Le pratiquant de Falun Gong Jiang Laiyou est persécuté à mort au camp de travaux forcés de Yinmahe, ville de Jiutai, province de Jilin

Jiang Laiyou était un pratiquant de Falun Gong de 49 ans. C'était un travailleur modèle au bureau d'annonce de la ville de Jiaohe, province de Jilin. En octobre 2002, il a été enlevé et déporté au camp de travaux forcés de Yinmahe. Sous des tortures physiques et mentales graves, il a eu de l'œdème dans les jambes et l' abdomen. A l'hôpital, il a été diagnostiqué avoir une affection hépatique au dernier stade avec de l'ascite et une thrombose veineuse profonde. Pour échapper à leurs responsabilités, les fonctionnaires du camp de travail l'ont libéré le 5 mars 2003. M. Jiang est mort le 30 avril 2003.

Le 24 septembre 2002, alors qu'il travaillait dans son unité de travail, plusieurs policiers sont entrés avec précipitation et l'ont trompé en disant: « Veuillez rentrer chez vous et nous aider à élucider un cas qui s'est produit dans le bâtiment à côté de votre maison. Il faut que vous observiez l'autre bâtiment depuis votre maison. Nous comptons sur voter aide ». Cependant, quand ils sont arrivés chez lui, les policiers ont dévoilé leur méchanceté et ont commencé à piller sa maison. Tous les livres de Dafa et la littérature de clarification de la vérité ont été confisqués. Cette nuit-là, M. Jiang et son épouse Xie Hua, professeur à l'école primaire expérimentale de la ville de Jiaohe, ont été enlevés tous les deux et illégalement détenus dans un centre de détention.

Le 22 octobre 2002, ils étaient tous deux illégalement condamnés à un an de travail obligatoire. M. Jiang a été détenu dans le camp de travail forcé de Yinmahe, ville de Jiutai, province de Jilin. Son épouse, Xie Hua, a été détenue dans le camp de travail forcé de Heizuizi dans la province de Jilin.

Au camp de travail forcé de Yinmahe, Jiang a été soumis au lavage de cerveau obligatoire par la police et a dû effectuer le travail le plus lourd, tel que porter le fumier et marcher environ 30 kilomètres chaque jour. En raison des tortures physiques et mentales graves, ses jambes et son abdomen ont enflé progressivement. Néanmoins, la police a continué à le forcer à effectuer un travail encore plus lourd.

Pour finir M. Jiang ne pouvait plus supporter la persécution et a demandé un examen médical à l'hôpital. Voyant la détérioration de la santé de Jiang, la police a eu peur qu'il ne meure alors elle l'a emmené à l'hôpital de la ville de Jiutai pour un examen physique. Le docteur a constaté qu'il souffrait de beaucoup de maladies sérieuses. Afin de couvrir la vérité de cette persécution de M. Jiang, qui l'avait mis en si mauvais état, la police a falsifié des documents de « points attribués » et «de réduction de peine » pour essayer de le faire sortir du camp de travail.

Le 5 mars 2003, les fonctionnaires du camp de travail ont menti aux parents de Jiang, disant que sa peine était terminée et leur demandant d'amener une voiture pour le ramener chez lui. Les parents ont demandé à la police pourquoi ils devaient amener une voiture. Les policiers ont encore menti, disant que les jambes de M. Jiang étaient un peu gonflées et qu'il ne marchait pas très bien, mais que ce n'était pas un grand problème. Cependant, quand la sœur aînée de Jiang et la troisième sœur sont arrivées avec une voiture à la porte du camp de travail, la police portait Jiang sur ses épaules et l'a jeté devant la porte. Jiang est tombé contre le corps de sa sœur plus âgée. En voyant une telle persécution, les parents ont demandé: « Il était en très bonne santé avant qu'il ne vienne au camp, comment se fait-il qu'il soit devenu comme ceci ?» La police a menti à nouveau disant que les résultats d'examen de l'hôpital de Jiutai n'étaient pas prêts et qu'une fois qu'ils seraient prêts, elle les expédierait aux parents.

Après être rentré à la maison, M. Jiang était proche de la mort. Les parents l'ont immédiatement conduit à l'hôpital pour le réanimer. Il a été diagnostiqué avec de nombreuses maladies, y compris l'arthrite rhumatoïde, le diabète, la cirrhose du foie avec l'ascite au dernier stade et une thrombose veineuse profonde. L'hôpital a émis une note critique pour parents. M. Jiang est devenu de plus en plus faible et il était sur le point de mourir. Son unité de travail est allée d'urgence chercher son épouse pour qu'elle puisse voir son mari pour la dernière fois, mais la police du camp de travail forcé de Heizuizi avait perdu toute nature humaine et a refusé de la laissé partir. En raison de la persécution sérieuse et du retard intentionnel dans les traitements, Jiang Laiyou est mort sous une fausse accusation et avec les deux yeux grands ouverts.

Le 30 avril 2003.

Posté le: 5/18/2003
Article original daté: 5/17/2003


http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2003/5/18/35870.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.