Chine – Prison pour femmes de Gansu: Des pratiquantes torturées et hospitalisées pour avoir refusé d'être "transformées"

Plus de 40 pratiquantes de Falun Gong sont détenues dans la prison pour femmes de Gansu. Elles sont soumises à des passages à tabac et autres tortures quotidiennes. Les cris peuvent souvent être entendus depuis différentes cellules. Ces pratiquantes sont torturées pour avoir résisté à la transformation et refusé d'abandonner leurs croyances.


Mme Lu Yueling (芦 月玲) a eu l’os de sa jambe droite fracturé. Après que l'hôpital Kangtai, affilié à la prison, l'ait refusée en raison de son état critique, la prison a forcé sa famille à signer des documents renonçant aux droits à tout remboursement de frais médicaux par la prison comme condition de sa libération pour raisons médicale.


La famille de Mme Chen Jie (陈洁) a finalement été en mesure de la rencontrer après avoir raisonné la prison et le Bureau des prisons de Gansu à plusieurs reprises. Ils ont vu que son visage et ses bras étaient déformés.


Mme Chen n'a pas dit à sa famille ce qui lui était arrivée, mais elle a simplement pleuré tout au long de la visite. Un gardien de prison a menacé la famille, impliquant qu'elle serait encore torturé s’ils retournaient au bureau des prisons pour demander de l'aide.


Mme Lu Guihua (吕桂花) de la ville de Dunhuang est devenue handicapée et mentalement désorientée en raison des passages à tabac. Elle est détenue à l'hôpital Kangtai.


Mme Lu Yueling

Le bras droit et l’os de la cuisse droite de Mme Lu Yueling ont été fracturés suite aux coups des détenues lors de son séjour de trois mois dans la prison pour femmes de Gansu.


Les autorités de la prison ont essayé de forcer Mme Lu à regarder quotidiennement des vidéos diffamant le Falun Gong, à réciter les règlements de la prison, et à écrire des " rapports de pensée" qui obligent les pratiquants à calomnier le Falun Gong et son fondateur. Quand elle a refusé, elle a été brutalement battue.


Le 4 juillet, Liu Shuping (刘淑萍), une détenue affectée à surveiller Mme Lu, lui a donné un coup de pieds dans le dos et l’a fait tomber. Liu l’a alors obligée à se tenir relever, mais Mme Lu n'a pas pu. Liu lui a alors donné des coups de pied et l'a frappée jusqu'à ce qu'elle réalise que Mme Lu était gravement blessée et ne pouvait plus bouger. Les gardiens de prison ont emmenée Mme Lu à l'hôpital Kangtai, mais le médecin a refusé de l'accepter, ses blessures étant trop graves et qu’ils ne voulaient pas avoir à en endosser la responsabilité si elle décédait.



Mme Lu Yueling hospitalisée

Mme Lu n'était pas en mesure de prendre soin d'elle et avait besoin de soins spéciaux. Les autorités de la prison ne voulaient pas payer les frais médicaux pour elle, ni envoyer quelqu'un pour s'occuper d'elle. Ils ont dit à la famille de Mme Lu de la ramener à la maison. Mais, la condition de sa libération était qu'ils ne mentionnent à personne que Mme Lu avait contracté ces blessures suite aux passages à tabac. En outre, ils ont exigé que la famille renonce aux droits de réclamer à la prison le remboursement des frais médicaux. Ne voyant aucune autre issue, la famille a signé l'accord.


Quand la famille est allée à la prison pour la voir, ils ont constaté que son bras droit cassé avait été fixé avec une planche en bois et qu’elle avait une ecchymose au visage. Après un examen à l'hôpital, le médecin a constaté que la tête du fémur de la jambe droite de Mme Lu avait également été fracturée.


Mme Chen Jie

Mme Chen Jie de la ville de Lanzhou, province du Gansu, a été condamnée à cinq ans dans la prison pour femmes de Lanzhou le 23 septembre 2013, Elle a été transférée dans la prison le 8 avril 2014, sa famille a été privée de leur droit de visite.


Sa famille est alors allée au Bureau des prisons de Gansu et a demandé de l'aide. Lorsqu’ils ont finalement pu la voir, ils ont remarqué queson visage et ses bras étaient déformés. Ils lui ont alors posé des questions, mais elle n'a répondu à personne, et ne cessait de pleurer.


La famille de Mme Chen est allée la voir à nouveau début juillet 2014 . Le gardien de prison Xiao Jin les a menacés en disant: " Vous avez même osé aller au Bureau des prisons. Si vous continuez à faire cela, vous allez causer des problèmes à Chen Jie".


Mme Chen a dit à sa famille que le bas de son dos et ses jambes étaient dans une grande douleur et qu’elle était incapable de se coucher et de se lever seule en raison des coups brutaux aux mains de la détenue Ma Yaqin (马雅琴), qui est toxicomane.


La famille de Mme Chen est allée trouver le chef du Bureau des prisons, dénommé Guo, et a signalé la situation de Mme Chen, exigeant qu’il la résolve. Cependant, Guo a demandé aux gardes de vérifier les papiers d'identité de la famille de Mme Chen s’est montré brutal envers la mère de 88 ans de Mme Chen.


Autres cas

Mme Han Zhongcui a été battue et grièvement blessée, et a été plus tard transportée à l'hôpital pour un traitement. Sa famille n'a pas été autorisée à lui rendre visite depuis février 2014.


Un gardien de prison a incité la détenue Chen Liping à battre Mme Sheng Chunmei et à la forcer à rester debout pendant de longues périodes de temps. Mme Sheng est âgée de plus de 60 ans.


Mme Lu Yingxia de la ville de Qingyang dans la province de Gansu est également torturée. Elle souffre des coups brutaux, et a été forcée à rester debout pendant de longues périodes de temps dans une tentative de l’amener à renoncer à sa croyance.


Parties responsables de la persécution des pratiquantes mentionnées ci-dessus :

Wan Zhigui (万治贵), chef adjoint du département judiciaire dans la province du Gansu: + 86-931-8736526, 86-13919858899 + (mobile)
Liang Yijian (梁仪坚), commissaire politique du département judiciaire de la province du Gansu: + 86 à 931-8735366, + 86-13609368660 (mobile)
Liu Yan (刘琰), directeur adjoint du bureau de gestion de la prison de Gansu: + 86-931-8735688, 86-13993166922 + (mobile)
Gan Yumei (干玉梅) directeur de la prison de Gansu: + 86-13919199196 (mobile), 86-931-8333502 +
Zhao Chunyan (赵春燕), directeur adjoint de la prison de Gansu: + 86-13919198389 (mobile)

Version anglaise :
Gansu Women's Prison: Practitioners Tortured and Hospitalized for Refusing to Be “Transformed”

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.