Déclaration des pratiquants de Hong Kong : défendons les libertés de Hong Kong et créons la paix et l'harmonie véritables.

Depuis les temps anciens, les gens ont toujours espéré vivre une vie heureuse et ont prié pour la paix et l'harmonie. Jusqu'à plus récemment quand la politique a émergé, ces souhaits simples et purs pour la paix et l'harmonie ont été remplacés par l'expression de la sécurité nationale. Et dans un continent régi par un régime autoritaire, la signification de la sécurité nationale a dévié pour devenir une épée suspendue au-dessus de la tête des chinois.

Sous pression du régime autoritaire, le gouvernement de SAR a édité à la hâte un prétendu document de consultation sur l'établissement de l'article 23 de la loi fondamentale, sous prétexte de sauvegarder la sécurité nationale. Le gouvernement vise clairement certains groupes et les droits fondamentaux sont attaqués à Hong Kong, ainsi que les libertés, peu importe commment ils essayent de le cacher. Comme ce que beaucoup de jurisconsultes ont précisé, les lois courantes du SAR couvrent fondamentalement les offenses énumérées dans l'article 23, et il n'est donc pas nécessaire de présenter une nouvelle loi. Quoique sécession ou subversion ne soient pas spécifiquement mentionnés dans le droit de base, il y a assez dans les lois existantes pour s'occuper de ces cas. Cependant, car Hong Kong n'a jamais vu ces offenses, l'établissement précipité de l'article 23, et la détermination forte à éliminer des "failles" qui n'ont jamais été exploitées, incite à se demander la vraie intention derrière tout cela.

Le document de consultation qui est sorti la semaine dernière montre encore plus que la proposition non seulement n'apporte aucune protection supplémentaire de paix et d'harmonie, mais mine réellement la loi et la moralité humaine dont une nation tire sa sécurité. Ceci créera beaucoup plus de façons d'agir légales et exploitables, qui pourrait bien écraser les libertés de Hong Kong et mener à l'effondrement du "un pays, deux systèmes."

Par exemple, les définitions de "sécurité nationale" et de "secret d'état" sont les éléments principaux de la loi anti-subversion. La proposition du gouvernement indique qu'elle peut accepter et suivre pleinement la définition de ces concepts donnée par la Chine continentale, et émettre des jugements correspondants pour punir les groupes ou individus locaux.

Toute personne qui comprend la situation actuelle en Chine sait très bien que celle-ci est encore régie par un régime autoritaire. Les définitions par le gouvernement central de la sécurité nationale et du secret d'état sont infiniment larges. En outre, dans la pratique, aucune distinction légale n'est faite dans les concepts importants tels que le gouvernement, l'état et le parti communiste. Sous le prétexte de sauvegarder des secrets d'état ou la sécurité nationale, des dissidents paisibles sont fréquemment arrêtés, et les groupes non désirés souvent conduits à la clandestinité. L'indication du nombre de malades du SIDA à un endroit particulier en Chine, ou révéler aux médias que des dissidents sont torturés dans les hôpitaux psychiatriques, ou même le reportage sur une grève à grande échelle par des ouvriers pourraient être dit subversifs.

M. Chu O-ming, un résident permanent de Hong Kong et également pratiquant de Falun Gong, a été arrêté sept jours après qu'il ait entamé une procédure légale pour déposer plainte auprès de la Cour suprême contre Jiang Zemin et deux autres dirigeants, en août 2000. Il a été condamné à une peine de cinq ans et a reçu de graves tortures mentales et physiques. Dr. Teng Chunyan, un docteur pratiquant aux Etats-Unis, a été envoyée dans un camp de travail pour trois années parce qu'elle avait révélé aux médias d'outre-mer que des pratiquants de Falun Gong étaient jetés dans les hôpitaux psychiatriques. Ces deux sont encore détenus.

Il y a beaucoup, beaucoup d'autres personnes qui ont un sens de la justice et sont profondément concernés par le futur de la nation ont été à tort persécutés sous le régime autoritaire, créant des tragédies humaines innombrables. Si le gouvernement de SAR suit le continent étroitement sur ces jugements incorrects, n'est-ce pas une double faute de soumettre plus de personnes à des poursuites injustifiées ? En outre, de telles lois peuvent être facilement manoeuvrées pour attaquer les groupes, médias ou individus qui ne sont pas aimés par les autorités du continent.
Il y a une clause en particulier qui fait penser au futur de Falun Gong dans Hong Kong: Le secrétaire pour la sécurité serait autorisé à interdire tout groupe dans Hong Kong si son organisation dans le continent était proscrite pour des raisons de sécurité nationale. La secrétaire dit que puisque le Falun Gong en Chine continentale n'a pas été interdit pour risque à la sécurité nationale il ne serait pas affecté. Un personne aussi expérimentée que mme la Secrétaire devrait savoir mieux qu' un régime autoritaire qui a la commande des vastes ressources de l'état, y compris le système judiciaire, la branche d'application des lois et les médias, peut fabriquer à sa guise les "preuves" de nouveaux crimes. Cela est aussi simple et normal que de respirer. En fait, les diverses étiquettes que Jiang Zemin a utilisées dans sa lutte contre le Falun Gong passent au-dessus de la constitution et de la loi.

Voici une illustration. Jiang Zemin a personnellement annoncé le jugement du Falun Gong comme "secte" devant un journaliste français alors qu'il visitait la France. Les médias du continent ont alors rapidement écrit des éditoriaux pour soutenir la déclaration. La police a alors pris les mots de Jiang et des journaux en tant que raisons légales. C'est ainsi que l'étiquette est survenue pour le Falun Gong. En outre, les autres étiquettes comme "organisation réactionnaire", "organisation terroriste" peuvent être utilisées de toute façon à leur guise.

Cette approche dans laquelle le continent fait le jugement et Hong Kong suit sa trace est l'aspect le plus dangereux des lois proposées. Ceci permettrait au dictateur d'imposer ses propres volonté au gouvernement et au peuple, et d'écarter les abus de droits de l'homme, la persécution du Falun Gong et d'autres groupes paisibles à Hong Kong. Si le SAR décrète de telles lois locales, le Hong Kong autrefois libre ne sera plus différent du reste de la Chine. Les autorités de SAR ont également indiqué à plusieurs reprises que les lois existantes de beaucoup de pays démocratiques ont été étudiées en rédigeant le document de consultation, ceci pour dire que la proposition est conforme aux normes internationales. Cependant, nous estimons que la ressemblance est seulement superficielle et que le mal vrai est caché.

Le gouvernement de SAR a évité de parler d'un facteur important, qui est que Hong Kong manque des contrôles et des équilibres caractéristiques à une démocratie vraie. Sous le prétexte de protéger la sécurité nationale, le papier de consultation propose de donner à la police plus de puissance - ainsi ils peuvent entrer et fouiller les logements privés et étudier la situation financière en cas d'urgence. Ceci nous rappelle que les maisons de pratiquants de Falun Gong sont mises à sac en Chine continentale et que les arrestations sont faites sans procédure légale. Avec la proposition, ceci peut également se produire dans Hong Kong, même si les rapporteurs du projet affirment qu'il n'y aura pas terreur blanche avec des arrestations massives. S'il n'y a rien pour empêcher efficacement et légalement ces comportements, ces promesses verbales seront juste des mots doux qui visent à tromper le public et à apaiser les mécontentements.

En fait, maltraiter des lois existantes pour limiter la liberté d'expression et d'assemblée est déjà évident dans la SAR. En novembre 2001, sous les conseils de la police de Hong Kong, le département de nourriture et d'hygiène a de force enlevé la bannière des pratiquants de Falun Gong utilisée lors d'une démonstration, en citant une ordonnance d'hygiène sans aucun rapport. En outre, dans un incident qui s'est produit le 14 mars de cette année, une ordonnance qui avait été à l'origine prévue pour empêcher l'obstruction provoquée par les marchands ambulants a été appliquée pour arrêter 16 pratiquants de Falun Gong qui conduisaient une pétition paisible ce jour. Ces pétitionnaires ont été poursuivis sous la même ordonnance.

De façon regrettable, avec le projet de loi en cours pour l'article 23, le gouvernement de Hong Kong SAR ne montre pas le respect véritable des libertés et des droits des résidents de Hong Kong. Le processus de consultation ressemble plus à une publicité commerçante. Il suit les plans dictés secrètement par les autorités de Chine continentale. Sur une question si cruciale pour le futur de Hong Kong, le gouvernement de la SAR a même refusé la suggestion raisonnable de présenter une ébauche détaillée pour consultation publique. Peu importe comment l'autorité essaye de faire apparaître la proposition clémente et raisonnable, ce genre d'attitude irresponsable est en fait un problème. Car le dictateur trahit l'intérêt des personnes et détruit la moralité humaine à sa guise, si le peuple accepte tranquillement la tyrannie, les espoirs pour la paix et l'harmonie seront inévitablement ruinés. La prétendue sécurité nationale sera réduite au genre de sécurité qui permettrait à un petit cercle d'autorités de satisfaire confortablement leurs propres désirs égoïstes. Il n'y aurait plus aucune paix ou harmonie dont on puisse parler.

Les difficultés que les pratiquants de Falun Gong du continent ont traversées au cours des trois dernières années ont prouvé cela. Ils ont toujours suivi le principe universel de Vérité-Compassion-Tolérance. Peu importent les pressions, implacablement, paisiblement et de façon rationnelle, ils exigent que le gouvernement chinois cesse la persécution injustifiée et barbare du Falun Gong. Cette persécution blesse des dizaines de millions de citoyens respectueux des lois qui maintiennent les traditions chinoises. Les gens ont été renvoyés de leur travail, expulsés des écoles, forcés d'assister à des classes de lavage de cerveau, jetés dans des hôpitaux psychiatriques, envoyés dans des prisons ou camps de travail, et même torturés à mort, tout cela pour pratiquer le Falun Gong. La persécution consomme les ressources de l'état, et a eu comme conséquence la condamnation internationale. Avec l'effort d'autres nations et de personnes bienveillantes, les demandes par les pratiquants de Falun Gong d'une fin au massacre, d'une fin à la persécution et de respect des droits de l'homme aident véritablement à créer la paix et l'harmonie dans le monde.

Nous pensons profondément que le gouvernement de la SAR et les personnes de Hong Kong ne doivent pas devenir victimes de la tyrannie de Jiang Zemin, et que les personnes de Hong Kong ne doivent pas vivre dans la terreur. Nous nous opposons fortement à toutes les mesures qui peuvent employer l'intérêt national ou la sécurité comme prétexte pour attaquer des personnes innocentes. Nous essaierons d'avoir un dialogue avec le gouvernement de SAR pour exprimer nos inquiétudes quand à l'établissement de l'article 23. Empêchons la tyrannie de s'infiltrer dans Hong Kong. Accomplissons notre responsabilité vis-à-vis des futures générations et défendons les libertés et l'intérêt de Hong Kong. Travaillons ensemble pour crér un futur lumineux pour tous .


Pratiquants de Falun Gong de Hong Kong

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.