Une exposition qui émeut

L’Art de Zhen Shan Ren présente des œuvres accessibles qui inspirent par leurs qualités artistiques et leur message spirituel et humain
 

Diane Du Sablon, adjointe spéciale du député Irwin Cotler, a prononcé un discours au nom du député de Mont-Royal. (Nathalie Dieul/Époque Times)


C’est aux Ateliers Lozeau qu’a eu lieu le vernissage de l’exposition internationale L’Art de Zhen Shan Ren ce samedi 27 septembre, présentée dans le cadre des Journées de la culture à Montréal. Avec plus de 900 présentations de par le monde depuis 2004, cette exposition créée par un collectif d’artistes, tous des pratiquants de Falun Gong (aussi appelé Falun Dafa), qui ont à cœur de dénoncer la persécution qu’ils ont eux-mêmes connue en Chine et que d’autres pratiquants continuent à vivre au quotidien.


Lors d'un entretien après le vernissage, Mme Du Sablon a déclaré : "M. Cotler a œuvré toute sa vie pour la justice internationale, les droits de la personne. Il a été élu au Parlement en 1999 […] dans le but de poursuivre cette mission au Parlement, cette vocation qu’il a de travailler pour les droits de la personne. Finalement, ça va faire 15 ans qu’il est là. […] M. Kunlun Zhang a été le premier pratiquant de Falun Gong que M. Cotler a représenté alors qu’il était député. Sa relation avec le Falun Dafa, le Falun Gong, date de ce moment, et on a toujours cultivé ces liens d’amitié. On s’est toujours tenu au courant."


Kathleen Gillis est la seule artiste occidentale participant au collectif qui a donné naissance à cette exposition internationale. (Nathalie Dieul/Époque Times)

Kathleen Gillis était enchantée que l’exposition soit venue pour la deuxième fois au Québec : "Cette exposition est très spéciale […] La présenter au Québec, à Montréal, c’est très touchant pour moi, parce que les Québécois comprennent l’art et le chérissent. […] Si vous faites une exposition à Ottawa ou à Toronto, les gens de la communauté de l’art sont surtout concernés par la réputation et le prix de l’art. Ici, au Québec, on sent que l’art est important, pas juste à cause de l’aspect financier. C’est important pour les gens."


"C’est une manière de représenter la culture chinoise, la culture du Falun Gong. Il y a des peintures qui ne représentent pas juste la persécution, il y a de très belles peintures avec la jeune fille et la dame âgée. Donc ça représente les 3 piliers du Falun Gong : Authenticité, Compassion, Tolérance. Ça démontre les côtés positifs de la pratique et aussi le négatif de la persécution", a ajouté M. Chaboud, qui désire devenir avocat pour défendre les droits de l’homme, même s’il est très conscient qu’il gagnera beaucoup moins bien sa vie que s’il devenait avocat d’affaires.


Canadien d’origine chinoise, M. Lizhi He a été gravement persécuté pour ses croyances en Chine. Lors du vernissage, il a témoigné des tortures qu’il a subies en détention. (Nathalie Dieul/Époque Times)


L’Art de Zhen Shan Ren présente une quarantaine de toiles réparties en sept thèmes principaux, par exemple la joie de la cultivation, la résistance non violente, la rétribution karmique, ou encore la grâce infinie de Bouddha.


Version originale

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.