Résister à l’arrestation de la police et exposer la persécution aux passants

Le matin du 23 septembre 2002, quelques policiers sont venus m’arrêter. Je ne leur ai pas ouvert la porte et leur ai dit: "Je ne vous crois pas, vous êtes des menteurs. La dernière fois, je vous ai suivi et vous m’avez menti, s’il vous plaît arrêtez de me harceler." A cet instant il y avait 4 ou 5 policiers qui étaient en train de frapper à ma porte. Une autre personne, qui paraissait être le chef de la police, est monté à la fenêtre du troisième étage de ma maison.

Alors, les mots du maître sont apparus dans mon esprit: "Pourquoi ne pas renverser les rôles et exposer la perversité et leur clarifier la vérité ?" ("Suggestion" dans Points Essentiels pour un Avancement Diligent II) Depuis le balcon de ma maison, ouvert sur la rue, sans aucune crainte, mon mari et moi avons commencé à exposer leur comportement criminel. J’ai commencé à parler de la nature perverse de Jiang Zemin, de cas des pratiquants de Falun Dafa persécutés, des mensonges de la télévision et comment ils avaient monté leur coup contre Falun Gong. J’ai utilisé mes souffrances personnelles dans le camp de travail pour exposer la persécution perverse. De plus en plus de gens étaient attirés par la scène et m’écoutaient. Après que ma gorge était trop sèche pour parler davantage, mon mari continuait de parler. Plus de 10 policiers se sont cachés derrière l’immeuble et n’osaient pas rentrer, ils ont demandé à plus de policiers de venir en renfort en utilisant leurs talkies-walkies.

Après un moment, une voiture de police a essayé de conduire les gens au loin, mais personne ne bougeait, certains ont levé leur pouce pour nous féliciter. Les policiers ont dû partir sans nous tracasser davantage.

A travers cet évènement, j’ai mieux compris le sens des mots du Maître. "De la bouche sont lancées simultanément des épées tranchantes..." ("Dépêchez-vous d’expliquer ," 21 août 2002). Nous étions heureux qu’autant de personnes aient pu apprendre la vérité sur le Falun Dafa de cette manière.

Auparavant, mes collègues avaient peur de moi quand je leur parlais du Falun Gong. Certains pensaient que nous étions détenus parce que nous agissions contre le gouvernement. Mais à travers cet évènement, ils ont appris la vérité du Falun Dafa et le fait que les pratiquants de Falun Dafa étaient injustement traités.


Version chinoise disponible à
http://www.minghui.cc/mh/articles/2003/2/15/44624.html

URL : www.clearharmony.net/articles/189912/10814.html

Publié le samedi 8 mars 2003

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.