C’est une bénédiction que de réaliser ses erreurs

Chacun fait des erreurs, mais seul celui qui est vertueux est capable d'écouter l’avis et les critiques des autres avec un esprit ouvert. L'empereur Taizong de la dynastie Tang (618-907AP JC), connu pour sa largesse d'esprit et sa sagesse, était très vertueux et éclairé. Un monarque rarement vu à travers l'histoire. Ce qui suit sont quelques histoires au sujet de l'empereur qui montrent qu'il était disposé et même content d'entendre ses fonctionnaires lui indiquer ses erreurs.


L'empereur Taizong avait été offensé par Mu Yu, un fonctionnaire de la cour responsable des jardins impériaux, et il avait ordonné son exécution. Apprenant les nouvelles son fils plus âgé s'empressa d'aller trouver son père et le supplia de ne pas décapiter l'homme. Très heureux, l'empereur dit : "Moi, le souverain, j’ai eu en premier Wei Zheng, qui venait à moi chaque matin et soir, offrant ses avis francs. Après que Wei soit mort, Liu Ji, Cen Wenben, Ma Zhou, et Chu Suiliang ont continué cette tradition. Mon fils était à mes coté et a vu que j'aime entendre différents avis, si bien qu’aujourd'hui il est venu pour me conseiller d'être prudent. Il a grandi et est devenu un conseiller !"


L'empereur Taizong se tourna un jour vers ses fonctionnaires et dit : "Aujourd'hui, moi, le souverain, je veux entendre les autres me signaler mes erreurs. Vous pouvez commencer. " Chacun a semblé dire la même chose : "Votre majesté a atteint la paix avec la grande vertu, et il n'y a rien eu que vous ayez mal fait." Tous sauf un, Liu Ji, un fonctionnaire de la branche exécutive du gouvernement impérial. Liu fit un pas en avant et dit : "Récemment il y a eu des gens qui ont soumis des mémoriaux à votre majesté qui n'étaient pas en accord avec les édits impériaux. Parfois Votre Majesté s'est mise en rage. A l’époque, personne n’a osé dire un mot, mais ce n'est peut-être pas le résultat que l’on souhaitait voir." "Vous avez absolument raison. moi, le souverain, changerai, "a dit l'empereur.


L'Empereur Taizong dédaignait les fonctionnaires corrompus et prévoyait de prendre des mesures sévères contre eux. Il arranga que des dessous de table soient envoyés aux fonctionnaires de gouvernement à divers niveaux afin de les tester.Un fonctionnaire mordit à l'hameçon. Après, l'empereur ordonna son exécution. Mais Pei Ju, responsable de l'administration civile, raisonna "ceux qui prennent des dessous de table devraient être exécutés , mais votre majesté l'a leurré . C’est ce que les gens appellent, 'Tromper quelqu'un pour lui faire commettre un crime.' Ce n'est pas une méthode qui s'accorde avec la vertu et la justice." À ces mots, l'empereur se tourna vers le groupe et dit : "Pei Ju a le courage de présenter son argument devant la cour impériale, au lieu d'incliner la tête en acquiesçant à tout ce que je dis. Si tous étaient traités de cette façon, rien ne serait impossible à arranger, n’est-ce pas?"


Après qu'il ait hérité du trône, l'empereur Taizong aimait partir en voyages de chasse. Sun Fujia, un fonctionnaire de la division de justice, avait conseillé à l'empereur de ne pas y aller, parce que ce n'était pas un bon exemple pour les générations postérieures. L'empereur dit : "Vous pouvez signaler mon erreur, et je pourrais la modifier. Ainsi il y a un espoir pour la nation !"


La première année du règne de Zhenguan, Gao Feng, un fonctionnaire rédigeant les documents impériaux, cita cinq cas dans lesquels l'empereur n'avait pas employé les bonnes personnes, n'avait pas chéri les ressources financières et humaines, et ainsi de suite. L'empereur Taizong ne pouvait pas être plus satisfait . Plus tard, à plus d'une occasion, Gao soumit des mémoriaux au monarque, mettant en lumière des comportements inexacts de la cour, chaque mot en étant vrai et sincère. L'empereur leur fit bon accueil en son coeur et âme..


Une fois une étrange comète traversa le ciel, un événement qui dura plus de cent jours. L'empereur Taizong demanda à ses fonctionnaires ce qu'un tel présage pouvait indiquer. Yu Shinan, un de ses ministres, fit un pas en avant et cita l'exemple de Jing-Gong de Qi, un excellent monarque qui régna sur l'état de Qi dans la période de printemps-Automne (800-300 Av JC). Un phénomène semblable impliquant une comète se produisit alors mais passa tranquillement selon la bonne règle de Qi. Ainsi Yu conseilla à l'empereur Taizong de garder l'esprit clair et de refréner son arrogance en dépit de ses accomplissements et de la longue période de paix, et qu'il ne serait jamais trop prudent. Dans la réponse l'empereur dit : "En effet, j'ai mené une rébellion à l'âge de 18 ans et j’ai obtenu la nation à l'âge 24 . Avant d’avoir 30 ans, je suis monté sur le trône. J'ai pensé que d'autres monarques n'avaient pas réalisé ce que j'ai fait, ainsi je suis devenu fier et arrogant, regardant chacun de haut. Ce phénomène peu commun est probablement un présage du ciel. L'empereur Qinshihuang (259 -210 Av JC) se débarrassa des six autres états, l’empereur Yang de la dynastie Sui (604-617 AP JC) semblait autrefois tout posséder sous le soleil, mais tous deux échouèrent à la fin en raison de leur arrogance. Comment oserai- je ne pas tirer une leçon d'eux?"


Le fonctionnaire de cour Zhang Xingcheng était à l’un des dîners impériaux quand il entendit l'empereur parler des personnes de la province de Shandong et de celles de Guanzhong, une plaine en Chine centrale. Zhang sentit que le ton de l'empereur était biaisé et dit : "Le fils du ciel devrait traiter chaque lieu comme sa maison et ne devrait pas différencier l'est de l'ouest. Autrement, il prouve au public qu'il est étroit d’esprit." L'empereur Taizong ne pouvait être plus d’accord et il récompensa abondemment Zhang. Depuis lors l'empereur rechercha toujours l'avis de Zhang avant de prendre toute décision. Une fois, l’empereur Taizong mentionna à ses fonctionnaires que beaucoup d'empereurs et de rois dans l'histoire avaient réalisé la paix seulement avec l'aide de leurs généraux, tandis qu'il était non seulement un monarque, mais également un général et un conseiller en même temps. Entendant cela, Zhang soumit rapidement une déclaration d'opinion, précisant qu'il agissait d'un acte de rivaliser pour le crédit avec ses sujets. L'empereur en convint.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.