Un magazine belge : Les corps de personnes assassinées ne peuvent jamais être exposés de manière respectueuse

Knack, le magazine le plus influent de la Région flamande de Belgique avec près d'un demi-million de lecteurs, a publié le 25 février un article sur les expositions de corps et leur lien avec les violations des droits de l'homme en Chine.


Rédigé par Trui Engels et basé sur des informations de la Coalition internationale pour mettre fin aux abus de transplantation en Chine (ETAC), l'article expliquait que les corps plastinés exposés au Sportpaleis d'Anvers provenaient de personnes qui avaient été détenues, torturées et assassinées en Chine.

Un article de Knack, magazine belge, sur le prélèvement forcé d'organes en Chine.

Elke Van den Brande, directrice nationale de l'ETAC pour le Benelux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg), a déclaré que toute exposition morale et responsable doit divulguer l'identité authentique des corps et les causes du décès. Elle a également déclaré que le responsable de l'exposition de corps susmentionnée avait reconnu que les corps étaient des corps non réclamés en provenance de Chine et qu'ils ne disposaient pas des documents requis par les organisations internationales.


Les preuves indiquent que les corps plastinés ne provenaient pas de dons ou n'étaient pas réclamés. En fait, ETAC pense qu'ils provenaient de prisonniers de conscience dans des prisons et des camps de travail situés près de l'entreprise de plastination de la ville de Dalian, dans la province de Liaoning. Cette entreprise a été fondée l'année même où le Parti communiste chinois a lancé une campagne nationale contre le Falun Gong, un système de médiation qui compte environ 100 millions de pratiquants.


Un grand nombre de pratiquants ont été détenus, torturés ou même tués pour avoir défendu leur foi dans le Falun Gong au cours des deux dernières décennies, période pendant laquelle l'industrie de la plastination corporelle a pris son essor en Chine et le nombre de transplantations d'organes a augmenté de manière exponentielle. Selon M. Van den Brande, la date de création de l'entreprise de plastination de Dalian suggère que les pratiquants de Falun Gong ont été la principale cible depuis le début de la persécution et que la plupart des corps exposés étaient ceux de pratiquants de Falun Gong.


L'industrie de la plastination en Chine a environ 20 ans d'histoire, a poursuivi M. Van den Brande. Dalian est un centre important de transplantation d'organes, de plastination et de persécution du Falun Gong.


Le procureur général de New York a émis un ordre en 2008 exigeant que les exposants de corps mettent un panneau à l'entrée indiquant qu'ils n'étaient pas en mesure de vérifier si ces corps provenaient de prisons chinoises. Pour des raisons éthiques, Van den Brande recommande également d'interdire l'importation de corps plastinés en provenance de pays appliquant la peine de mort, dont la Chine. Certains gouvernements ont mis en œuvre une telle pratique, notamment la France, la République tchèque, Israël, Hawaï et d'autres États américains.


Mme Van den Brande a réfuté l'affirmation de certains selon laquelle une telle exposition présente des avantages éducatifs ou que ces corps sont "respectés". Elle a déclaré que le corps d'une personne assassinée ne peut jamais être exposé de manière respectueuse et qu'ils n'ont de sens à des fins éducatives que lorsqu'il n'y a pas de crimes impliqués.


Le PCC a été accusé de tuer des prisonniers de conscience au cours des dernières décennies. Les données montrent qu'après le début de la persécution contre le Falun Gong en 1999, environ 500 000 à un million de pratiquants ont été détenus entre 2000 et 2001.


Mme Van den Brande a déclaré que la police était impliquée. Un courriel qu'elle a obtenu indique que deux corps de première fraîcheur venaient d'arriver à l'entreprise de plastination de Dalian, tandis que des foies avaient été prélevés quelques heures auparavant. L'exposition de corps comprend des corps auxquels il manque un foie ou un rein.


Le PCC a annoncé en 2015 qu'il cesserait d'utiliser les organes des prisonniers et a publié des données montrant que les organes étaient prélevés sur des donneurs "volontaires", mais des analyses montrent que ces chiffres ont été falsifiés et que le PCC a menti à la communauté internationale.


Des enquêteurs ont contacté des hôpitaux chinois après que le prélèvement d'organes par le PCC sur des prisonniers de conscience a été signalé pour la première fois en 2006. Les médecins de nombreux hôpitaux ont admis que les pratiquants de Falun Gong étaient utilisés comme sources d'organes. Des enquêtes ultérieures menées en 2018 et 2019 ont révélé que les organes étaient facilement disponibles et provenaient de jeunes adultes.


Un médecin de l'hôpital Yuhuangding dans la ville de Yantai, dans la province du Shandong, a déclaré en 2017 qu'il avait contourné le système officiel de distribution d'organes pour en obtenir et qu'il avait également effectué des centaines de transplantations.


Un tribunal indépendant de Londres a constaté en 2019 que des prélèvements d'organes avaient lieu en Chine depuis de nombreuses années et que les pratiquants de Falun Gong étaient probablement la principale source de ces organes.


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


https://en.minghui.org/html/articles/2021/3/11/191356.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.