Un garçon de 11 ans: j'avais une famille heureuse dans le passé

Je suis un jeune pratiquant de Falun Dafa en Chine, j'ai 11 ans cette année. Avant ma famille était heureuse, mais maintenant seulement ma grand-mère et moi-même nous nous en rappelons, et nous dépendons l'un de l'autre pour survivre. Mon père et mon oncle ont été condamnés respectivement à 12 et 8 ans de travaux forcés, et ma mère a été obligée de quitter la maison afin d'éviter d'être arrêtée par la police. Mon grand-père a été tellement traumatisé par le chagrin qu'il est décédé à la fin juin 2004 nous quittant à jamais.

Mes parents, mes grands-parents et mon oncle étaient tous des pratiquants de Falun Dafa. En 1997, alors que je n'avais que 4 ans, mes parents et tous les membres de ma famille avaient l'habitude d'aller sur un site de pratique du Falun Gong afin d'étudier les enseignements du Falun Dafa et de pratiquer les exercices. Le temps passant, j'ai commencé à accompagner mes parents sur le lieu de pratique, puis ensuite j'y suis allé tous les jours. Alors que les pratiquants de Falun Dafa adultes étudiaient les enseignements, je les écoutais en jouant tout seul en même temps. Ensuite j'ai commencé à aller à l'école, j'étais capable d'étudier la méthode du Falun Gong, ainsi que de pratiquer les exercices par moi-même.

Après le 20 juillet 1999, quand la persécution du Falun Gong a commencé, mes parents ont été persécutés et forcés de devenir sans abri pour éviter d'être arrêté illégalement. Ils se sont dévoués afin d'exposer les faits de la persécution. Dans la seconde moitié de 2002, J'ai également aidé à faire prendre conscience de la persécution en fabriquant du matériel de clarification de la vérité avec mes parents, et j'ai fait ce que je pouvais dans les limites de mes capacités.

Le 28 novembre 2003, des policiers ont cerné notre emplacement de fabrication de matériel. A ce moment là, ma mère n'était pas là. Les policiers ont pénétré de force dans notre maison, ont jeté mon père sur le sol et ont pillé les lieux. Ils ont confisqué beaucoup de choses, tel que du matériel d'enregistrement, une moto, une bicyclette et d'autres choses encore. J'ai couru à la porte et j'ai crié, " Des voleurs pénètrent par effraction dans notre maison! "

Les policiers savaient qu'ils faisaient quelque chose de mal et ont été effrayés que leur comportement ne soit exposé en public. Aussi ils m'ont attrapé et m'ont jeté sur le sol. Mais j'ai continué à crier de plus belle. Alors ils m'ont giflé au visage si fortement qu'une de mes oreilles a été immédiatement rendue sourde. Après, mon père et moi-même avons été envoyés dans un centre de détention. Il faisait si froid en novembre que je ne pouvais pas m'empêcher de trembler. Mon père et moi n'étions pas détenus ensemble, mais je savais que les policiers le battaient. Le soir à 21h30, mon grand-père est venu nous voir au centre de détention. Cependant, il a eu seulement l'autorisation de me ramener à la maison mais pas de voir mon père.

Mon père a été condamné à 12 ans de travaux forcés. Comme pour mon oncle, qui avait déjà été condamné à 8 ans de travaux forcés en 2001. Mon grand-père s'est finalement effondré sous l'énorme pression. Il est décédé à la fin juin 2004, me quittant à jamais.

Version chinoise disponible à:
http://minghui.ca/mh/articles/2005/2/28/96321.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.