Ce que dit Confucius s’agissant de l'amélioration de soi

Confucius ©Zhengjian.org


Confucius (551-479 avant J.-C.), le premier grand enseignant de la Chine, était aussi l'un des plus grands et des plus influents philosophes du monde. Consignés dans les Analectes de Confucius, ses enseignements et sa philosophie sont les fondements de la culture et de la société asiatiques.
Bien que le monde change rapidement, l'humanité reste la même. Aujourd'hui, même après plus de 2000 ans, les propos de Confucius sont toujours applicables aujourd’hui.


Nous avons sélectionné ici huit citations tirées des Analectes de Confucius, qui pourraient vous donner une réflexion philosophique sur votre vie quotidienne et vous aider à y voir plus clair dans ce monde au rythme effréné.

1. Raconter, au fur et à mesure, ce que l'on a entendu en route, c'est se défaire de sa vertu. (道聽而塗說,德之棄也)

Tout comme dans le dicton "un mensonge peut faire la moitié du tour du monde avant que la vérité ait pu enfiler ses bottes", les rumeurs voyagent plus vite que la vérité. Il est possible que ce soit encore davantage le cas de nos jours. À l'ère du numérique, l'information voyage en un instant et nous sommes facilement contrôlés et utilisés par les médias sans même le savoir. Nous devrions donc y réfléchir à deux fois avant de "liker" un tweet ou de transmettre une nouvelle, au cas où nous deviendrions accidentellement complices d'une rumeur ou d'une tromperie.


2. Quand la saison froide s'installe, alors nous savons que le pin et le cyprès sont les derniers à perdre leurs feuilles. (歲寒,然後知松、柏之後凋)

Dans la culture chinoise, les vrais gentlemen sont généralement décrits comme des pins - bien qu'ils n'aient pas de fleurs accrocheuses, au cours de l'hiver le plus froid, lorsque toute autre forme de verdure s'est fanée, ils sont ceux qui endurent les conditions climatiques difficiles et conservent leur verdure.
En effet, la persévérance est une valeur précieuse et importante pour chacun d'entre nous. Une personne intègre reste fidèle à ses principes, quelles que soient les circonstances. Dans un monde aussi chaotique et changeant que le nôtre, pouvons-nous défendre ce qui est juste ? Pouvons-nous nous en tenir à nos convictions ?


3. Regardez ce que fait un homme, notez ses intentions, examinez en quoi il se complaît, comment un homme peut-il dissimuler son caractère ? (「視其所以,觀其所由,察其所安。人焉瘦哉?人焉廋哉?」

Confucius nous donne ici une méthode pour discerner si quelqu'un est véritablement bon : on regarde d'abord ses actions. Cependant, il est possible qu'il ait fait quelque chose de mal à partir d'une bonne intention, donc vous devez aussi tenir compte de son intention. Mais alors on ne sait jamais s'il fait seulement semblant d'être gentil, il faut donc examiner ses valeurs et ses intérêts, et ce n'est qu'alors que l'on pourra discerner s'il est vraiment bon.

Les propos de Confucius sur le discernement de la bonté chez les autres nous rappellent également que pour être nous-mêmes de bonnes personnes, nous devons partir de l’intérieur.


4. Le désir de faire les choses rapidement en empêche la réalisation complète. Considérer les petits avantages empêche d'accomplir les grandes choses. (「欲速則不達,見小利則大事不成。」)

De nos jours, tout arrive en un instant, ou du moins nous l'attendons et le souhaitons. Nous mangeons des repas instantanés ; nous obtenons des choses en ligne en moins de deux minutes ; nous postons un tweet en quelques secondes..... Parfois, nous devrions ralentir un peu et réfléchir davantage à ce que nous voulons vraiment. Si nous nous complaisons dans des satisfactions instantanées constantes, nous risquons de ne rien accomplir de significatif ou de durable au bout du compte.


5. L’application des couleurs suit la préparation du sol.(「绘事后素」)

Cette affirmation peut sembler un peu trop évidente. Certains pensent que Confucius veut dire que toute chose a besoin d'une base solide pour être construite. Mais il pourrait y avoir ici un sens plus profond, car ce qui suit est la question d'un étudiant : " le Li est alors une chose ultérieure ? "

Cette conversation semble décalée, pourtant Confucius était très satisfait de la réaction de son élève. Toute sa vie, Confucius a plaidé en faveur de "Li", c'est-à-dire les cérémonies, les manières et les attitudes. Mais le Li ne montre que des apparences extérieures (comme la réponse instantanée "Bien, merci" lorsqu'on demande comment on va).

Si les manières et les cérémonies ont une grande importance pour nous permettre de faire notre chemin dans le monde, le plus important est d'avoir un cœur pur. Si le fond intérieur d'une personne n'est pas pur, tout ce qui est ajouté par la suite, même l'expression de bonnes manières, n'aboutira finalement qu'à un désordre supplémentaire.


6. Tsze-kung demanda : "Que dites-vous d'un homme qui est aimé par tous les gens de son quartier ? Le maître répondit : "nous ne pouvons pas pour autant lui accorder notre approbation." "Et que dites-vous de celui qui est détesté par tous les gens de son quartier ?". Le maître répondit : " nous ne pouvons pas pour cela conclure qu'il est mauvais ". Il vaut mieux, dans l'un et l'autre cas, que les bons du quartier l'aiment et que les mauvais le détestent."(子貢問曰:「鄉人皆好之,何如?」子曰:「未可也。」「鄉人皆惡之,何如?」子曰:「未可也。不如鄉人之善者好之,其不善者惡之。」)

Il y a des gens que Confucius appelle "les voleurs de vertu". Ces personnes sont populaires non pas parce qu'elles sont vraiment bonnes ; au contraire, elles sont simplement bonnes à faire semblant d'être bonnes. Par exemple, afin de n'offenser personne, elles restent neutres dans un conflit moral alors que le bien et le mal sont aussi clairs que du cristal. Elles semblent être de "bonnes personnes", mais en réalité, elles perturbent les valeurs morales communes. En fait, elles peuvent même être plus nuisibles que ceux qui sont carrément méchants.

Parfois, nous prenons les choses populaires pour de bonnes choses ou les personnes célèbres pour de bonnes personnes. Et nous nous tenons automatiquement à l'écart des choses que le grand public qualifie de "mauvaises". Nous pensons avoir fait les bons choix, mais en fait nous ne faisons que suivre une tendance. La prochaine fois qu'une nouvelle mode apparaîtra, nous devrions probablement nous arrêter un instant pour voir qui se cache derrière elle, afin de pouvoir faire par nous-mêmes les bons choix.


7. Quand nous voyons un homme de valeur, nous devrions penser à l'égaler ; quand nous voyons un homme de caractère contraire, nous devrions nous tourner vers l'intérieur et nous examiner.(「見賢思齊焉, 見不賢而內自省也。」)

Il s'agit d'une déclaration directe qui nous enseigne réellement comment être droit et honnête. Il est trop facile d'admirer un homme populaire ou de mépriser un homme indigne. Mais cela ne nous aide pas à grandir. Nous ne nous améliorerons qu'en nous corrigeant nous-mêmes, et non en nous comparant aux autres.


8. Ce que vous ne voulez pas que l'on vous fasse, ne le faites pas aux autres. (「己所不欲,勿施於人」)

Finalement, voici ce qui, selon Confucius, peut être le guide d'une personne tout au long de sa vie. En fait, la plupart des gens sont probablement familiers avec cela, car c'est la règle d'or du monde. Le principe consistant à "traiter les autres comme on souhaiterait être traité" est inhérent à la plupart des religions et des cultures. Mais bien sûr, comme pour la plupart des maximes, c'est toujours plus facile à dire qu'à faire. Essayez de vous placer du point de vue des autres lorsque vous rencontrez des difficultés - vous serez peut-être en mesure de considérer une perspective différente.


Après tout, il n'est pas si facile de suivre les doctrines de Confucius : nous devons parfois considérer les autres en premier et renoncer à nos désirs personnels. Le processus peut être difficile, voire douloureux, mais ce que nous gagnons au bout du compte peut être bien plus précieux que les gains matériels.


Version anglaise:
What Confucius Say About Self-Improvement

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.