Le bureau 610 confronté aux conséquences pour avoir aidé le PCC à nuire à des personnes innocentes

L'agence chinoise de type Gestapo, le Bureau 610, a été créée en 1999 pour arrêter, détenir et torturer les pratiquants de Falun Gong. (Gracieuseté de New Tang Dynasty Television

Fu Zhenghua, ministre chinois de la Justice et ancien directeur du " Bureau 610 " central, a fait l'objet d'une enquête le 2 octobre 2021 pour « violation grave de la discipline et de la loi ». Il est le 7e haut fonctionnaire du Bureau 610 central ou du Comité des affaires politiques et légales (CAPL) démis de ses fonctions ces dernières années.


En tant qu'agence hautement secrète, le Bureau 610 a été établi le 10 juin 1999, sous les ordres de l'ancien chef du Parti communiste chinois (PCC) Jiang Zemin. Jiang a juré d'éradiquer le Falun Gong en trois mois et a lancé l'agence 610 pour mettre en œuvre la politique de persécution à tous les niveaux du gouvernement et dans toute la société. Des dizaines de millions de pratiquants de Falun Gong ont été transformés en ennemis de l'état en raison de leur foi en Vérité-Bonté-Patience.


En conséquence, le Bureau 610 central du PCC et ses agences de niveau inférieur ont demandé à la police, au ministère public, aux tribunaux, à la justice et à d'autres systèmes de harceler, détenir et torturer les pratiquants. De plus, ils ont fabriqué d'innombrables mensonges pour diffamer le Falun Gong et inciter le public à la haine. Un exemple est l’incident de l'auto-immolation mis en scène qui s'est produit le 23 janvier 2001. En conséquence, de nombreuses personnes se sont retournées contre les pratiquants innocents, intensifiant davantage la répression du Falun Gong.

Dans la culture traditionnelle chinoise, il est généralement admis que « le bien est récompensé par le bien et le mal récolte le mal ». C'est-à-dire que nos actions ont des conséquences.


Plusieurs hauts fonctionnaires du Bureau 610 central ont été démis de leurs fonctions ces dernières années. Par exemple:

* L'ancien directeur Li Dongsheng a été accusé d'abus de pouvoir et de corruption en 2013 et condamné en 2016.
* Zhong Yongkang, secrétaire du Parti du CAPL central, a fait l'objet d'une enquête en 2014 et a été condamné à une peine d'emprisonnement à perpétuité l'année suivante.
* Zhou Benshun, ancien secrétaire général du CAPL centrale, a fait l'objet d'une enquête en 2015 et condamné en 2017.
*Zhang Yue, ancien chef du Bureau 610 central et secrétaire du Parti du CAPL de la province du Hebei, a fait l'objet d'une enquête en 2016.
* Sun Lijun, directeur adjoint du bureau 610 central, a été démis de ses fonctions début 2020.
* Peng Bo, directeur adjoint du bureau 610 central, a également fait l'objet d'une enquête début 2021.


Selon les données compilées par Minghui.org, entre 1999 et 2020, un total de 1 689 fonctionnaires du système du Bureau 610 ont reçu la rétribution pour leurs mauvaises actions. La rétribution a pris différentes formes, notamment des accidents de voiture, des maladies incurables, des morts subites, des enquêtes, des emprisonnements, etc. En 2019, 38 des 529 cas de rétributions documentés concernaient des agents du système du bureau 610. De même, il y a eu 392 cas de rétributions en 2020, et 51 d'entre eux étaient liés au bureau 610.


Voici quelques exemples. Cinq fonctionnaires du bureau 610 du district de Huangpi dans la ville de Wuhan, province du Hubei, sont allés démanteler une usine de feux d'artifice le 18 septembre 2001. Ils comprenaient Hu Ligu (chef de section adjoint), Li Rong, Wu Zhijun, Zhang Fuzhong et Feng Changcheng. Tous les cinq sont morts lors d'une explosion dans l'usine.


Zhou Aijun était secrétaire du Parti du CAPL et directeur du bureau 610 de la ville de Pingxiang dans la ville de Changde, province du Hunan. Lorsque Zhou est monté dans un camion pour arrêter un pratiquant de Falun Gong le 10 septembre 2002, le véhicule a roulé sur un petit rocher. La pierre a ricoché dans le véhicule, frappant Zhou à la tête. Zhou est mort le lendemain.


Wang Zhongjun était un directeur du bureau 610 dans le canton de Dingan, province du Hainan. A cause de lui, des dizaines de pratiquants de la région ont été envoyés dans des camps de travail, des centres de lavage de cerveau ou des prisons. Lorsque des pratiquants l'ont exhorté à ne pas nuire à des innocents, Wang les a envoyés promener. « Je ne crois pas aux rétributions », a-t-il déclaré. Dans le mois qui a suivi, son fils unique est mort d'une fuite de gaz de pétrole liquéfié et d'un empoisonnement. Le 8 mai 2004, sa femme s'est suicidée.


Zhang Yuxia était une directrice du 610 âgée de 51 ans dans la ville de Yuanbaoshan de l’agglomération de Chifeng, en Mongolie intérieure. Elle s'est noyée dans un réservoir d'eau dans sa propre maison à la fin du mois de novembre 2004.


Cette relation de cause à effet était bien connue dans les temps anciens. Ji Xiaolan, un érudit renommé de la dynastie Qing, a écrit dans le Yuewei Caotang Biji que la rétribution se produisait parfois immédiatement et parfois plus tard. Cela servait d'avertissement pour que les gens se disciplinent au lieu d'agir de manière irréfléchie.


Après avoir été témoins du sort des fonctionnaires du Bureau 610, de nombreuses personnes y ont réfléchi à deux fois avant de prendre le poste. Par exemple, plusieurs directeurs et secrétaires du Parti du bureau 610 de Huanggang dans la ville de Wuhan, province du Hubei, sont morts subitement. Depuis lors, pratiquement aucun fonctionnaire n'a voulu occuper ce poste.


Pourquoi y a-t-il encore des gens prêts à pourvoir les postes du bureau 610 ?
Le PCC a changé le nom du Bureau 610 à plusieurs reprises au fil des ans. Une fois, il s'est appelé « Groupe leader pour la prévention et le traitement des problèmes liés aux sectes ». Plus tard, il a été changé en Bureau du maintien de la stabilité, puis en Bureau de gestion globale. Mais sa responsabilité de persécuter le Falun Gong est toujours restée la même.


En tant qu'agence extrajudiciaire, le Bureau 610 dispose d'un pouvoir inégalé pour inciter d'autres agences gouvernementales à participer à la persécution. Par conséquent, de nombreux officiers ont accepté les postes du Bureau 610, appâtés par le pouvoir et les intérêts


Autres fonctionnaires
Outre le Bureau 610, les responsables du PCC dans d'autres agences impliquées dans la répression du Falun Gong ont également subi des conséquences. Pan Dongsheng, 57 ans, était maire adjoint et chef de la police de la ville de Fuzhou, dans la province de Fujian. Le mois dernier, on a rapporté qu'il était mort au travail.


Pan était un officier responsable de la censure de l’'Internet depuis 2000. En 2010, il a été promu responsable informatique pour le département de police de la province du Fujiang. Il a également été impliqué dans le projet Golden Shield, un système qui surveille les citoyens chinois. Fuzhou et Sanming, deux villes où Pan travaillait comme fonctionnaire, ont été parmi les pires endroits où le Falun Gong est réprimé.


L'outil de cybercensure auquel Pan a contribué est un outil majeur qui persécute les pratiquants de Falun Gong. Selon les informations de Minghui, un grand nombre de pratiquants ont été arrêtés après avoir été identifiés par des caméras de sécurité ou d'autres dispositifs de surveillance.


Malgré la dissimulation continue au cours des dernières décennies, de plus en plus de gens ont reconnu l'importance de rejeter le PCC pour un avenir meilleur.


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise:
The 610 Office Faced with Consequences for Aiding the CCP to Harm the Innocent

Version chinoise:
天网在收-“六一零”头目遭报

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.