Le mystère entourant la mort de M. Xiong Zhengming, professeur en science informatique – a-t-il été assassiné pour ses organes ?

Début décembre 2007, le pratiquant de Falun Gong M. Xiong Zhengming est mort soudainement alors qu’il était transféré au Camp de travail forcé de Mianyang. L’incident entier est suspect.

M. Xiong Zhengming, 39 ans, était professeur en science informatique au Lycée professionnel de l’agglomération de Wanyuan, dans la province du Sichuan. Il avait commencé à pratiquer le Falun gong en 1998. Il était sain de corps et d’esprit. Il travaillait dur et était très respecté par ses étudiants et collègues. En février 2007, Xiong Zhengming a été emmené par Zhao Chenghua, chef du Bureau 610, et d’autres policiers. Après que cette information ait été révélée, plusieurs dizaines d’étudiants du Lyçée professionnel de l’agglomération de Wanyuan se sont rendus au poste de police et ont demandé la libération de Xiong Zhengming. Plusieurs parmi eux ont aussi été détenus.

Vers les 9h le matin du 4 décembre 2007, Xiong Zhengming, qui avait été illégalement détenu pendant neuf mois, a soudainement été emmené en voiture par le chef de la sûreté nationale de l’agglomération de Wanyuan, Ye Xudong, Wang Qiang et deux autres policiers à destination du Camp de travail forcé de Mianyang. Zu Zijian, directeur adjoint des services de police, était sur les lieux. Selon le témoin, Xiong Zhengming a protesté à grand bruit. Le jour suivant vers les 7h du matin (le 7 décembre 2007), Ye Xudong a appelé la famille de Xiong Zhengming et dit qu’il s’était suicidé, et leur a demandé de se rendre immédiatement à Deyang pour les funérailles.

La famille de Xiong Zhengming a conduit toute la nuit, pour arriver à Deyang vers les cinq heures du matin, le jour suivant. Le Secrétaire du Parti communiste (PCC) de l’agglomération de Wanyuan Chen Zhonghua et le secrétaire du Comité Politique et Judiciaire et d’autres, étaient déjà là. De plus, des officiers des agents des services de police de l’agglomération de Dazhou, le Bureau 610, et l’Unité de la sûreté nationale, au total une trentaine de personnes étaient là. Le secrétaire du Comité politique et judiciaire coordonnaient les arrangements. Comment est ce que la mort d’un professeur ordinaire pouvait mettre en alerte autant de fonctionnaires du gouvernement ? Comment l’avaient ils appris ? Quand étaient ils arrivés là ? Pourquoi prêtaient ils à cela autant d’attention ?

1. Mort suspecte

Le corps de M. Xiong Zhengming était habillé, mais recouvert d'un drap. Il n’y avait pas blessures faciales, mais il y avait un trou à l’arrière de sa tête. Ye Xudong et d’autres ont prétendu que Xiong
s'était suicidé. Comment une personne avec les menottes et des policiers à ses côtés avait elle pu se suicider?

Questionné par la famille de Xiong, Ye Xudong a changé son histoire, disant que c’était un accident de voiture. Mais il n’y avait pas de scène d’accident, pas de déposition écrite de collision par la police de la route, la voiture de police que Xiong Zhengming avait amenée n’avait aucun dommage, la police et le conducteur dans la même voiture allaient tous bien et n’étaient pas blessés, seul Xiong Zhengming était mort. Comment cela était-ce possible ?

Ye Xudong a déclaré qu’après l’accident, une clinique à Deyang (pourquoi n’étaient ils pas allés à l’hôpital mais dans une petite clinique privée ?) avait fait un traitement d’urgence sur Xiong Zhengming. Mais selon des témoins, lorsque Xiong Zhengming a été amené à la clinique le 5 décembre à 10h du matin, il était déjà mort ; il n’y avait plus besoin d’un traitement d’urgence. Et dans le soi-disant enregistrement de traitement, à la place réservé au nom était écrit " Anonyme ". Comment Ye Xudong pouvait il ne pas connaître le nom de la personne décédée. Que voulait il dissimuler ?

Incapables de justifier la mort, Ye Xuedong et les autres ont demandé à l’examinateur médical, amené par les services de police de Dazhou, de faire une autopsie malgré que sa famille ne l’avait pas demandé. Cet examinateur médical n’a pas cherché la cause de la mort, mais indiquant le corps de Xiong Zhengming a dit à la famille " Regardez, son cœur est ici … ses organes sont tous là… " Il semblait essayer de prouver qu’il n’y avait pas de doutes à avoir. La famille voulait savoir la cause de la mort, et n’avait pas questionné sur ses organes . L’autopsie a été rapidement faite, mais l’examinateur n’a pas osé examiner le dos de Xiong. Est-il possible que les reins de Xiong aient été manquants ?

2. Que s’est il vraiment passé à la prison de Deyang?

M. Xiong Zhengming est parti à environ 9h le matin du 4 décembre 2007. Il aurait du arriver au Camp de travail de Mianyang le même soir. Pourquoi est il mort à Deyang le 5 décembre ? Selon ce qu’a dévoilé Ye Xudong, Xiong Zhengming a été détenu dans la prison du poste de police de la ville de Deyang Huangxu. Cette prison est située sur le côté droit de la grand route allant de Chengdu à Miangyang, et se trouve à 29 km de Mianyang. Il faut à une voiture normale seulement 20 minutes pour arriver au Camp de travail forcé de Mianyang. Pourquoi n’y a-t-il pas été emmené directement, mais a passé la nuit dans la prison de Deyang ? Que s’est il vraiment passé cette nuit-là ? Xiong Zhengming est-il mort dans la prison de Deyang ? Comment est il mort ? Est-il possible que ses reins et peut-être d’autres organes aient été prélevés ?

Puisqu'il était déjà mort le matin du 5 décembre, pourquoi Ye Xudong a-t-il averti la famille à 7h du soir ? Pendant tout ce temps, qu'ont fait Ye Xudong et les autres ? Pourquoi est ce que les autorités de la ville de Wanyuan sont arrivées plus tôt que la famille de Xiong ?

3. Etait-ce une conspiration pré-arrangée ?

Selon des gens au courant, le 4 décembre, Ye Xudong avait approché M. Xiong Zheng Ming. A ce moment Xiong a senti qu’il pourrait ne pas être capable de revenir. Après le décès de Xiong, ils ont continué à détenir le pratiquant de Falun Gong HuYu, qui était dans la même cellule de prison que Xiong, et était aussi professeur au lyçée de Wanyuan. A présent Hu Yu est dans une situation dangereuse.

Normalement, une escorte n’a besoin que de la police normale, pourtant le 4 décembre, Yu Xudong, qui est chargé de l’Unité de sécurité nationale locale, a été directement impliqué, le directeur adjoint des services de police, Xu Zijian, était aussi sur les lieux. Ce n’est pas normal.

Après la mort de M. Xiong Zhengming, de nombreux fonctionnaires gouvernementaux se sont rendus sur place, ont exercé des pressions et intimidé la famille de Xiong, et menacé de les faire renvoyer de leurs emplois. Le secrétaire du Comité Politique et Judiciaire du PCC, qui en surface semblait ne rien avoir à voir avec le cas, s’est présenté et a offert à la famille effondrée 140,000 yuan. Si la mort de Xiong n’avait rien à voir avec eux, pourquoi ont-ils offert de l’argent à la famille ?


4.A propos des prélèvements d'organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant

Le 6 juillet 2006, l’éminent avocat des droits de l’homme David Matas et l’ancien secrétaire d’état pour l’Asie-Pacifique David Kilgour ont publié un rapport d’une enquête indépendante. Le rapport confirmait que le PCC a systématiquement et à une échelle massive, fait prélever les organes de pratiquants de Falun Gong alors qu’ils étaient encore vivants, pour le profit. Le rapport indique : " Le gouvernement de la Chine et ses agences dans de nombreux endroits du pays, en particulier les hôpitaux mais aussi les centres de détention et les cours du peuple, depuis 1999, ont mis à mort un grand nombre bien qu’inconnu de prisonniers de conscience du Falun Gong. Leurs organes vitaux, y compris les reins, les foies, les cornées et les cœurs, ont été saisis sans leur consentement pour la vente à prix fort. " Ces crimes se perpétuent encore aujourd’hui. M. Matas a dit :" Pour nous, c’est une forme de mal encore jamais vue sur cette planète, une forme de mal sans précédent. "

Manfred Nowak, rapporteur spécial sur la torture de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies, indique dans un récent rapport que dans différents endroits de la Chine, un bon nombre d’organes de pratiquants ont été prélevés à vif pour les transplantations d’organes. Dès 2001, l’hôpital de Sujiatun dans l’agglomération de Liaoning, province de Shenyang avait commencé le prélèvement à grande échelle des organes vitaux de pratiquants de Falun Gong, incluant des cœurs, des reins, des foies, des cornées, etc. La police ou les médecins concernés injectent certaines drogues aux pratiquants provoquant un arrêt du cœur, et causant la mort immédiate, pendant ou après que leurs organes aient été prélevés.

Sous une forte pression internationale, le PCC a toujours nié l’existence des « prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant. » Mais depuis 2006, lorsque la question a été exposée, le PCC a fait et amendé plusieurs projets de loi concernant les greffes d’organes, et en même temps le PCC a ouvertement reconnu le prélèvement des organes de prisonniers exécutés, ce qu’ils avaient toujours nié par le passé. Il espérait utiliser cela pour diluer l’indignation internationale sur la question des « prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants. Toutefois, les analystes disent, tandis que divers témoignages continuent à faire surface, et que les voix internationales de justice sont de plus en plus fortes, que le jour est proche où le PCC devra admettre avoir prélevé les organes de pratiquants de Falun Gong


Date de publication : 1/4/2008

Version Chinoise disponible à :
http://minghui.org/mh/articles/2008/2/29/173328.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.