Une artiste incarcérée: je ne peux pas rester silencieuse pour protéger mes propres intérêts

Onze pratiquants de Falun Gong à Pékin ont été inculpés le 2 avril 2021 par La procurature (ministère public) du district de Dongcheng, après que le procureur ait renvoyé leur cas à deux reprises, citant des preuves insuffisantes. Ils doivent maintenant être jugés par le tribunal du district de Dongcheng.


Les onze pratiquants, dont Mme Xu Na, M. Li Zongze, M. Li Lixin, Mme Jiao Mengjiao, M. Liu Qiang, Mme Meng Qingxia, Mme Zheng Yanmei, Mme Deng Jing, Mme Zheng Yujie, M. Zhang Renfei et Mme Li Jiaxuan ont été arrêtés le 20 juillet 2020, 21e anniversaire marquant le début de la persécution de la discipline spirituelle Falun Gong par le Parti communiste chinois. Les autorités ont dépêché dix policiers pour arrêter chaque pratiquant.


Certains de ceux arrêtés ont déjà été persécutés, mais la plupart sont de jeunes pratiquants dans la vingtaine, récemment diplômés de prestigieuses universités en Chine.


Le juge du tribunal du district de Dongcheng affecté à l'affaire a statué que ce n'est que lorsque tous les avocats représentant les onze pratiquants viendraient au tribunal en même temps qu'il leur permettrait de revoir les documents de leur affaire. De plus, les avocats ne sont pas autorisés à faire des copies ou à prendre des photos des documents, et le tribunal ne fournira aucune copie papier ou électronique des fichiers.


Certains des avocats ont déposé des plaintes contre la décision du juge, car elle enfreignait les lois chinoises concernées qui stipulent que les procuratures et les tribunaux accordent aux avocats la possibilité d'examiner et de faire des copies des dossiers à leur convenance. La loi interdit également aux procuratures et aux tribunaux de fixer des limites maximales quant au nombre de fois ou à la durée pendant laquelle les avocats peuvent examiner les dossiers. La décision du juge a gravement restreint la capacité des avocats des pratiquants à examiner les affaires à leur convenance, ce qui peut à son tour affecter la capacité des avocats à défendre les pratiquants au mieux de leurs capacités et influencer l'issue juridique de l'affaire.


Les plaintes des avocats n'ont cependant pas été traitées par les agences compétentes.


Mme Xu Na: La persécution ne devrait plus continuer
Le 22 avril 2021, l'avocat des droits de l'homme, M. Liang Xiaojun, a rendu visite à Mme Xu au centre de détention du district de Dongcheng.


Mme Xu Na


M. Liang a tweeté que Mme Xu et d'autres pratiquants ont été ciblés pour avoir publié des photos et des articles en ligne afin de faire connaître la gravité de la pandémie en Chine. Les autorités les ont accusés de «saper l'application de la loi avec une organisation sectaire», un prétexte standard utilisé par les tribunaux chinois pour criminaliser les pratiquants de Falun Gong.


Mme Xu a dit à l'avocat : "J'ai enduré onze types de torture et je suis sortie vivante de la prison. Au cours des 22 dernières années, combien de femmes ont été séparées de leurs maris et combien de familles se sont effondrées. Et combien ont été torturées, blessées ou battues jusqu'au handicap. Toutes leurs souffrances seulement en raison d'un livre [l'enseignement du Falun Gong], d'un DVD, d'un logiciel pour briser la censure Internet en Chine, ou d'une liste de noms de personnes qui ont été torturées à mort pour leur foi. Quel genre de gouvernement est-ce là ? De quoi a-t-il peur ?"


Ne serait-ce que parmi les amis de la pratiquante de Falun Gong Mme Xu, cinq d'entre eux ont été torturés à mort, dont M. Peng Min de la ville de Wuhan, province du Hubei; Mme Shen Jianli qui est décédée dans un centre de détention et on ne sait pas où est son corps; M. Huang Xiong de la province du Hunan est disparu; Mme Li Li , qui a été arrêtée avec Mme Xu en novembre 2001 et est décédée au centre de détention; et Mme Dong Cuifang , une jeune médecin qui a été détenue dans la prison pour femmes de Pékin avec Mme Xu et est décédée dans la prison à l'âge de 29 ans.


Mme Xu a dit que lorsqu'elle a été arrêtée pour la première fois pour sa foi dans le Falun Gong en 2001, bon nombre des jeunes pratiquants visés lors de sa dernière arrestation n'avaient que deux ou trois ans. En tant que jeune génération avec un brillant avenir devant eux, ils risquent maintenant une peine de prison simplement pour avoir pris des photos de Pékin.


"Cela fait vingt ans. Cela [la persécution] ne devrait plus continuer. Il est temps que la persécution prenne fin." a-t-elle dit.


Elle a également confié à l'avocat : "Je ne peux pas garder le silence pour protéger mes propres intérêts. N'importe qui dans la société devrait avoir un jugement moral sur les choses injustes qui ne lui sont pas liées. C'est la responsabilité fondamentale pour être une personne. Si je m'identifie à un tel gouvernement (le régime communiste chinois), alors je ne suis pas une personne décente."


L'épreuve de la famille pour défendre leur foi
Mme Xu est née dans une famille d'artistes en 1968. Son père est un artiste renommé et sa mère était professeur d'arts à l'université. Alors que Mme Xu est également devenue artiste elle-même, son mari, M. Yu Zhou, ancien élève de la prestigieuse université de Pékin, était musicien et maîtrisait plusieurs langues.


Après que le régime communiste ait ordonné la persécution du Falun Gong, Mme Xu a été arrêtée en juillet 2001 pour avoir fourni un abri aux pratiquants de l'extérieur de la ville venus à Pékin faire appel pour leur foi. Elle a été condamnée à cinq ans en novembre 2001 et a purgé une peine dans la prison pour femmes de Pékin, où elle a été mise en isolement, privée de sommeil, privée de douches et de visite familiale.


Mme Xu et M. Yu ont été arrêtés le 26 janvier 2008, alors qu'ils rentraient chez eux après une représentation. M. Yu est mort en garde à vue 11 jours plus tard, le 6 février, à l'âge de 42 ans. La police a affirmé que la caméra de surveillance s'était cassée lorsque M. Yu est mort et ils n'ont pas permis à sa famille de voir son corps.


Comme la mort de M. Yu a été largement rapportée par les médias étrangers, les autorités ont souvent harcelé les parents de Mme Xu et les ont menacés pour les dissuader de parler aux journalistes étrangers.


Mme Xu n'a pas été autorisée à assister aux funérailles de son mari et a été transférée au centre de détention de la ville de Pékin, la fameuse «7e branche» du département de police de la ville de Pékin où sont détenus des «prisonniers importants». Elle a été condamnée à une peine de trois ans le 25 novembre 2008.


Sa mère est décédée il y a quelques années, et son père, octogénaire, se retrouve seul à la maison, luttant pour s'occuper de lui-même.


Mme Xu Na et feu M. Yu Zhou

L'avocat Liang a tweeté : "En tant qu'artiste et écrivaine indépendante, les connaissances de Xu Na, sa propre rencontre tragique et son destin cahoteux lui ont en fait apporté une sagesse, une conscience et un courage qu'elle porte profondément dans son cœur."


"Dans les circonstances cruelles, elle est indifférente à la gloire et à la fortune. La renommée dont elle aurait dû jouir et son influence sont sous-estimées par la société civile, mais elle n'est pas prise à la légère par le gouvernement. Chaque fois que je la rencontre, c'est un processus d'écoute et d'apprentissage pour moi."


Voir également
11 Beijing Falun Gong Practitioners Remain Detained Despite Return of Cases Against Them for Insufficient Evidence Again

12Beijing Residents Arrested Near Anniversary of Persecution of Falun Gong

Beijing Resident Still Detained Seven Weeks After Arrest for His Faith

Widowed Artist in Beijing Arrested Again for Her Faith

After Being Incarcerated for Five Years, Beijing Artist Arrested Again for Her Faith

Mr. Yu Zhou's Wife Ms. Xu Na Sentenced to Three Years in Prison

Painter Ms. Xu Na Imprisoned in the Seventh Section of the Beijing Police Department


Voir également en chinois :
北京11名法轮功学员被构陷-法院限制律师阅卷


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise:
Incarcerated Artist: I Can’t Stay Silent to Protect My Own Interests


Version chinoise:
许那-“我不能为了个人利益不发声”

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.