Un media suédois couvre la récolte d’organes en Chine alors que des pratiquants clarifient les faits lors des épreuves d’athlétisme du championnat européen (Photos)

Le 19ème Championnat européen d’athlétisme s’est achevé le 13 août à Goteborg. Quatorze mille athlètes et deux mille reporters de 49 pays ont participé à ce grand événement. Durant le championnat, les simulations des atrocités de récolte d’organes de pratiquants de Falun Gong ont encore une fois attiré l’attention du public et des médias sur la question des droits de l’homme en Chine.

Le Goteborg Evening Daily (GT) a publié une pleine page sur la récolte d’organes L’Expressen couvre la récolte d’organes

Le 12 août, le Goteborg Evening Daily (un des plus grands quotidian suédois) a publié une pleine page sur les atrocités de récolte d’organes du Parti communiste chinois (PCC). Ci-dessous une transcription de l’article :
Organes récoltés sur des détenus vivants
La manifestation de protestation des pratiquants de Falun Gong à Goteborg

On pouvait voir sur Queen Square du sang, des cadavres et des organes. Une simulation entendait montrer au public comment les organes des pratiquants de Falun Gong sont prélevés en Chine. Vevika E. participait à l’activité, elle a dit au journaliste :

"Des spectateurs ont pleuré."

Un chirurgien a ouvert la poitrine d’un mannequin et sorti un cœur. C’était très réaliste.

Une femme chinoise, une moitié du visage enflée était assise sur une chaise, plusieurs endroits de son corps « saignaient » tandis qu’un policier la torturait encore et encore.

Tout cela pour montrer au public ce qui se passé en Chine. Vevika a dit : Quand des enfants viennent regarder, nous leur disons immédiatement. C’est une mise en scène, pourtant ces atrocités ont bien lieu en Chine.

Prélever des cornées sur des personnes vivantes

L’allégation de récolte d’organes sur des personnes vivantes a été abordée pour la première fois ce printemps.

"Les pratiquants de Falun Gong sont utilisés comme fournisseurs d’organes. Selon des sources fiables, les médecins prélèvent des cornées sur des personnes vivantes." A dit La pratiquante de Falun Gong Vevika.

Une campagne de signature pour condamner les atrocités

This [organ harvesting] can probably explain why the organ waiting time in China is much shorter than other countries. Goteborg resident Ms Johnson signed her name on a petition. She said: "It is very cruel. It immediately reminds me of the Nazi concentration camps during World War II."

Cette [récolte d’organes] peut probablement expliquer pourquoi le temps d’attente pour un organe en Chine est beaucoup plus court que dans d’autres pays. La résidente de Goteborg, Mme Johnson a signé son nom sur une pétition. Elle a dit : « C’est très cruel. Cela me rappelle immédiatement les camps de concentration nazi durant le Deuxième Guerre Mondiale.

Sur leur table d’information, deux rapports d’enquête indépendants étaient présentés.

Des gens vivants sont utilisés comme fournisseurs d’organes

L’ancien Secrétaire d’Etat canadien pour l’Asie et le Pacifique, David Kilgour et l’avocat des droits de l’homme David Matas ont déclaré dans leur rapport : « Les allégations, si elles sont vraies, représentent une forme grotesque de mal, qui malgré toute les dépravations que l’humanité a connues, serait nouvelle sur cette planète. »

Edward McMillan-Scott, Vice Président du Parlement européen a déclaré : “La condition des prisonniers en Chine est de mieux en mieux connue mais ce n’est que ces derniers mois qu’une maltraitance particulière – des pratiquants de Falun Gong – a été mise en lumière, à savoir la sélection de prisonniers pour la compatibilité anticipée d’organes et de tissus pour des greffes, conduisant à leur mort. »

Original article date: 8/28/2006
Version chinoise disponible à:
http://minghui.ca/mh/articles/2006/8/27/136529.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.