ces personnes à renoncer à leur pratique du Falun Gong.

Se basant sur des rapports de personnes sur le terrain en Chine, le Centre d’Information de Falun Dafa a documenté les décès suite aux violences de 26 pratiquants de Falun Gong depuis le 1er janvier 2011. Sept des cas incluent des photos sorties clandestinement de Chine qui montrent des marques de coups, l’émaciation ou l’hospitalisation. (Galerie de photos)

Zhou Yongkang, qui a été nommé dans les rapports d’actualité comme prenant la tête d’une récente répression qui a vu le célèbre artiste Ai Weiwei et de nombreux avocats des droits de l’homme "disparaître, "a au cours de la dernière décennie été intimement impliqué dans la répression des pratiquants de Falun Gong. Zhou a spécifiquement nommé le Falun Gong comme cible de la répression pré-Olympique dans laquelle des milliers de pratiquants ont été détenus. Six d’entre eux sont parmi la liste des individus tués début 2011.

“Les cas de mort rapportés depuis janvier sont un microcosme de la campagne contre le Falun Gong, et aussi le plus large mépris du Parti communiste pour la vie humaine,"a dit le directeur exécutif du Centre d’Information de Falun Dafa. Zhou Yongkang et d’autres fripouilles du parti ont, ces dix dernières années, raffiné les méthodes de surveillance, d’intimidation et de torture sur les pratiquants de Falun Gong, et nous voyons à présent ces tactiques être appliquées à un segment encore plus vaste de la population chinoise."

“Ces décès du Falun Gong devraient servir de sonnette d’alarme à la communauté internationale quant à jusqu’où iront les dirigeants du parti pour éliminer les membres de la société chinoise actuelle qui pensent indépendamment.


Les 26 victimes sont de tous les groupes d’âge de toutes les couches de la société, et régions géographiques. La plus jeune était une femme de 22 ans de la province du Hebei, et la plus âgée un employé retraité des chemins de fer de Wuhan de 71 ans. La moitié des individus tués (13 personnes) ont été enlevés à leurs domiciles ou sur leurs lieux de travail simplement parce qu’ils étaient connus des autorités comme pratiquant le Falun Gong. Au moins six autres ont été détenus tandis qu’ils exerçaient leur droit à la libre expression, comme imprimer et distribuer des tracts pour informer leurs concitoyens chinois des abus des droits de l’homme. Beaucoup des victimes avaient été détenues ou emprisonnées avant leur plus récent enlèvement, mettant en lumière les efforts persistants des autorités chinoises pour trouver les personnes connues pour être pratiquants de Falun Gong.

La vaste majorité des victimes sont décédées suite à la torture physique et psychiatrique. Plusieurs ont été tuées quelques semaines après leur détention of victims died due to physical and psychiatric torture. Dans d’autres cas les victimes on été condamnées à des peines de prison prolongées et, après des années de torture et de privation, sont mortes en détention ou ont été rendues à leur famille alors qu’elles étaient au seuil de la mort, seulement pour décéder peu après.


La moitié des personnes tuées (au nombre de 13) ont été détenues dans des camps prison, une indicaation de l’étendue des abus endurés par les pratiquants de Falun Gong dans de telles installations, en plus de la rééducation par le travail forcé. Les exemples les plus dramatiques étaient peut-être les trois prisonniers de conscience du Falun Gong détenus à la prison de Jiamusi dans la province du Heilongjiang qui sont morts en l’espace de deux semaines après avoir été emmenés à une section spéciale pour intensifier les efforts de transformation ( Galerie de photos).


Plusieurs décès étaient clairement en lien avec une campagne de “transformation” intensifiée lancée par les dirigeants du Parti communiste mi-2010. (news). Outre les trois sus-mentionnées, quatre autres victimes sont décédées après avoir été enlevées fin 2010 et emmenées dans installations de détention improvisées, hôtels, entreprises ou écoles, spécifiquement destinées à détenir les pratiquants de Falun Gong en utilisant n’importe quel moyen nécessaire pour les “transformer”. A leur liberation mais avant leurs morts, deux hommes ont informé leurs membres de famille qu’ils avaient été forcés à absorber des drogues non identifiées leur ayant causé des maux de têtes, des vertiges, et des pertes de mémoire.

Les cas et détails cités dans la liste étaient compilés à partir de différentes sources, y compris le témoignage de proches ou d’amis des décédés et des preuves photographiques montrant des marques de torture.

Au total, le Centre a enregistré les décès de 3, 434 pratiquants de Falun Gong en résultat de diverses formes de persécution depuis 1999. Etant donné les efforts importants du Parti communiste chinois pour empêcher l’investigation des décès non naturels de pratiquants de Falun Gong et les rapports de prélèvement d’organes forcés sur un nombre inconnu de détenus du Falun Gong, le chiffre actuel de décès pour 2011 et général est pense-t-on significativement plus élevé que ce que le Centre a été capable de documenter.

Depuis 1999, le Parti communiste chinois a perpétré une campagne de persécution généralisée et brutale afin d’éradiquer le FalunGong, une pratique spirituelle et de qigong chinoise, dont les adhérents en Chine se comptent encore par dizaines de millions. Des centaines de milliers de Chinois qui pratiquent le Falun Gong se trouvent toujours en captivité, en faisant le plus grand groupe de prisonniers de conscience en Chine. (article).

Les Nations Unies, Amnesty International, des avocats chinois des droits de l’homme et les medias occidentaux ont documenté la torture et les décès du Falun Gong aux mains des autorités chinoises (reports). Dans son rapport annuel publié le mois dernier, Amnesty International déclarait que les pratiquants de Falun Gong qui ont refusé de renoncer à leurs croyances “sont typiquement torturés jusqu’à ce qu’ils coopèrent; beaucoup meurent en détention ou peu après leur libération " (rapport). La campagne du Parti communiste et sa mise à exécution sont en violation de la loi chinoise, contrairement à ce qui est couramment rapporté, Falun Gong n’a pas été interdit comme étant un "culte pervers." (analysis)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.