[Sélection d’articles d’opinion] La science versus la science moderne

ATOM: si on mettait notre corps sous un microscope puissant, ce que nous verrions serait probablement une mer de grains de sable en perpétuel mouvement (photos.com)


Qu'est-ce que la science ? Dans la société occidentale, les gens l'assimilent généralement à la science empirique. Dans la Chine communiste, la science est manipulée comme un outil politique pour laver le cerveau du grand public ou cibler des groupes minoritaires. Ici, je voudrais prendre du recul et explorer ce qu'est vraiment la science.


La définition de la science
Le philosophe allemand Friedrich Nietzsche a dit un jour que seule l'existence qui n'a pas d'histoire peut être définie de manière appropriée. Cette phrase peut être interprétée de différentes manières. Mais quelle que soit l'interprétation que l'on en fait, elle souligne qu'il n'est pas toujours facile de définir clairement un terme, tel que la "science", notamment parce que sa signification change au fil du temps.


Le mot anglais " science " vient du mot latin scire (savoir) ou scientia (connaissance). Le mot chinois 科学 (terme contemporain désignant la science) vient en fait du japonais, qui signifie une sous-discipline de la connaissance. En fait, bon nombre de ces termes qui ont émergé dans l'histoire chinoise récente proviennent du japonais et les traductions ne sont pas exactes. Un autre exemple est la « philosophie ». Dérivé du grec philo (amour) et sophia (sagesse), cela signifie « amour de la sagesse ». Le terme moderne en japonais, 哲, signifie toutefois intelligence, ce qui est très différent du sens original de la sagesse.


Chose intéressante, le terme 哲 (philosophie) signifiait également sagesse dans la Chine ancienne, semblable à sophia en grec ancien. Dans les deux cultures, la signification du terme s'est rétrécie au fil du temps, en particulier dans la société moderne.


La même chose s'est produite avec la " science ". Surtout après le milieu du XIXe siècle, la science a perdu son sens de savoir ou de connaissance, pour devenir la " science moderne ", un terme qui fait référence aux " sciences naturelles et physiques ".


Histoire des sciences
Outre la définition, nous pouvons également obtenir des informations en analysant plusieurs changements dans l'histoire.


En grec, le mot connaissance est epistēmē. Aristote croyait que la connaissance consiste à connaître les causes nécessaires - en particulier les causes finales, au lieu d'une description superficielle de la prédiction. En particulier, il a insisté sur le fait que la connaissance consiste à comprendre le but de l'existence d'une chose.


Ceci est cohérent avec les points de vue d'autres cultures anciennes. Des textes mathématiques ont été trouvés en Mésopotamie et dans l'Égypte ancienne vers 2000 av. J.-C., tandis qu'en Chine, les mathématiques remontent à l'empereur jaune il y a 4 700 ans. Son ministre Lishou aurait inventé les mathématiques et des outils comme le boulier. Deux mille ans plus tard, le bouddhisme et le taoïsme sont apparus en Orient, apportant un tout nouveau niveau de compréhension de l'humanité, de la société et de notre univers.


En Occident, Thalès de Milet (environ 600 av. J.-C.) en Grèce a utilisé la géométrie pour résoudre des problèmes tels que la mesure de la hauteur d'une pyramide. Après la chute de l'Empire romain d'Occident, les régions arabes ont fait progresser les sciences avec l'alchimie (de l'arabe al-kimiya), l'algèbre (de l'arabe al-jabr) et l'astronomie, cette vague de développements se terminant dans les années 1200.


Les sciences dans la Chine ancienne ont connu un essor considérable depuis la dynastie Tang jusqu'à la fin de la dynastie Ming (années 1600) avec le développement de la croyance en l'harmonie entre le Ciel, la Terre et l'humanité. Plus précisément, les sciences comportaient quatre grands sujets, à savoir l'agriculture, la médecine (avec des protagonistes que Sun Simiao, Li Shizhen), l'astronomie (protagonistes comprenant Li Chunfeng, Shen Kuo) et les mathématiques, ainsi que des technologies clés dans les domaines de la céramique, de la soie et de la construction. Ce n'est qu'au moment des croisades, à la fin du 11e siècle, que les Arabes ont apporté en Occident les quatre grandes inventions chinoises (la boussole, la poudre à canon, la fabrication du papier et l'imprimerie) ainsi que les sciences grecques.


Après la gloire de l'art, de l'architecture, des sciences et de la littérature à la Renaissance, la science moderne s'est développée dans les domaines de la mécanique, de la chimie, de l'électricité, du magnétisme et de l'optique. Ensemble, ils ont conduit à la révolution industrielle et à la science que nous connaissons aujourd'hui.


Les limites de la science moderne

Si l'on regarde l'histoire, on s'aperçoit que les grandes découvertes scientifiques, comme celles de Nicolas Copernic et d'Isaac Newton, sont le fruit d'une quête persistante de la vérité. Cela inclut, sans s'y limiter, la remise en question des doctrines existantes. En outre, nombre d'entre elles étaient fondées sur des hypothèses, des raisonnements et des déductions. Très souvent, il n'y avait pas de preuve expérimentale à l'époque.


Une fois le système de la science moderne établi, une telle ouverture d'esprit a souvent été oubliée. De nombreuses personnes, y compris des scientifiques, ont eu tendance à simplement suivre ou défendre le système établi tout en s'opposant ou en attaquant ceux qui avaient des opinions différentes. C'est presque le contraire de ce que faisaient les pères fondateurs de la science.


La théorie de l'évolution en est un exemple. De son introduction à nos jours, elle présente de nombreuses lacunes qui restent sans réponse. En 2006, plus de 500 scientifiques titulaires d'un doctorat ont signé une déclaration mettant en doute la validité de l'évolution darwinienne. Mais à part de rares événements comme celui-ci, la plupart des scientifiques ont été pris pour cible et mis à l'écart par leurs pairs ou le public pour avoir remis en question la théorie de l'évolution.


"La liste des scientifiques, des enseignants, des étudiants et d'autres personnes qui ont subi des représailles ou des discriminations pour leur scepticisme public à l'égard du darwinisme est longue et ne cesse de s'allonger", écrit John West dans son article de mars 2022 intitulé "Les scientifiques ont-ils la liberté de remettre en question le darwinisme ?" En fait, plusieurs professeurs de biologie ont perdu leur emploi à cause de cela à l'Université d'État de San Francisco, à l'Université George Mason et ailleurs. Les membres du corps professoral d'autres départements ont également été confrontés à des discriminations et des mauvais traitements similaires. Citons par exemple le département de mathématiques de l'université Baylor, le département de chimie de l'université du Mississippi et le département de physique de l'université Ball State. Les universités sont très respectées pour leur liberté académique. Mais la science moderne, une fois en place, est devenue presque téméraire en éliminant les voix ou les opinions opposées.


Le préjudice ne se limite pas à ruiner la carrière des dissidents. Lorsque les membres de la société moderne, en particulier la jeune génération, sont rivés au monde virtuel créé par les ordinateurs et les téléphones, ils s'éloignent du monde réel et physique. "Il existe des preuves suggérant que le développement cognitif des enfants peut être endommagé par une utilisation prolongée d'Internet, notamment le développement des capacités de mémoire, de la capacité d'attention, des capacités de raisonnement critique, de l'acquisition du langage, de la lecture et de l'apprentissage. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour tirer des conclusions", a déclaré le rapport du Service de recherche du Parlement européen (EPRS) en mai 2020 intitulé "Effets potentiellement négatifs de l'utilisation d'internet."


Outre son impact sur les enfants, d'autres risques liés à la science moderne ont également fait surface ces dernières années, notamment la menace nucléaire, la crise écologique, la crise énergétique et la crise culturelle. De plus, le charbon et le pétrole étant les principales sources d'énergie, leurs limites et la dépendance excessive du monde à leur égard pourraient un jour provoquer de graves catastrophes pour l'humanité. Même au 21e siècle, les gens n'étaient pas préparés au tremblement de terre de 2004 dans l'océan Indien et au tsunami qui l'a accompagné et qui a tué environ 230 000 personnes. De même, la récente pandémie a infecté près de 487 millions de personnes dans le monde et a fait plus de 6 millions de morts. Sommes-nous capables de prévenir ou d'arrêter les futures catastrophes telles que les fléaux, les pannes d'électricité, et ainsi de suite ? Seul le temps nous le dira.


Retour sur la bonne voie
Dans toutes les cultures, il existe des légendes selon lesquelles l'humanité a été créée par le divin. En préservant la vertu et en prenant soin les uns des autres, l'humanité serait bénie par la longévité et la prospérité. Sans ces attributs, toute civilisation avancée pourrait être dissoute instantanément. De l'Atlantide à Pompéi, de la culture grecque antique à Sodome et Gomorrhe, les exemples de ce genre sont nombreux. Cette situation a également été décrite dans un vieux dicton chinois : Lorsque les choses atteignent un extrême, elles se déplacent dans la direction opposée.


En fait, beaucoup des plus grands scientifiques ont été très religieux. "Connaître les œuvres puissantes de Dieu, comprendre sa sagesse, sa majesté et sa puissance, apprécier, dans une certaine mesure, le fonctionnement merveilleux de ses lois, tout cela doit certainement être un mode de dévotion agréable et acceptable pour le Très-Haut, à qui l'ignorance ne peut être plus reconnaissante que la connaissance", a écrit Nicolas Copernic (19 février 1473 - 24 mai 1543), mathématicien et physicien polonais.


Newton a un jour créé un modèle du système solaire. En tirant sur la poignée, toutes les planètes ont commencé à se déplacer sur leur propre orbite. Lorsque son ami Edmund Halley l'a félicité pour son travail, Newton a répondu que bien que le modèle soit complexe, il n'était presque rien comparé au véritable système solaire. Si la maquette était le fruit de sa conception et de ses mains, le véritable système solaire, bien plus sophistiqué, n'aurait-il pas été créé par le Dieu tout-puissant ?


" De même qu'un aveugle n'a aucune idée des couleurs, de même nous n'avons aucune idée de la manière dont le Dieu infiniment sage perçoit et comprend toutes choses ", a dit un jour Newton.


Albert Einstein était lui aussi émerveillé par l'agencement délicat de notre monde. "Face à une telle harmonie dans le cosmos, que je suis capable de reconnaître avec mon esprit humain limité, il y a encore des gens qui disent qu'il n'y a pas de Dieu. Mais ce qui me met vraiment en colère, c'est qu'ils me citent pour soutenir de telles opinions", a-t-il fait remarquer.


Presque tous ces grands scientifiques ont encouragé l'ouverture d'esprit. "La formulation d'un problème est souvent plus essentielle que sa solution, qui peut n'être qu'une question d'habileté mathématique ou expérimentale. Soulever de nouvelles questions, de nouvelles possibilités, envisager les vieux problèmes sous un angle nouveau requiert une imagination créatrice et marque les véritables progrès de la science", expliquait Einstein.


Il existe encore de nombreuses questions sans réponse dans le domaine scientifique, comme le monstre du Loch Ness, le triangle des Bermudes, les expériences de mort imminente et le sixième sens. Dans l'histoire, de nombreux incidents ont été transmis depuis les temps anciens, comme la naissance virginale et la résurrection de Jésus. En Chine, les légendes de Zhou Yi (Livre des changements) et de grands médecins comme Sun Simiao et Bian Que ont également laissé d'innombrables légendes et sagesses inspirantes.


Le philosophe austro-britannique Karl Popper a affirmé que, pour qu'une théorie soit considérée comme scientifique, elle doit pouvoir être testée et prouvée fausse de manière concevable. Un exemple peut être l'hypothèse selon laquelle "tous les cygnes sont blancs", qui peut être falsifiée en observant un cygne noir. Avec tant de questions sans réponse dans nos vies, sur notre terre et dans l'univers, les ignorer simplement et défendre la science moderne n'est pas l'approche la plus sage.


La pandémie en cours nous donne l'occasion de réfléchir à de nombreuses choses, notamment à ce que nous sommes et à la raison de notre venue dans ce monde. "Je ne sais pas ce que je peux paraître aux yeux du monde, mais pour moi-même, il me semble que je n'ai été qu'un garçon jouant au bord de la mer et se distrayant en trouvant de temps en temps un caillou plus lisse ou un coquillage plus joli que l'ordinaire, alors que le grand océan de la vérité se trouvait devant moi sans être découvert", a dit un jour Newton. Cette humilité et cette gratitude peuvent nous aider à mieux comprendre le monde, tant pour nous-mêmes que pour les générations futures.


Les points de vue exprimés dans cet article représentent les propres opinions ou compréhensions de l'auteur. Tout le contenu initialement publié le site Minghui est protégé par le droit d'auteur de Minghui.org.


Version anglaise:
[Selected Opinion Articles] Science vs. Modern Science
Version chinoise:
【征文选登】科学的自白

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.