Mes expériences en distribuant Epoch Times

Partagé à la Conférence d’échange d’expériences de Falun Dafa 2006 du Royaume Uni
 

Bonjour Maître,

Bonjour à tous mes condisciples,

Je m’appelle Joanna, je me suis impliquée avec Epoch Times début 2005 et j’ai commencé à coordonner la distribution. Les débuts ont été plutôt mal assurés car je n’avais jamais été dans une position de responsabilité auparavant. J’avais de gros attachements à me reposer sur les autres et pensais qu’il était du devoir de tout le monde de se rassembler et s’impliquer. J’avais une très mauvaise mentalité – combattive et critique envers les autres qui n’aidaient pas.

Je me validais moi-même et j’ai eu de nombreux conflits en conséquence, en particulier avec un certain distributeur. Lorsqu’il ne se présentait pas à temps, j’étais très frustrée et le plus souvent nos conversations au téléphone s’achevaient, moi lui disant ; » Comment peux tu faire ça … je suis coordinatrice de distribution. » J’étais très combattive avec un fort esprit de compétition.

    “ L’homme méchant est mené par la jalousie, par l’égoïsme, par la colère, il se croit injustement traité. L’homme bienveillant a toujours un cœur de compassion, sans griefs, sans haine, il prend les souffrances pour une joie. L’homme éveillé n’a aucun esprit d’attachement, il contemple les gens de ce monde qui se sont laissé tromper par l’illusion.. ” (‘Etats d’esprit ’, Essentiel pour un avancement assidu)

J’ai réussi à laisser tomber cet état d’esprit et les choses ont naturellement commencé à s’harmoniser d’elles-mêmes – Davantage de gens se sont impliqués et chacun a commencé à prendre plus de responsabilité pour ses journaux.

Me débarrasser de mon attachement à la réputation et au confort

Souvent je n’aimais pas livrer les journaux à cause de la piètre opinion qu’ont les gens d’un ‘paper boy’ ou d’une ‘paper girl’ dans la société. J’aurais aimé faire quelque chose de moins physique et de plus valorisant – comme écrire des articles pour le journal. Quelquefois, je rechignais aussi à me lever à six heures du matin pour me rendre au centre de Londres aux heures de pointe et de tirer un chariot plein de journaux à travers la ville. Pour mes notions humaines, c’était « indigne », alors que c’était en fait pour aider à enlever mes attachements au renom et à la réputation. Je visitais les mêmes endroits ou j’allais passer des auditions lorsque je visais une carrière d’actrice. Quelquefois, j’avais la pensée que je ne voulais pas tomber sur mes anciens collègues de jeu et qu’ils voient que j’étais maintenant une ‘paper girl’ .

Mais à mesure que mon esprit changeait, la situation changeait aussi. J’ai commencé à considérer la livraison des journaux comme un honneur, je venais avec la vérité à tous ces endroits de travail différents, ces maisons résidentielles et ces cafés. Comme mon esprit changeait les gens me considéraient aussi autrement. Beaucoup de gens me saluaient comme une amie perdue depuis longtemps et étaient vraiment contentes de le voir chaque semaine. Je me sentais noble et pleine de dignité.

    “Il vient en portant la vérité parfaite selon son gré

    Va aux quatre coins du monde avec une aisance insouciante

    Le principe de Loi se répand partout dans la voie de ce monde

    Plein des êtres le bateau de Loi lève la voile ” ('Tathagata', 2002)


Dernièrement, j’ai remarqué que j’avais commencé à me relâcher dans ma diligence en distribuant le journal. Le journal marchait depuis déjà plus d’un an, et j’ai senti ne plus avoir le zest et l’enthousiasme que j’avais eu jusque là. J’étais comme la personne dans Zhuan Falun qui ne faisait le travail que superficiellement pour être appréciée par ses superviseurs. Mais comme nous le dit le Maitre, la cultivation-pratique dépend complètement de votre cœur.

Avant je faisais juste mon parcours de livraison défini et en restai là mais aujourd’hui je prends l’initiative et je vais distribuer des journaux dans la rue l’après midi. Récemment, une de nos distributeurs est parti pour Hong Kong, elle distribuait les journaux au coin d’une rue affairée de Londres- à un coin il y a le bâtiment de la BBC, à l’autre une université très fréquentée avec beaucoup d’étudiants chinois. C’est un excellent endroit pour distribuer le journal car beaucoup de gens passent par là à l’heure du déjeuner. Avant que je ne prenne ce point de distribution j’étais très réticente à cause de mon attachement à la réputation, je ne voulais pas rester seule sur le trottoir en pleine journée à distribuer des journaux.

Comme Maître dit dans Zhaun Falun :

    “Nombreux sont ceux qui voudraient cultiver et pratiquer vers les niveaux élevés, or cette chose est posée là devant vous et vous ne le réalisez peut-être pas encore … Aujourd’hui cela vous est livré à votre porte et peut-être que vous ne vous en rendez pas encore compte ! S’éveiller ou ne pas s’éveiller à cela, tout le problème est là, autrement dit, c’est la question de pouvoir être sauvé ou non.”

Chaque semaine il y a 10 000 journaux imprimés ce qui fait 10 000 opportunités pour que les gens apprennent la vérité. Les journaux sont gratuits et n’importe quel pratiquant peut venir les chercher et les distribuer où il veut. Chaque semaine, je peux saisir cette opportunité de faire de mieux en mieux, d’améliorer mon caractère tout en touchant beaucoup d’êtres qui ont attendu des éons que je passe leur porte avec un journal.

Avec la distribution deux autres pratiquants et moi avons formé l’équipe de vente d’espaces publicitaires pour le journal. L’équipe de vente a un rôle très important à jouer en assurant que notre journal commence à fonctionner comme un média régulier dans la société. Ça a été un processus lent en apprenant les bases de la vente publicitaire et pendant longtemps je n’ai pas vraiment eu le cœur à le faire. Mes notions humaines me disaient que c’était trop de travail pour trop peu de réussite, que nous n’arriverions jamais à vivre en le faisant, et que la vente publicitaire était une profession un peu modeste.

Il y a eu un tournant cependant à une de nos réunions sur le marketing. Un pratiquant a commenté que l’Epoch Times à New-York avait augmenté si rapidement parce qu’ils avaient tous la pensée droite qu’ils voulaient réussir. Après quoi nos esprits dans l’équipe marketing a changé. Nous avons naturellement commencé à nous unir, à établir un bureau chez un pratiquant et commencé à le traiter comme un travail normal. Donner des appels en groupe offre un grand soutien – nous pouvons discuter comment l’appel s’est passé et comment mieux gérer les objections. Il y a eu depuis deux pratiquants de plus qui se sont joints à l’équipe.

J’ai le sentiment de devoir faire des progrès rapides dans la vente publicitaire pour pouvoir commencer à apporter un revenu régulier pour le journal. J’ai vu apparaître de nombreux attachements dernièrement en essayant de faire avancer les ventes publicitaires, en particulier ma dépendance des autres et mon attachement au confort. Je suis très contente de prendre des rendez vous au téléphone puis d’aller rendre visite à quelqu’un, mais je trouve difficile d’arpenter les rues pour visiter un commerce. La peur du rejet, la peur de l’inconnu, et mon attachement au confort et à la sécurité entrent tous en jeu. Arpenter les rues par temps froid ressemble à un baptême du feu mais c’est une approche très efficace du point de vue du temps et vous rend plus conscient des nombreux appels de ventes publicitaires que les commerce reçoivent. L’autre pratiquant dans l’équipe marketing ma donné récemment un conseil utile : Si tu te places toi-même dans la même situation encore et encore, alors des choses vont forcément commencer à arriver.

Contrairement à l’opinion populaire la vente publicitaire peut être très agréable. Le stéréotype du vendeur publicitaire insistant n’est pas vrai du tout. Maître nous dit dans Zhuan Falun: “'« Sur dix marchands, neuf sont des filous ». Ce n’est qu’un adage des gens ordinaires, pour moi il s’agit du problème du cœur de l’homme” C’est notre enthousiasme et notre attitude positive qui attire les gens à Epoch Times. J’ encourage tout le monde à s’impliquer dans l’équipe marketing. Au lieu d’y penser comme à du démarchage publicitaire, nous sommes juste les représentants du journal. Il n’y a pas de type particulier de personne pour faire un bon démarcheur publicitaire, on peut être tranquille et timide ou bruyant et extraverti. C’est le cœur et l’esprit qui sont importants, comme Maître nous dit dans Zhuan Falun.

“Si vous pouvez y mettre votre cœur aucune difficulté ne pourra vous arrêter.”

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.