Le Département d’Etat des Etats-Unis ajoute une question sur le prélèvement d'organes au formulaire de demande de visa pour les non immigrants

En juin 2011 le Département d’Etat des Etats-Unis a renouvelé le formulaire, Form DS-160, de demande de visa pour les non immigrants en ajoutant six nouvelles questions dans la section Security and Background. L’une d’elle est : “Avez-vous été directement impliqué dans une transplantation d’organes ou de tissus humains ? ” Si la réponse à cette question est “oui” dans la plupart des cas le postulant se verra refuser un visa.

Extrait en ligne de la DS-160 form.

Le Parti communiste prélève des organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants pour le profit

Ces quelques dernières années, la société internationale a prêté beaucoup d’attention au commerce illégal de transplantation d'organes en Chine. Une des principales raisons étant la révélation à grande échelle de prélèvements d'organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant.

Depuis que le Parti communiste chinois a interdit le Falun Gong en Chine en 1999, les autorités chinoises ont utilisé une grande variété de mécanismes dans leurs efforts pour forcer les pratiquants à renoncer à leur croyance et finalement éliminer le groupe spirituel. Ces stratégies vont d’une utilisation extrême de la torture et des abus sexuels, à l'intimidation et au harcèlement des membres de la famille des pratiquants ainsi que la création d'une unité spéciale extralégale pour mettre en œuvre sa politique d'éradication.

Une accumulation de preuves raconte une histoire terrible d’assassinats et de mutilations en Chine. Des témoins et des médecins chinois ont révélé que des milliers de personnes liées au Falun Gong sont tués pour leurs organes qui sont vendus et transplantés avec d'énormes profits.

Les reins, les foies et les cœurs sont vendus aux patients étrangers qui sont prêts à payer un prix élevé pour un accès rapide à des organes pour une transplantation. Pour faciliter ce commerce macabre, les prisonniers de conscience ont leurs tissus répertoriés, puis sont tués une fois que le bénéficiaire correspondant à leurs organes est trouvé.

Les tortionnaires sont des responsables du Parti communiste chinois (PCC), agissant de connivence avec les chirurgiens, les autorités pénitentiaires et les responsables militaires..

Les victimes sont détenues dans des camps de concentration avant d'avoir leurs organes prélevés, puis leurs cadavres sont immédiatement incinérés.

L'histoire, presque trop horrible à croire, a d'abord été révélée en mars 2006, quand une femme a déclaré que 4 000 pratiquants de Falun Gong avaient été tués pour leurs organes à l'hôpital dans lequel elle avait travaillé. Elle a également dit que son mari, un chirurgien de l'hôpital à l’extérieur de Shenyang, ville du nord-est, lui avait révélé qu'il avait prélevé des cornées sur le corps de 2.000 pratiquants de Falun Gong encore vivants.

Des soutiens du Falun Gong et des militants des droits humains à l'étranger ont immédiatement commencé à enquêter sur les allégations. Ils ont fait des appels aux hôpitaux chinois prétendant être à la recherche d’un rein ou d’un foie. Àleur grande horreur, un médecin après l'autre a ouvertement confirmé: nous avons du Falun Gong en stock, il suffit de venir et nous pouvons vous trouver un organe en une semaine.

Choqué par ces rapports, deux éminents avocats des droits de l’homme canadiens ont lancé une enquête indépendante. Puis, en juillet 2006, l'ancien secrétaire d'État pour l'Asie-Pacifique David Kilgour et David Matas chasseur de nazis, ont publié leur propre rapport de 140 pages, aboutissant à “la conclusion regrettable que les allégations sont vraies.”

Avec Kilgour et Matas, le Comité pour Enquêter sur la Persécution du Falun Gong (CIPFG) a pris les devants en mettant à jour et en révélant les atrocités de prélèvement d’organes.

On estime que la question nouvellement ajouté dans le formulaire DS-160 démontre la préoccupation du gouvernement des États-Unis sur cette question et elle est l'une des actions prise par le gouvernement américain.


Un ancien fonctionnaire du PCC: le gouvernement des États-Unis est au courant les crimes du PCC

M. Xiao, un ancien haut fonctionnaire du PCC, prête attention à la persécution du Falun Gong depuis des années. En ce qui concerne la question qui a été nouvellement ajoutée dans le formulaire de demande de visa pour non-immigrant, M. Xiao a dit que c'était logique.

M. Xiao a déclaré: “Cela montre que, tout d'abord, le gouvernement américain est bien au courant de la persécution du Falun Gong et des prélèvements d'organes, d'autre part, le gouvernement américain a pris le parti de la justice en prenant des mesures contre la persécution. Une nouvelle question a été ajoutée l'année dernière sur la participation à des prélèvements d'organes. Peut-être que dans un proche avenir, le Département d'État va ajouter des questions au sujet de la persécution du Falun Gong. Tout le monde sait que beaucoup de fonctionnaires du PCC souhaitent venir en Amérique après la retraite. De plus en plus de fonctionnaires ont envoyé leurs enfants et leur famille ici afin qu'ils puissent avoir un plan de sauvegarde au cas où le PCC s’effondrerait en Chine. Je suppose que beaucoup d'entre eux n'ont jamais entendu parler de cette nouvelle question. Beaucoup d'entre eux sont toujours impliqués dans la persécution du Falun Gong. Il est temps pour eux d'arrêter.

“Certaines personnes peuvent penser que leur implication dans la persécution est secrete. Si je ne n’en parle pas, personne ne saura que j'ai été impliqué. Je vais obtenir le visa, si je mets “non” à cette question. Toutefois, ces gens devraient savoir que la crédibilité est très importante aux États-Unis. Vous pouvez tromper les gens pendant un certain temps, mais pas pour toujours. En outre, la concurrence au sein du PCC est intense. Vos concurrents et ennemis au sein du parti vous ont observé de près. Ils peuvent parler à votre sujet et vous serez en grande difficulté. Je pense que, pour ces gens, le choix correct consiste à cesser de s’impliquer dans la persécution. Ils devraient prendre cette question au sérieux. Ils devraient même prendre certaines mesures contre la persécution s'ils le peuvent” a déclaré M. Xiao.


Avocat des droits humains: ce sera un précédent pour d'autres pays.

M. Matas, un célèbre avocat des droits de l’homme qui a enquêté sur le prélèvement d'organes en Chine, a commenté à propos de la nouvelle question: “Ceci est utile. C'est un bon précédent pour d'autres pays, je suggère que la question soit ajoutée pour le Canada. La réponse de chaque demandeur de visa est susceptible d'être non. Pourtant, la question a un but, car une personne peut perdre son statut une fois acquis si elle a répondu à cette question de manière incorrecte. La question devrait être ajoutée à la demande de visa d'immigrants. "


Le Président de l'Association Falun Dafa: Les assassins seront traduits en justice

M. Sen Yang, président de l'Association Falun Dafa de Mid USA a déclaré: “Le PCC et le gang de Jiang Zemin ont eu recours à toutes sortes de méthodes pour torturer les pratiquants du Falun Gong en Chine. Ces meurtriers, y compris ceux qui ont été impliqués dans le prélèvement d'organes, ne pourront pas échapper à la punition légale. Ici, je demande à ceux qui ont des informations et des preuves de la persécution de signaler les crimes à l’Association Falun Dafa outremer. J'invite aussi ceux qui ont été impliqués dans la persécution d'arrêter de commettre ce crime et de prendre des mesures contre la persécution. De cette façon, ils vont se rattraper pour les crimes qu'ils ont commis. "

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.