La participation de Bo Xilai et de Wang Lijun dans les crimes de prélèvement d'organes à vif

Les événements récents entourant Wang Lixun et Bo Xilai ont fourni des indices majeurs sur les crimes de prélèvement d'organes de pratiquants de Falun Gong de leur vivant. Bo et Wang sont les deux principaux suspects impliqués dans les crimes de prélèvement d'organes à vif.


Tout au long des luttes intestines entre factions du Parti communiste chinois (PCC), une question très sensible et essentielle implique comment gérer la persécution du Falun Gong. Ceux dans la faction de Jiang ont très peur qu'une question critique ne soit révélée – Le prélèvement d'organes de pratiquants de Falun Gong de leur vivant.


Selon un fonctionnaire américain au courant de la situation, les documents que Wang Lijun a soumis au Consulat des Etats-Unis incluaient une section de grande valeur qui contient la preuve pertinente de comment Bo Xilai et Zhou Yongkang ont été impliqués dans le prélèvement d'organes.

Bo Xilai, qui a exercé les fonctions de maire et de secrétaire du parti de Dalian dans la Province du Liaoning, a approuvé l'établissement d'une entreprise de plastination aux fonds étrangers à Dalian. Le patron de cette compagnie, est à l'origine de la soi-disant exposition sur la "science humaine " qui a été présentée dans le monde entier. Parmi les objets exposés se trouve le cadavre d'une jeune mère et de son foetus âgé de huit mois. Les gens qui ont vu l'exposition ont été choqués. Quelle famille donnerait volontairement le corps d'une mère et de son enfant pas encore né ? Les médias ont rapporté que beaucoup de gens avaient été saisis d'horreur en voyant l'exposition. Beaucoup de Chinois ont protesté contre l'exposition, déclarant que c'était un étalage humiliant de corps de personnes chinoises.


La loi chinoise interdit la vente de corps morts, mais les fabricants sans licences d'exportation et d'importation ont ouvertement importé et exporté des centaines d'échantillons humains plongés dans une solution de formol sous les yeux des départements de la douane et de la quarantaine. Sous la protection de Bo Xilai, les " affaires de l'usine de traitement de cadavre" ont été florissantes. On croit que Bo n'a pas seulement participé au prélèvement d'organes sur personnes vivantes, mais a aussi vendu un grand nombre de cadavres. Une lettre récemment publiée dans The Epoch Times demandait instamment que le gouvernement américain et la communauté internationale mènent une enquête indépendante sur les origines des cadavres de l'usine de traitement de Dalian.


Wang Lijun, le directeur du "Centre de recherche psychologique sur site" du Département de police de la ville de Jinzhou s'est vu récompensé du "Prix de l'Innovation Guanghua " par le Fond de Guanghua,Chine, pour la Recherche Scientifique . Le prix lui a été décerné pour sa recherche sur un médicament liquide qui est injecté pour induire la mort. Il a été conçu pour permettre à la personne injectée de mourir d'une mort sans douleur le plus rapidement possible, afin que les organes puissent être retirés dans l'état le plus frais. Wang a reconnu qu'en deux ans il avait prélevé des milliers d'organes. Selon les statistiques, le nombre de citoyens chinois qui donnent des organes de leurs proches décédés est quasiment nul. De plus, le nombre des condamnés à mort en Chine n'est que de quelques milliers par ans. Pour une ville aussi petite que Jinzhou, qui étaient ceux qui ont fourni ces milliers d'organes ?


En 2009, l'Organisation Mondiale d'Investigation sur la Persécution du Falun Gong a publié le témoignage d'un témoin oculaire de prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant. À l'époque il exerçait les fonctions d'agent de police sous Wang Lijun. Le 9 avril 2002, dans une salle d'opération au quinzième étage de l'Hôpital Général Militaire de Shenyang, il a personnellement vu deux personnels médical penchés au-dessus d'un professeur du secondaire, une pratiquante de Falun Gong de 30 ans. Ils ne lui ont injecté aucun anesthésique, mais ont prélevé ses organes alors qu'elle était encore vivante.


Il s'est souvenu : " Le couteau a découpé le bas, et le sang a giclé... A ce moment-là, nous (les agents de la police armée) étions de garde avec un fusil dans chaque main. Elle avait déjà été ouverte, quand 'Ah!' elle a crié une fois fort. Puis elle a crié : 'Falun Dafa est grand'... À ce moment, ce docteur, le chirurgien militaire, a hésité… Puis il m’a regardé, puis notre supérieur … Alors notre supérieur a acquiescé et il a continué à faire les veines … (Son) cœur a été extrait le premier, puis les reins. Lorsque ses veines cardiaques ont été coupées par les ciseaux, elle a commencé à se tordre. C’était vraiment horrible. Je peux imiter sa voix pour vous, bien que je ne puisse pas bien l’imiter. Le bruit était comme lorsque quelque chose se déchire, et elle a continué “ah”. Dès lors elle a eu constamment la bouche grande ouverte, avec ses deux yeux grands ouverts. Ah … je ne veux pas continuer.


La politique de Jiang envers les pratiquants de Falun Gong était "Ruinez leurs réputations, ruinez les financièrement et détruisez les physiquement." Ses complices ont intensifié cette persécution brutale et inhumaine à un degré extrême. Selon une enquête de l'avocat des droits de l'homme international M. David Matas, au moins 40 000 organes provenaient de pratiquants de Falun Gong. Les hommes de Jiang ont vendu les organes pour de l'argent, ce que Matas caractérise comme "... une forme grotesque de mal qui, en dépit de toutes les dépravations que l'humanité a connues , serait nouvelle sur cette planète.”


À présent, Bo et Wang ont été démis de leurs postes. le plus logique serait de conduire une enquête sur ces deux meurtriers, avec une attention particulière accordée aux détails des crimes concernant le prélèvement d'organes de pratiquants de Falun Gong de leur vivant.


La persécution du Falun Gong par Jiang et ses suiveurs dure depuis 13 ans. " L'incident Wang- Bo," comme on l'a appelé, pourrait fournir une occasion d’éliminer les éléments pervers du régime de Jiang. Jiang, Luo, Liu, Zhou et d'autres éléments criminels doivent être traduits en justice. C'est la volonté du ciel et des gens !


Références :
L'Organisation mondiale d'investigation sur la persécution du Falun Gong publie un enregistrement audio et la transcription d'une conversation de 30 minutes avec un témoin de prélèvement d'organes


Version chinoise disponible

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.