Trois beaux poèmes chinois inspirés par l’automne


Lorsqu’un souffle de vent frais agite doucement les cimes colorées des arbres et que le ciel est sans nuage, l’automne, lointain et tranquille, nous fait signe avec son charme mature et calme.


Nous retrouvons souvent la saison dans le paysage évocateur peint par la nature au temps des récoltes—dans les feuilles rouges couvrant les montagnes, dans l’éclat de la lune brillant dans le ciel sombre, et même dans les poèmes que l’histoire nous a laissés.


Les poèmes chinois sur l’automne ont des traditions particulièrement riches.Entre les paysages paisibles et les rivières, leurs vers réconfortants laissent derrière eux un sentiment persistant d'harmonie et de beauté.


Découvrons ici trois beaux poèmes chinois sur l’automne :


Palais sous le clair de lune par Yuan Yao (Dynastie Qin)


Lune d’automne
Par Zhu Xi (1130-1200)

《秋月》
【宋】朱熹(程顥)
清溪流過碧山頭,空水澄鮮一色秋。
隔斷紅塵三十裡,白雲紅葉兩悠悠。

Le ruisseau limpide coule près de la montagne recouverte de vert ;
Le ciel clair et l'eau fusionnent dans la teinte automnale.
Loin, très loin du monde impur et tumultueux,
les nuages blancs et les feuilles rouges s’attardent.


Zhu Xi observe les vertes collines tandis que le ruisseau limpide s'écoule et que le ciel nocturne crée un paysage serein d'automne. L'expérience de cette beauté onirique de nuages blancs flottants et de feuilles rouges qui se balancent a offert au poète une chance d’échapper à l'agitation de la sphère sociale.


Si Zhu dédie son poème à la lune, il ne mentionne pas le mot "yue" (lune) dans ses vers. Il évoque néanmoins la lumière blanche et douce de la lune tandis qu’il réfléchit à la présence claire et rafraîchissante de l'automne.


Zhu a vécu durant la dynastie des Song du Sud, période durant laquelle le pouvoir de l'empereur était relativement faible. Le poète a apporté de nombreuses idées politiques à la cour, mais elles n'ont pas été adoptées. Il s'est plutôt consacré à l'enseignement et à la recherche universitaires. Il est ensuite devenu un érudit confucéen, influençant par la suite avec ses écrits, les dynasties Yuan, Ming et Qing.


Dans ce poème, Zhu utilise les images du ruisseau de montagne sous la lune d'automne, le ciel nocturne tranquille et les nuages blancs qui s’attardent, pour exprimer son état d'esprit détaché et calme.


Ses vers nous amènent à réfléchir à l’importance de prendre du recul vis à vis de nos problèmes et soucis pour regarder le monde avec un regard neuf.


Chrysanthème et rocher par Zou Yiqui (Dynastie Qin)


Chant d’automne
Par Liu Yuxi (772–842)

《秋詞》
【唐】劉禹錫
自古逢秋悲寂寥,我言秋日勝春朝。
晴空一鶴排雲上,便引詩情到碧霄。

Depuis les temps anciens, nous nous sentons tristes et maussades en automne,
Mais je dis que le printemps ne peut rivaliser avec l’automne,
Un beau jour, une grue fend les nuages et s’élève bien haut :
Elle conduit l’esprit noble du poète jusqu’au ciel azuré.


Depuis les temps anciens, lorsqu ’arrive l'automne et que les plantes se fanent, les gens se lamentent souvent et s'affligent du temps qui passe. Liu Yuxi était néanmoins une exception, privilégiant dans ses œuvres les poèmes sur l'automne.


Liu a écrit le poème Chant d’automne après avoir traversé des moments difficiles, mais nous pouvons constater qu’il était un homme ouvert d’esprit et optimiste. Bien qu'il ait connu des épreuves importantes dans sa vie, il a pu écrire des vers nobles sur la nature, la simplicité et la vertu. L'image magnifique d'une "grue volant au-dessus des nuages" dans le poème est la représentation de l'ouverture d'esprit et des objectifs élevés de Liu.


Sa confiance en soi et son sentiment poétique s'envolent dans le ciel bleu, balayant la désolation et la tristesse de l'automne (et de sa vie), laissant aux générations futures des vers héroïques, libres et nobles auxquels se référer face à l'adversité.


La sagesse de Liu se retrouve également dans son célèbre poème, Inscription pour mon Humble Hutte, qu'il a écrit lors de son exil dans une région reculée : "Les montagnes ne sont pas seulement une question de hauteur : elles n'ont de gloire que si des immortels y vivent. Les eaux ne sont pas qu'une question de profondeur : elles n'ont d'esprit que si un dragon y vit. Voici ma simple hutte, avec seulement le parfum de ma propre vertu."


Lecture dans les montagnes d'automne par Xiang Shengmo (1597-1658). Les anciens poètes chinois nous ont laissé quelques beaux poèmes sur l'automne, inspirés par les paysages évocateurs de la saison.


Soir d'automne dans les montagnes
Wang Wei (699-759)

《山居秋暝》

【唐】王維
空山新雨後,天氣晚來秋。
明月松間照,清泉石上流。
竹喧歸浣女,蓮動下漁舟。
隨意春芳歇,王孫自可留。


Après une pluie fraîche dans les montagnes dénudées,
L'automne imprègne l'air du soir.
Parmi les pins, brillent les rayons de lune ;
Sur les pierres de cristal coule une eau claire.
Dans les bambous murmures de lavandières ;
Le lotus remue lorsque les bateaux de pêche pataugent.
Même si l’odorant printemps s’en va,
Pourtant, là est l'endroit où vous pouvez rester.


Wang Wei est l'un des plus grands poètes de l'histoire de la Chine, connu pour ses poèmes paysagers. Les vers de Wang sont frais, naturels et raffinés, apportant avec eux une beauté éthérée et calme.


Le poème Soir d’automne dans les montagnes est l'une de ses œuvres représentatives. Il décrit le paysage que Wang a vu après une pluie d'automne alors qu'il vivait reclus dans les montagnes. Au coucher du soleil, la pluie a cessé et les montagnes vides sont devenues exceptionnellement calmes et agréables.


La lune montante diffuse un clair de lune parmi les pins tandis que l'eau de source murmure entre les rochers. Les lavandières marchent dans les bambous tandis que les pêcheurs accostent leurs bateaux parmi les feuilles de lotus. Bien que le parfum du printemps ait disparu, la beauté du paysage d'automne suffit pour que le poète s'y attarde


Wang a passé la majeure partie de sa vie en tant que fonctionnaire de la cour, et sa personnalité facile à vivre et sa capacité à se détacher des affaires mondaines sont devenues la meilleure stratégie pour survivre aux épreuves de la fonction officielle. Sa dévotion au bouddhisme a également façonné son caractère, l'encourageant à mener une vie vertueuse.


L'héritage de Wang se perpétue dans les images des montagnes, de la pluie nocturne et des ruisseaux que nous rencontrons dans ses poèmes, nous enveloppant de fraîcheur et de tranquillité.


Nous espérons que vous avez apprécié ces anciens poèmes chinois sur l'automne et que la saison vous inspire à composer les vôtres.


Source : magnifissance

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.