Une femme du Heilongjiang meurt moins de cinq mois après sa dernière arrestation pour ses convictions

Nom: Zuo Xiuwen
Nom chinois: 左秀文
Genre: Féminin
Âge: 71 ans
Ville: Comté de Huachuan
Province:Heilongjiang
Profession: Comptable à la retraite
Date du décès : 17 février 2022
Date de la dernière arrestation: 29 septembre 2021
Dernier lieu de détention : Commissariat de police de Baowei


Voici environ trois ans, Mme Zuo Xiuwen, résidente du comté de Huachuan, dans la province du Heilongjiang, a commencé à souffrir de symptômes médicaux non diagnostiqués, notamment une vision floue et des mains tremblantes. Malgré son état, elle a quand même fait de son mieux pour sensibiliser à la persécution de sa croyance, Falun Gong, en sortant avec d’autres pratiquants pour distribuer du matériel d’information ou discuter face à face avec les gens.


Suite à sa dernière arrestation, le 29 septembre 2021, Mme Zuo s’est vu refuser l’admission dans le centre de détention local en raison d’une suspicion de cancer du sein. Après avoir lutté contre une santé déclinante durant un an, elle est décédée le 17 février 2022. Elle avait 71 ans.

Mme Zuo Xiuwen

Dernière arrestation et mort

Le 29 septembre 2021, Mme Zuo et deux autres pratiquantes, Mme Song Huilan et Mme Yuan Lixin, se sont rendues dans un parc pour parler aux gens et distribuer des calendriers portant des informations sur le Falun Gong, une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois depuis 1999. Elles ont été dénoncées à la police, puis arrêtées.


Après avoir détenu les femmes toute la nuit au poste de police de Baowei, le lendemain la police les a emmenées à l’hôpital pour y subir des examens physiques. Mme Zuo et Mme Yuan ont toutes deux écopé de 15 jours de détention administrative dans le centre de détention du canton de Tangyuan, tandis que Mme Song a été emmenée dans le centre de détention du canton de Huanan.


Lorsque le médecin du centre de détention a effectué un autre examen de Mme Zuo, elle a remarqué un gros gonflement sur le côté gauche de sa poitrine et soupçonné qu’il s’agissait d’un cancer du sein. Le médecin ayant refusé d’accepter Mme Zuo, la police l’a libérée le soir même. Mme Yuan a été détenue dans le centre.


Peu de temps après son retour chez elle, sous prétexte de vérifier son état de santé, la police a harcelé Madame Zuo. Ils ont également harcelé son gendre par téléphone.


L'arrestation a causé une énorme détresse à Mme Zhao. Elle a souffert de diarrhée persistante et son niveau d'énergie général n'a cessé de baisser. Elle s'est installée chez sa fille au début de l'année 2022 et y est décédée à 5 h 17 le 17 février.


Entreprendre la pratique du Falun Gong

Mme Zuo travaillait comme comptable dans une usine de vêtements, mais a ensuite été mise à pied. Elle et son mari ont alors ouvert un restaurant et ont fait de bonnes affaires.


En 2002, son mari a soudainement subi un accident vasculaire cérébral. Elle a dépensé la plupart de leurs économies pour son traitement médical, mais il est resté dans le coma et n’a pas montré beaucoup d’amélioration.


Alors qu’elle était désespérée, un voisin lui a présenté le Falun Gong et lui a dir que cela pourrait peut-être les aider. Elle a accepté d’essayer et a commencé à lire le Zhuan Falun, l’essentiel des enseignements du Falun Gong, à son mari.


En le lisant, Mme Zuo a été attirée par les principes mentionnés dans le livre. Bien que son mari ne se soit pas rétabli, elle a décidé de pratiquer elle-même le Falun Gong. Peu de temps après, ses propres maux, un apport sanguin insuffisant au cerveau, une inflammation de la vésicule biliaire et une maladie cardiaque, ont tous disparu.


Alors qu’elle persistait à pratiquer malgré la persécution, Mme Zuo a été ciblée à plusieurs reprises pour sa croyance, entraînant une détérioration de sa santé et lui coûtant finalement la vie.


Première arrestation : deux semaines de détention

Le 6 janvier 2009, Mme Zuo s’est rendue dans un village du canton avec Mme Wang Yanhon, une autre pratiquante, pour distribuer des calendriers de Falun Gong. Elles ont été dénoncées à la police et arrêtées. Toutes deux ont été placées en détention administrative durant 15 jours dans le centre de détention du canton de Huachuan.


Après qu’elle ait été libérée, la police s'est constamment rendue au domicile de Mme Zuo pour la harceler. Ils ont même sauté par-dessus la clôture de sa cour pour la surveiller, durant les nuits de l’été 2010, piétinant ses concombres fraîchement cultivés.


Deuxième arrestation : Condamnée à une peine d’emprisonnement de trois ans et demi

Le 13 décembre 2010, Mme Zuo étudiait les enseignements du Falun Gong à son domicile avec trois autres pratiquantes, Mme Song Huilan, Mme Liu Fengping et sa fille Mme Wang Dan, lorsqu’un groupe de policiers est soudainement entré par effraction et les a arrêtés.


Les quatre pratiquantes ont été amenés dans le département de police du canton de Huachuan pour interrogatoire. La police ne leur a pas fourni aucune nourriture avant de les emmener dans le centre de détention du canton de Huachuan.


Le 8 avril 2011, Mme Zuo et Mme Wang ont comparu devant le tribunal du canton de Huachuan. Le 22 avril, le juge Xi Shifeng a condamné Mme Zuo à 3 ans et demi et Mme Wang à 3 ans. Les pratiquantes ont fait appel devant le tribunal intermédiaire de la ville de Jiamusi, mais le juge Song Peixia a décidé de confirmer leurs verdicts initiaux, le 31 mai 2011.


Mme Zuo et Mme Wang ont été emmenées à la prison pour femmes de la province du Heilongjiang, respectivement les 15 et 25 juin 2011.


Le 29 mars 2011, Mme Liu a été emmenée dans le camp de travaux forcés de Jiamusi pour y purger une peine de deux ans, et Mme Song a été détenue dans le centre de détention du canton de Tangyuan, où on lui a injecté une drogue toxique qui a provoqué une grave nécrose tissulaire de ses pieds et de ses jambes.


Dans la prison, Mme Zuo a été forcée de s’asseoir sur un petit tabouret durant de longues périodes de temps sans bouger. Elle a également été obligée de fournir un travail intensif sans salaire et soumise à d’autres tortures et à l’ isolement. Bien qu'elle ait été libérée en 2013 avant l'heure, sa santé avait déjà été endommagée par les tortures et elle ne s'est jamais complètement rétablie.


Lorsqu’elle est rentrée chez elle, Mme Zuo a été dévastée de constater que les serrures des portes, de la réserve et des armoires des chambres avaient toutes été ouvertes. Tous ses biens, de sa literie aux ustensiles de cuisine, avaient été volés. Son réfrigérateur était posé dans la cour, dans une mare d’eau. Elle est restée chez sa fille durant quelques jours et a ensuite loué un appartement et a vécu seule.


Voir également

Province du Heilongjiang : Trois ans et demi de calvaire carcéral pour une femme


Version chinoise :
黑龙江桦川县法轮功学员左秀文在迫害中离世 【明慧网】

Version anglaise :
Heilongjiang Woman Dies Less Than Five Months After Latest Arrest for Her Faith /a>

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.