Réflexions à propos de l’expression : " Un pied droit ne craint pas une chaussure de travers"

Une expression dit qu’ "Un pied droit ne craint pas une chaussure de travers", signifiant qu’une personne droite ne craint pas les ragots. Tant qu’une personne se conduit d’une manière ouverte et franche, elle n’a pas à s’inquiéter du tout des rumeurs.


Cependant, certains pratiquants considèrent cette expression de façon extrême. Ils pensent qu’en tant que pratiquants de Dafa, nous ne devrions pas être entravés par les principes de bas niveau de la société ordinaire. Tant qu’ils savent dans leur cœur qu’ils sont droits, ils considèrent qu’il n’est pas nécessaire de se préoccuper de la façon dont ils se comportent. Ainsi, ils sont très désinvoltes dans les interactions entre hommes et femmes.


À cause de la persécution toujours en cours, certains pratiquants sont obligés de quitter leur domicile et de vivre dans des résidences temporaires. De tels arrangements peuvent toutefois entrainer un problème inattendu. Au cours des années, j’ai vu ou connu des personnes de sexes opposés qui vivent ensemble comme un couple. Ils font tout ensemble et semblent inséparables, même si certains sont déjà mariés. Puisqu’il n’y a pas de contacts physiques incorrects, ces pratiquants ne considèrent pas qu’ils soient dans l’erreur. Leur comportement, cependant, entraine des conflits avec leur époux et des incompréhensions de la part de non-pratiquants. D’après ce que je vois, leu compréhensions étroites des principes du Fa ont entrainé des pertes dans leurs efforts de clarification des faits et pourraient même conduire à de graves conséquences.


Dans la Chine ancienne, les gens croyaient que le Ciel a tout accordé, et que l’on doit suivre les critères stricts exigés de nous dans notre comportement moral. Puisque les hommes et les femmes ont été crées différemment, ils devraient se comporter en conséquence. Les femmes sont supposées être féminines et les hommes masculins. On attend d’une femme qu’elle observe les trois obéissances, ce qui signifie qu’elle doit obéir à son père avant le mariage, à son époux, une fois mariée, et à ses fils une fois veuve. Elle est aussi supposée pratiquer les quatre vertus (moralité, parole appropriée, manières pudiques et travail diligent). De nos jours, les gens pensent que ce sont les entraves spirituelles d’une épouse soumise et des vertus imposées aux femmes dans une société féodale ; actuellement, personne ne veut les suivre. Dans les anciens temps, un homme droit devait savoir que les contacts physiques entre un homme et une femme étaient inappropriés avant le mariage. Il devait particulièrement éviter de passer au domicile d’une veuve ; sans quoi les gens pouvaient douter de son intégrité et de sa moralité.


De nombreuses histoires dans l’histoire nous servent encore de leçons et de guidance sur la façon dont les hommes et les femmes devraient se comporter et interagir les uns avec les autres.

Une histoire concerne un homme nommé Liuxia Hui de la période du printemps et de l’automne (770- 476 avant J.C). Une nuit, il rencontra une femme sans domicile. Voyant qu’elle tremblait dans ses fins vêtements , il lui mit son manteau sur les épaules, puis, la tint dans ses bras pour qu’elle ait chaud. Ils s'assirent de cette manière durant une nuit entière, sans que rien d’indécent ne se produise entre eux.


Des milliers d’années ont passé, mais les gens parlent encore de cette histoire puisque c’est exactement ainsi qu’un homme droit devrait se comporter dans ce genre de situation. Imaginez ce qui se serait passé si Luixia Hui et cette femme avaient cédé à leur désir sexuel ? Ils auraient été simplement des gens ordinaires et n’auraient pas laissé leur marque dans l’histoire.


Il y a une autre histoire sous la dynastie Qing. Un homme nommé Yang Naiwu était très proche d’une femme nommée Bi Xiugu. Il y avait une rumeur affirmant qu’ils entretenaient une relation extraconjugale. L’époux de Bi décéda en 1873 et le médecin légiste considéra sa mort soudaine comme un homicide. Yang et Bi furent accusés d’adultère et d’assassinat. Au début, tous deux plaidèrent non coupables et insistèrent sur le fait qu’ils n’avaient jamais empoisonné l’époux de Bi. Les fonctionnaires locaux leur firent subir une torture insoutenable, et ils avouèrent finalement leur prétendue culpabilité. Tous deux furent condamnés à mort, mais ils firent appel de leur cas. Quatre ans plus tard, une instance supérieure de justice, après une enquête approfondie, confirma que l’époux de Bi était en réalité décédé d’une grave maladie et annula le verdict précédent. Yang et Bo virent finalement leur nom réhabilité et furent libérés de prison.


Même si Yang et Bi furent déclarés innocents du meurtre, leur comportement inadéquat joua certainement un rôle dans leur condamnation initiale. S’ils s’étaient comportés avec droiture dés le début, comment les gens auraient-ils pu commencer par les soupçonner ? N’est-ce pas une grande leçon pour nous tous ?


En tant que disciples de Dafa cultivant dans la société ordinaire, comment devrions-nous nous comporter dans les relations entre hommes et femmes ?


Shifu a enseigné : «... de hautes aspirations occupent son esprit et son cœur mais il s’astreint aussi aux formalités… ». (" Le Saint " Points Essentiels pour un avancement assidu de Falun Dafa)


Shifu souligne aussi : " En général, un grand Éveillé ne touche pas à la légère aux principes des gens ordinaires; plus son niveau est élevé, moins il dérangera les principes des gens ordinaires, même pas un tout petit peu." ("Cinquième conférence ", Zhuan Falun)


Shifu a crée un exemple droit pour que nous le suivions. Il est toujours habillé proprement et donne aux gens une impression de droiture. Un livre raconte les tournées de conférences du Maître, et raconte une histoire : Quelques pratiquantes ont tenté à plusieurs reprises de prendre le Maître par le bras lors des sessions de photos, mais elles n’ont jamais réussi à le faire.


Le maître nous rappelle toujours d'avoir de la considération pour les autres. Avant que la persécution ne débute, Il évitait de rencontrer trop souvent les pratiquants afin que le gouvernement ne nourrisse pas d' incompréhensions. Ces dernières années, Shifu a clarifié le fait que les pratiquants et pratiquantes de l’académie de danse Feitian non mariés ne devaient pas discuter ou sortir ensemble de façon désinvolte.


Une fois, Shifu a enseigné: "Notre Falun Dafa est ici une terre pure "(" Expliquer la Loi pour les assistants de Falun Dafa à Changchun", Expliquer le contenu de Falun Dafa)


Si chacun d’entre nous veille aux détails mineurs et se comporte de manière ouverte et franche, les forces anciennes n’auront aucune excuse pour nous persécuter. Avoir de strictes exigences pour notre propre comportement ne reflète-t-il pas notre engagement à être sérieux dans notre ‘cultivation’ dans la période de la rectification du Fa ? Après tout, tout de nous sera laissé en référence pour les générations futures.


Ce ne sont que quelques compréhensions personnelles à partager avec chacun.

Version chinoise disponible à:
http://www.minghui.org/mh/articles/2012/4/22/说说“脚正不怕鞋歪”-255908.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.