Les inondations de Zhengzhou le 20 juillet : une catastrophe naturelle ou d'origine humaine ?

Le 20 juillet de chaque année est un jour spécial. Il y a vingt-deux ans ce jour-là, environ 100 millions de pratiquants de Falun Gong innocents sont soudainement devenus victimes de la persécution du Parti communiste chinois (PCC), qui se poursuit sans relâche à ce jour.


Le 20 juillet de cette année, Zhengzhou, la capitale de la province du Henan, a été soudainement dévastée par des inondations. Selon des séquences vidéo partagées par les résidents locaux, les eaux de crue boueuses ont emporté personnes et voitures, le tunnel de la route Jingguang (reliant Pékin à Guangzhou) a été submergé, des rames de métro ont été inondées, des personnes ont été piégées dans les eaux à hauteur de poitrine et beaucoup sont tombés dans des nids-de-poule et ont été emportés.


Lorsque les eaux se sont retirées, des cadavres gisaient dans les rues et dans les stations de métro; des véhicules, certains à l'envers, s'entassaient sur les routes; et de nombreux véhicules sont restés immergés dans des parkings et d'autres endroits. C'était comme en temps de guerre, avec des pertes de biens incommensurables et des victimes incalculables.


Alors que l'inondation de Zhengzhou fait les gros titres dans le monde entier, les médias contrôlés par le PCC semblent faire de leur mieux pour éviter de couvrir le sujet dans son intégralité. La télévision centrale chinoise (CCTV) et la télévision du Henan continuent de diffuser des informations et des programmes affirmant que la ville de Zhengzhou et le district dans son ensemble sont toujours "prospères". Il est intéressant de noter que la couverture médiatique de Zhengzhou est plus importante en Allemagne. Le People's Daily a bien mentionné les inondations de Zhengzhou en page 7, mais le récit était trompeur. "Il y a eu beaucoup de pluie dans la province du Henan ces derniers temps et de nombreuses agences gouvernementales ont pris des mesures pour y faire face", peut-on lire dans les nouvelles typiquement pro-CCP que les gens voient tous les jours.


Les médias de toute la Chine ont tous attribué les inondations de Zhengzhou à "un acte de Dieu" et à "une catastrophe naturelle ", certains affirmant que les inondations étaient les pires des 1 000 ou même 5 000 dernières années.


Ici, nous aimerions vous donner quelques faits concernant les inondations.


D'où l'eau est-elle venue ?
Le 21 juillet, une vidéo (voir image ci-dessous) prise par des résidents locaux a circulé sur Internet. Elle montre à quelle vitesse le niveau de l'eau a augmenté en un court laps de temps. On peut voir qu'à 13 h 40, il pleuvait fort dans le centre-ville de Zhengzhou, mais que presque aucune eau (en haut à gauche sur l'image ci-dessous) ne s'était accumulée. En l'espace d'une demi-heure, cependant, la totalité de la route était submergée et à 14h20, certains bus avaient interrompu leur activité en raison du niveau élevé de l'eau (en haut à droite sur la photo).

Le niveau de l'eau a augmenté soudainement dans la ville de Zhengzhou.

Une heure plus tard, tout le centre-ville était inondé et les véhicules s'étaient arrêtés (en bas à gauche sur la photo). À 17 h 30, toute la ville était submergée et les véhicules et les personnes étaient emportés (en bas à droite sur la photo).


Dans de nombreuses vidéos, on peut voir à quelle vitesse l'eau coulait à Zhengzhou. Dans l'une d'elles, une femme aux cheveux longs, un père et ses enfants ont été renversés par l'eau qui se précipitait, ils n'ont pas pu se relever et ont été emportés par le courant. De même, de nombreux véhicules ont été poussés dans toutes les directions par le courant. Contrairement à ce que prétendent les médias du PCC, il ne s'agit pas d'un "engorgement", mais plutôt d'un détournement du fleuve Jaune ou d'un déversement d'eau du réservoir.


Zhengzhou est situé sur un plateau, sans montagnes autour. Même en cas de fortes pluies soudaines, le niveau de l'eau augmente progressivement des zones basses vers les zones plus élevées. Mais l'inondation soudaine du centre-ville de Zhengzhou était différente et, étant donné l'augmentation rapide du débit, elle ne pouvait provenir que de la décharge d'un réservoir.


En outre, l'eau dans le centre-ville de Zhengzhou avait disparu au début du 21 juillet et il ne restait pratiquement plus d'eau accumulée dans les rues. L'eau est venue et repartie rapidement, ce qui n'est pas ce qui se serait produit s'il s'était agi d'un "engorgement".


De plus, l'eau du centre-ville de Zhengzhou avait disparu au début du 21 juillet et il ne restait pratiquement plus d'eau accumulée dans les rues. L'eau allait et venait rapidement, ce qui n'était pas ce qui se serait produit s'il y avait eu « engorgement».


Décharge du réservoir sans avertissement, tuant sans pitié
D'autres éléments ont rapidement confirmé qu'il s'agissait de la décharge d'un réservoir et qu'aucun avertissement n'avait été donné. Le 21 juillet à 1 heure du matin, le compte officiel de médias sociaux du département de la propagande de Zhengzhou a publié une note qui disait : " En raison des récentes pluies dans la région de Zhengzhou et d'une grande quantité d'eau en amont, le réservoir d'eau de Changzhuang à Zhengzhou était en danger. En conséquence, le réservoir d'eau a commencé à déverser de l'eau à 10 h 30 le 20 juillet. À 21 h 34, le niveau d'eau était de 130,54 mètres... soit environ 70 cm de moins que le niveau d'eau le plus élevé de la journée." (voir la partie gauche de l'image ci-dessous)


Avis public à 1 heure du matin le 21 juillet après les inondations (à gauche), bien qu'un avis interne ait été émis avant les inondations (à droite).


Pourquoi déverser l'eau à 10h30 le 20 juillet et avertir le public à 1h du matin le 21 juillet ? Il n'y a eu aucune annonce pendant 14 heures et le message n'est arrivé qu'après minuit.


En réfléchissant au processus, il peut sembler difficile, au premier abord, de comprendre pourquoi de l'eau serait déversée de la sorte sans avertissement - presque comme un meurtre. Mais une analyse détaillée, telle que décrite ci-dessous, montre que cette pratique est conforme aux antécédents du PCC, qui n'a jamais fait preuve d'aucun égard pour la vie humaine. En fait, les responsables de la PCC déversaient souvent l'eau à minuit, lorsque les gens étaient moins susceptibles de s'en apercevoir - ou de réagir.


Les victimes du PCC sont généralement limitées aux citoyens ordinaires, car les groupes d'élite dans les systèmes du PCC sont généralement prévenus à l'avance. Cette fois à Zhengzhou, un avis interne a été envoyé à l'avance pour informer ces élites du déversement d'eau (voir la partie droite de l'image ci-dessus).


Pourquoi déverser de l'eau sans préavis ?
De nombreux pays du monde entier possèdent des réservoirs. Leur principale fonction est de prévenir les inondations et d'atténuer les sécheresses. Cela signifie qu'ils doivent évacuer l'eau pendant la saison sèche et l'accumuler pendant la saison des pluies. Ce n'est toutefois pas le raisonnement du PCC.


Pour servir les intérêts économiques du Parti, les réservoirs accumulent souvent de l'eau pendant la saison sèche afin de produire davantage d'électricité et d'engranger des bénéfices pour les fonctionnaires, même si cela signifie que les gens ordinaires souffrent de la sécheresse. En cas de fortes pluies, ils sont obligés de déverser de l'eau, mais sans aucun avertissement. Au final, seuls les citoyens ordinaires souffrent, perdant à la fois leurs biens et leurs vies.


Alors pourquoi n'y a-t-il pas d'avertissement préalable systématique lorsque les réservoirs déversent de l'eau ? Selon certains fonctionnaires, s'il y avait eu un avertissement, le sinistre pourrait être attribué aux fonctionnaires ou aux réservoirs. Les victimes auraient alors pu demander une indemnisation. Sans avertissement, toutes les pertes pourraient être attribuées à une "catastrophe naturelle". Cela permettrait d'éviter toute responsabilité. Le Parti pourrait alors distribuer de la nourriture, et les citoyens ordinaires seraient alors reconnaissants de l'aide du Parti. Quant à savoir combien de personnes meurent, ce n'est pas quelque chose qui préoccupe le Parti.


Dans une certaine mesure, cette situation est similaire à la pandémie de coronavirus qui s'est produite l'année dernière dans la ville de Wuhan, dans la province de Hubei. Le PCC a toujours couvert et désinformé le public. Ce n'était pas la première fois que le PCC faisait cela, et ce ne sera pas la dernière.


Les données ne mentent pas : on est loin d'une "catastrophe naturelle".
Bien que les médias du PCC aient affirmé que cette inondation de Zhengzhou était la plus grave depuis 1 000 ans ou plus, examinons les données.


Selon les données officielles du PCC, entre le 17 juillet à 20 heures et le 20 juillet à 20 heures, le total des précipitations à Zhengzhou a été de 617,1 mm, la plupart des précipitations étant tombées entre le 19 juillet à 20 heures et le 20 juillet à 20 heures, soit un total de 552,5 mm au cours de ces 24 heures. Pour la seule journée du 20 juillet, les précipitations horaires les plus élevées ont été de 201,9 mm.


Nous reconnaissons qu'une telle pluie était en effet alarmante, mais ce n'était pas une fois tous les 1 000 ans. En fait, la première station météorologique officielle de Zhengzhou n'existait pas jusqu'à il y a 70 ans.


Un exemple pourrait être la rupture du barrage de Banqiao dans le Henan en août 1975. À cette époque, les précipitations dans la ville voisine de Zhumadian ont atteint 1 605,3 mm du 5 au 7 août. Au cours de cette période, la plus grande chute de pluie d'une journée a été de 1 060 mm, et la plus forte chute de pluie horaire de 218,1 mm.


D'après presque tous les indicateurs, les précipitations à Zhengzhou n'ont pas été aussi mauvaises qu'en 1975. Il ne s'agit donc même pas des pires précipitations de ces 50 dernières années. L'affirmation du Parti selon laquelle il s'agit des "pires précipitations de ces 1000 dernières années" n'est qu'une des nombreuses pièces de propagande que le PCC a fabriquées pour fuir sa responsabilité ; sinon, il serait tenu pour responsable des décès, tout comme les dizaines de milliers d'urnes distribuées à Wuhan l'année dernière.


Utiliser les tragédies comme des occasions de s'attribuer le mérite
Puisque les responsables du PCC savaient qu'il y aurait de fortes précipitations, pourquoi n'ont-ils pas distribué des sacs de sable à l'avance ? Puisqu'ils déversaient de l'eau pendant la saison des inondations, pourquoi n'ont-ils pas arrêté les transports en commun ? En fait, si les transports en commun avaient été arrêtés, notamment les métros, de nombreuses vies auraient pu être sauvées.


Le Parti ne prend pas la peine de se montrer quand on a le plus besoin de lui, mais il arrive en force quand il s'agit de réprimer les gens. Il suffit de regarder d'autres incidents. Chaque fois que quelque chose se produit, le PCC envoie des centaines ou des milliers de policiers pour "maintenir la stabilité".


Après qu'un lycéen de la 49e école secondaire de Chengdu, dans la province du Sichuan, soit tombé d'un immeuble et soit mort en mai de cette année, des centaines de policiers ont été envoyés pour s'occuper des parents qui cherchaient la vérité. De même, lorsque les étudiants des provinces de Jiangsu et de Zhejiang ont protesté contre la combinaison d'universités indépendantes et d'écoles technologiques en juin dernier, environ 1 000 unités de police ont été envoyées pour les réprimer.


Pour faire face à la catastrophe majeure de Zhengzhou, seule une centaine de policiers ont été dépêchés à une heure bien ultérieure. Et pourtant, les médias contrôlés par le PCC n'ont cessé de féliciter le Parti d'avoir envoyé la police.pour sauver des vies.


Alors même que Zhengzhou se remet difficilement de cette catastrophe, le PCC a déjà fait la promotion d'histoires sur la façon dont le Parti s'est occupé des gens avec des scènes "chaleureuses".


En fait, des choses similaires se sont produites lors de la pandémie de l'année dernière. Avant même que la pandémie ne soit maîtrisée, en mars de l'année dernière, le PCC avait déjà déclaré la victoire sur le virus et avait même organisé une fête de célébration. Le PCC est doué pour transformer les tragédies en occasions de se vanter d'être le "sauveur du peuple".


Que pouvons-nous apprendre ?
Il est maintenant clair que l'inondation du Henan était plus une tragédie causée par l'homme qu'une "catastrophe naturelle". En prenant du recul et en replaçant cet incident dans le contexte des innombrables tragédies causées par le PCC, on peut constater que la tragédie de Zhengzhou nous a donné l'occasion de réfléchir au mal que le PCC nous inflige, à nous et au reste du monde.


Zhengzhou a été inondée le 20 juillet, une date particulière. Il y a 22 ans, ce jour-là, le PCC a lancé la persécution des pratiquants de Falun Gong en raison de leur croyance en la vérité, la compassion et la tolérance. Depuis lors, un grand nombre de pratiquants ont été détenus, emprisonnés et torturés. Une centaine de méthodes de torture ont été recensées sur Minghui, comme l'utilisation de matraques électriques, d'entraves, du banc du tigre, de brûlures, de la congélation, de la privation de sommeil, de la prise forcée de médicaments, de l'ingestion forcée d'urine ou d'excréments et de l'ingestion forcée d'eau pimentée. La liste est longue et comprend les drogues neurotoxiques, les viols, les viols collectifs, les blessures, les handicaps, les troubles mentaux, la mort et le prélèvement forcé d'organes.


Il a été confirmé qu'au moins 4 677 pratiquants sont morts suite à la persécution. Ce nombre n'inclut même pas ceux qui ont été tués pour leurs organes, un nombre qui est inconnu en raison du contrôle strict de l'information par le PCC.


Depuis juillet 1999, presque tous les pratiquants ont été victimes de discrimination en raison de leur croyance. Beaucoup d'entre eux - et les membres de leur famille - ont perdu leurs emplosi, ont vu leurs enfants expulsés de l'école et leurs familles déchirées. Parmi les innombrables mensonges que le PCC a produits pour diffamer le Falun Gong, https://www.falsefire.com/fr/> l'auto-immolation mise en scène sur la place Tiananmen a, à elle seule, a induit en erreur tant de Chinois, les retournant contre les pratiquants innocents du Falun Gong.


On peut penser que la persécution du Falun Gong est loin si l'on n'est pas un pratiquant de Falun Gong. La vérité est que, si le PCC continue à nuire à des personnes innocentes hors contrôle - comme c'est le cas depuis quelques décennies - ce n'est qu'une question de temps avant que nous ne soyons les prochaines victimes.


Le crime de prélèvement forcé d'organes est à lui seul qualifié de "nouvelle forme de mal sur cette planète". Si l'on garde le silence à ce sujet et que l'on néglige les milliers de décès confirmés de pratiquants de Falun Gong dans le cadre de la répression, et les nombreux autres détenus et torturés, le PCC ne perdra pas de temps pour faire avancer le programme communiste dans le monde entier.


Derrière la pandémie ravageuse et l'inondation dévastatrice, nous pouvons voir l'ombre des mensonges et de la désinformation du PCC. Sans l'éradication du PCC, il n'y aura ni paix ni sécurité en Chine - ou dans le monde.


Résumé

La banderole des pratiquants de Falun Gong s'oppose à la persécution qui dure depuis 22 ans lors d'un défilé à Washington D.C. le 16 juillet 2021.

Les leçons tirées de la pandémie et des tragédies de ces dernières décennies ont montré que le PCC est la plus grande menace pour l'humanité dans le monde d'aujourd'hui. L'inondation de Zhengzhou a été provoquée par le déversement d'eau d'un réservoir sans avertissement préalable. Ceux qui comprennent que le PCC est fourbe et brutal savent que le PCC ne sera jamais honnête avec son peuple. Comme il est dit dans les Neuf commentaires sur le Parti communiste, le PCC est un culte maléfique contrôlé par le spectre du communisme dont le but ultime est de détruire l'humanité.


Les pratiquants de Falun Gong n'ont cessé d'informer le public des méfaits du PCC au cours des 22 dernières années, et ce malgré la persécution. De tous les groupes réprimés par le PCC, ils constituent le groupe le plus important qui a subi les tortures les plus brutales, tant sur le plan physique que mental. Et pourtant, en suivant le principe de Vérité-Bonté-Tolérance, ils sont restés pacifiques, rationnels et compatissants dans la poursuite de leur droit fondamental à la liberté de croyance et dans leurs efforts pour inciter les gens à quitter le PCC et ses organisations affiliées.


Plus de 380 millions de Chinois ont perçu la nature vicieuse du PCC et se sont publiquement séparés du régime. Si davantage de personnes rejoignent le mouvement de rejet du PCC, les Chinois et les autres nationalités bénéficieront d'un plus bel avenir.


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise:
Zhengzhou Floods on July 20: An Act of God or Man-Made Disaster?

Version chinoise:
720郑州洪灾-湍急黄浪背后的蹊跷与真相

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.