Un ancien employé du gouvernement du Hunan brutalement torturé pendant un an d'emprisonnement et licencié pour être resté fidèle à sa foi.

M. Duan Xianghui, 55 ans, était un employé du Bureau de surveillance du marché du district de Beihu dans la ville de Chenzhou, province du Hunan. Il a entrepris la pratique du Falun Gong en 2011. Il a été arrêté en juillet 2020 pour avoir parlé à ses collègues de la persécution du Falun Gong par le Parti communiste chinois depuis 1999.


Il a été ultérieurement condamné à un an de prison et à une amende de 1 000 yuans. Il a purgé sa peine dans la prison de Wangling dans la ville de Zhuzhou, province du Hunan, où il a été brutalement torturé par des détenus. Il a été licencié de son poste au sein du gouvernement après sa sortie de prison.


Torturé en prison
Dans la prison de Wangling, les gardiens ont demandé aux détenus de persécuter les pratiquants emprisonnés, en ciblant particulièrement ceux qui tenaient fermement à leur foi. C'était la norme pour les détenus de battre et d’injurier les pratiquants. Les tortures comprenaient verser de l'eau froide sur le corps des pratiquants par temps froid, les forcer à écarter les jambes à l’extrême au point de les blesser, ne pas leur permettre d'aller aux toilettes mais les forcer à la place à sauter ou à courir, les gifler au visage, et les priver de sommeil. M. Duan a enduré toutes les tortures ci-dessus.


Les détenus l'ont battu presque tous les jours pendant une vingtaine de jours, de fin janvier à début février 2021, parfois deux ou trois fois par jour. L'un des détenus, Xue Yaojun, a affirmé qu'à la demande de l'instructeur de la prison, Liu Xiaoliang, ils ont entrepris de briser la volonté des pratiquants. Ils voulaient que M. Duan succombe et soit obéissant.


D'autres méthodes de torture utilisées sur les pratiquants de Falun Gong comprenaient de les forcer à s'asseoir sur le banc du tigre ou de les menotter pendant plus de dix jours.


Les pratiquants de Falun Gong étaient également forcés de regarder des vidéos diffamant le Falun Gong et des programmes faisant la promotion du Parti communiste chinois (PCC), d'écrire des articles contre le Falun Gong chaque semaine et de chanter des chansons louant le PCC et diffamant le Falun Gong avant les repas. Les détenus tabassaient tous les pratiquants qui s’élevaient contre le lavage de cerveau.


Persécution financière
M. Duan a été licencié après avoir été libéré de prison en juillet 2021. Non seulement il a perdu ses revenus, mais il a également été privé de sa pension pour ses 30 années de service gouvernemental depuis 1984.


Le Bureau de surveillance du marché du district de Beihu où il travaillait a commencé à souscrire une assurance retraite pour ses employés au Bureau de la sécurité sociale en 2014, ainsi M. Duan était considéré comme n'ayant cotisé à l'assurance retraite que pendant six ans au moment de son arrestation.


Selon la réglementation chinoise en matière de retraite, il faut avoir cotisé pendant au moins 15 ans pour avoir droit à des prestations de retraite lorsqu'on atteint l'âge de 64 ans. Ayant été licencié, M. Duan, aujourd'hui âgé de 55 ans, doit encore payer neuf années de cotisations d'assurance retraite avant de satisfaire aux exigences de 15 ans de cotisations minimales et d'atteindre l'âge de 64 ans. Le montant des prestations de retraite sera très faible, comparé à celui qu'il aurait reçu s'il était resté employé par le gouvernement.


Le personnel du bureau de la sécurité sociale du district de Beihu lui a dit que c'était une punition pour sa pratique du Falun Gong.


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise:
Former Hunan Government Employee Brutally Tortured During One Year of Imprisonment, and Fired for Upholding His Faith


Version chinoise:
湖南郴州市场监管干部段向辉遭一年冤狱等迫害

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.