Ramenée à la maison sur une civière, une femme de Pékin condamnée à la prison quelques jours plus tard

Dix jours après que Mme Wang Chaoying ait été ramenée chez elle en ambulance, un tribunal local a envoyé des gens chez elle pour annoncer que cette habitante de Pékin de 67 ans, avait été condamnée à une peine de 2 ans et demi assortie d’ une amende de 5 000 yuans.


Sous la conduite d’un policier, trois membres du personnel du tribunal du district de Yanqing ont lu le verdict debout dans la cour avant. La famille de Mme Wang est sortie et a demandé au policier pourquoi ils l'avaient encore condamnée alors qu'elle avait été torturée jusqu'à être émaciée et dans un piteux état après six mois de détention.


Le personnel du tribunal a jeté le verdict sur le côté et est retourné en courant dans la voiture de police. La famille de Mme Wang a attrapé le policier et lui a demandé: "Elle est déjà comme ça à cause de la torture. Elle est déjà dans cet état depuis qu'elle a été torturée. Vous ne la regardez même pas et vous la condamnez quand même. Voulez-vous simplement qu'elle meure [à cause des persécutions] ?" Le policier a répondu qu'il ne faisait que suivre les ordres de son supérieur, avant de retourner lui aussi en courant vers la voiture.


Mme Wang a été arrêtée sur un site d’attraction touristique le 6 octobre 2020, après avoir été dénoncée alors qu’elle distribuait des documents d'information sur le Falun Gong, une discipline spirituelle qui est persécutée par le régime communiste chinois depuis 1999.


Elle a fait une grève de la faim pour protester contre la persécution au centre de détention de Changping et a été hospitalisée trois fois.


Malgré son état, elle a encore dû subir un procès au centre de détention au début du mois d'avril 2021. Elle était menottée à la chaise et devait s'appuyer dessus. Elle est restée silencieuse tout au long de l'audience.


Son état se détériorant, les gardiens l'ont ramenée à l'hôpital de la police. Le médecin a refusé de la soigner et a exhorté le juge Zhang Wenbin à la libérer. Ce n'est qu'alors que le juge a accepté de la faire libérer le 20 avril.


Selon sa famille, elle pesait environ 54 kilos lorsqu'elle a été arrêtée. Elle n’en pèse plus à présent que 36 kilos.


On ne sait pas encore si le juge l'autorisera à purger sa peine à domicile ou ordonnera à la police de la ramener en détention.


Un article connexe est disponible dans la version anglaise de cet article.


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise:
Taken Home on a Stretcher, Beijing Woman Sentenced to Prison Days Later

Version chinoise:
北京市延庆区王朝英被非法判刑两年半

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.