Commission des Etats-Unis sur la liberté internationale religieuse : Le Voyage de la Commission en Chine est reporté




POUR DIFFUSION IMMEDIATE
8 aout 2003

Contact : Anne Johnson, directrice de communication, (202) 523-3240, ext. 27

Chine: Le voyage en Chine de la Commission est repoussé


WASHINGTON -- La Commission des Etats-Unis sur la liberté internationale religieuse (USCIRF), une agence fédérale indépendante et [bipartisane], est déçue qu'une visite programmée en Chine début août 2003 n’ai pas pu avoir lieu comme prévu en raison des conditions de dernière minute inacceptables, imposées à la visite de la Commission par le gouvernement chinois.

Depuis son commencement, la Commission a fait plusieurs demandes formelles d'une invitation officielle pour visiter la Chine. En décembre 2002, au dialogue bilatéral des droits de l'homme en Chine/Etats-Unis à Beijing, la Commission a été informée que les fonctionnaires chinois avaient communiqué au Secrétaire d'Etat auxiliaire, Lorne Craner, la décision du gouvernement chinois d’inviter l'USCIRF à visiter la Chine. La Commission croit qu'une visite réussie est dans l’ intérêt mutuel des Etats-Unis et de la Chine, et aurait du progresser avec le plein accès aux secteurs et aux gens appropriés comme ce qui a été promis au Secrétaire Auxiliaire Craner.

Depuis février 2003, quand la Commission a commencé des négociations avec le gouvernement chinois concernant les paramètres d'une visite, la Commission a indiqué clairement que Hong Kong était partie intégrale de la visite. Le gouvernement chinois a toujours assuré aux Etats-Unis que Hong Kong est une ville ouverte n'exigeant pas d’accès spécial. L'USCIRF a également été assuré par le personnel de l’ambassade chinoise que Hong Kong ne serait pas une partie problématique de notre itinéraire. La Commission a poursuivi avec cette assurance jusqu'il y a à deux semaines quand elle a été informée que le gouvernement chinois "décourageait fortement " notre visite à Hong Kong. La position du gouvernement chinois est alors passée du découragement à l'"insistance" que la Commission retire Hong Kong de son itinéraire.


"Cette action de la part du gouvernement chinois suggère un degré de contrôle chinois de l'accès étranger à Hong Kong sans précédent et en contradiction avec le concept du « un pays, deux systèmes». Elle soulève d’autant l'inquiétude que juste six ans après la passation, l’autonomie de Hong Kong est déjà sérieusement remise en doute. En tant que commission concernée par la liberté religieuse et les droits afférents, nous ne pouvons probablement pas accéder à une telle condition, "a dit le président Michael K. Young d'USCIRF.

En outre, la Commission est profondément concernée que juste une semaine avant l'arrivée programmée de la délégation de la Commission en Chine, le gouvernement chinois n'ait pas fourni à la Commission un itinéraire des réunions confirmées avec le gouvernement et les fonctionnaires du parti communiste responsables de la politique religieuse et de son exécution dans chacun des endroits que la Commission a demandés. La Commission n’a même pas reçu d’assurances qu'elle pourrait visiter les lieux de culte religieux et rencontré en privé les chefs religieux. Au lieu de cela, la Commission a été simplement informée qu'il y aurait des réunions appropriées à la nature importante de sa visite.

A la lumière des circonstances et des limitations de dernière minute que le gouvernement chinois a imposées, la Commission n’a pas pu accéder aux conditions et le voyage a été remis à plus tard.

"la Commission anticipe pleinement et espère que le gouvernement chinois honorera son engagement auprès du Secrétaire Auxiliaire Craner et permettra au voyage de se dérouler comme originellement promis," a dit Young.

La Commission des Etats-Unis sur la liberté religieuse internationale a été créé par l'acte religieux international de liberté de 1998 pour donner des recommandations indépendantes à la branche exécutive et au congrès.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.