Peu importe ce que vous rencontrez, en pensant au Maître dabord, vous serez capables de résoudre tous les problèmes

Maître, joyeux Nouvel An Chinois!
J'aimerais partager avec mes amis pratiquants mes expériences de validation du Fa.

Je suis une pratiquant âgée de la campagne. J'ai commencé à pratiquer le Falun Gong fin 1998. Avant que je ne commence la pratique, j'avais toutes sortes de maladies et avais été hospitalisée de nombreuses fois. J'avais pris quantité de médicaments et beaucoup souffert de ces maladies. Bien qu'ayant pratiqué le qigong pendant huit ans, cela n'avait pas éliminé mes maladies. Avant le Nouvel An Chinois de 1999, j'ai commencé à pratiquer le Falun Gong. J'avais lu Zhuan Falun une fois et cela paraissait très bien, aussi étais-je déterminée à pratiquer le Falun Gong. Dès lors, je n'ai plus eu besoin d'aucun médicament, et après un certain temps, j'ai commencé à sentir comme si je flottais dans les airs en marchant. Cette sensation était vraiment miraculeuse.

Le Parti communiste chinois (PCC) a persécuté le Falun Gong depuis le 20 juillet 1999. Durant le printemps 2000, j'ai contacté des pratiquants de ma région et j'ai alors commencé à recevoir les nouveaux articles du Maître. Puis, je me suis embarquée sur le chemin de la validation du Fa et du salut des êtres. En ce temps-là, lorsque je distribuais des matériaux de clarification de la vérité, je les glissais sous les portes d'entrée. À travers l'étude du Fa, en particulier en étudiant les nouvelles conférences du Maître, j'en suis venu à comprendre la nature de cette persécution, alors j'ai changé ma façon de distribuer les matériaux, et j'ai commencé à les distribuer aux gens en personne, sans me soucier si c'étaient des fermiers ou des passants. J'ai croisé toutes sortes de gens, et je sentais que mon xinxing progressait de façon spectaculaire. Je vais énumérer quelques exemples.


Marcher dans d'autres dimensions

En 2000, un après-midi avant la saison des récoltes, je me suis rendue à vélo dans un centre de production de matériaux pour y prendre des documents. Dès que j'ai passé le pas de la porte, j'ai senti un vent fort, et la poussière transportée par le vent me rendait incapable d'ouvrir les yeux. En me dirigeant contre le vent, il était difficile de marcher, j'ai alors laissé le vélo de côté. J'ai pensé en moi-même : "Le chef de la perversité est en train de persécuter le Falun Gong dans le monde humain, mais est-ce la même chose dans les cieux ? Comment serait-ce possible?" J'ai alors décidé que quoi qu'il en soit, si le vent ne s'arrêtait pas, je prendrais une autre dimension pour atteindre ma destination. "Il ne doit pas y avoir de vent dans une autre dimension. Je prendrais un autre chemin pour sauver les gens." Dès que je suis remontée sur mon vélo, étrangement, sans le pousser, les roues tournaient toutes seules. C'était comme si quelqu'un me poussait par derrière. Et la même chose se produisait dans les montées. Je voyais seulement les arbres bouger, se penchant d'un côté, mais je n'ai plus du tout senti le vent. Après avoir parcouru environ quatre kilomètres, je suis arrivée à l'endroit de l'étude du Fa. Il faisait très chaud, mais je n'avais pas chaud au contraire je me sentais très confortable. Je n'avais pas réalisé que c'était dans l'autre dimension que j'étais rentré chez moi. C'est vrai, La cultivation dépend de soi-même, alors que la transformation du gong dépend du maître." (Zhuan Falun)

Au printemps 2001, je me suis rendue en ville à vélo. Sur le chemin du retour, il y avait un camion devant moi qui s'est arrêté soudainement. Le conducteur est sorti et commencé à parler à un piéton. j'ai du rapidement faire un écart pour l'éviter, puis j'ai vu un autre camion arriver sur moi. En voyant que ma roue avant allait toucher l'arrière de ce véhicule, j'ai fermé les yeux. Lorsque je les ai rouverts, j'étais déjà à plus d'un mètre plus loin, et le camion m'a dépassée et s'est arrêté à une distance d'environ sept ou huit mètres. Le conducteur me dévisageait, et moi de même. Tous les deux étions conscients qu'il était vraiment bizarre que nous ne nous soyons pas rentrés dedans. J'ai réalisé que le Maître m'avait protégée.

En 2002, nous construisons une maison. Un jour, j'étais en train d'empiler des pierres pour établir une fondation, lorsqu'une pierre m'est soudain tombée sur le pied. La douleur était presque insupportable. J'ai pensé : "Comment une pierre dans cette dimension peut-elle heurter le pied d'une divinité ? Aussitôt, ma douleur s'est arrêtée. Cependant, mon pied était couvert d'ecchymoses qui sont restées visibles pendant plus de deux semaines. Maître avait enduré la douleur pour moi. Le Maître protège sans cesse les pratiquants.

Un jour, je suis sortie et descendais la rue en marchant, lorsque j'ai remarqué que deux charpentiers me suivaient. Le centre de la route était extrêmement boueux. Soudain, une tornade est arrivée, et elle était si forte que je ne pouvais rien voir. Je n'ai pas pu l'éviter non plus. Dans cette situation, j'ai crié en m'adressant au vent, "Vas-t-en loin d'ici." Dès que j'ai eu dit cela, la tornade a disparu, et c'était comme si rien ne s'était passé. J'ai pensé en moi-même, ""Merci Maître, merci Dafa." Je sentais que le Maître était juste à mes côté. Comme j'avais dit ces mots très fort, les deux charpentiers qui étaient derrière moi m'avaient entendu. Ils ont vu la situation avec la tornade et senti que ce qui s'était produit était vraiment miraculeux. Alors, je leur ai clarifié les faits et ils furent très réceptifs à ce que je leur disais.

Après que la maison fut construite, je me reposais chez moi. Il faisait très chaud et humide, et je ne pouvais pas dormir, alors j'ai pensé, "Il n'y a pas de sensation de chaud ou de froid dans d'autres dimensions, c'est là où je dois aller faire une sieste." Puis, je me suis endormie peu après. Après m'être réveillée, je ne sentais ni le chaud ni le froid. C'était vraiment impressionnant. Lorsque je suis sortie l'après-midi, j'ai vu des gens utiliser des éventails. J'étais interloquée. Il ne faisait pas très chaud, alors pourquoi utilisaient-ils des éventails? Cette situation a continué jusqu'au soir. Puis, j'ai compris que j'étais en fait entrée dans une autre dimension et que je ne ressentais donc plus la chaleur.

J'en suis venue à croire que peu importe les difficultés rencontrées dans ma cultivation, tant que j'avais le Maître dans mon esprit, elles seraient résolues. Dans le processus de validation du Fa et du salut des êtres, j'ai eu quelques expériences inoubliables. J'en donnerai deux exemples.


Quitter le centre de détention en sept jours

En 2008, durant les Jeux Olympiques de Pékin, je suis allée au poste de police pour y distribuer des matériaux de clarification de la vérité. On est venu m'arrêter chez moi le lendemain. Lorsqu'on m'a forcée à monter dans la voiture de police, j'ai crié : "Falun Dafa est merveilleux" J'ai continué à crier, "Falun Dafa est merveilleux" lorsque je suis arrivée au poste de police. À l'intérieur, quelqu'un m'a demandé d’où venaient les matériaux. J'ai répondu, "Mon Maître nous a dit que nous ne devions pas coopérer avec vous." Quelqu'un a dit alors, "Comme son Maître a dit cela, nous ne devrions lui poser aucune autre question." Alors ils se sont tûs. Lorsque je leur ai clarifié les faits, quelqu'un est venu avec un verre d'eau et a dit : "Très bien dit. S'il vous plaît, buvez un peu d'eau."

Alors que j'étais détenue en prison, j'ai pensé en moi-même, "Étant donné que je suis ici, c'est comme si j'avais reçu un test. Je dois absolument le passer. Je ne devrais penser à rien d'autre." Les gens qui travaillaient là-bas disaient : "Le chef du gouvernement du village a dit qu'ils te mettraient en camp de travaux forcés pour deux ans." J'ai pensé, "Ce chef est une personne ordinaire. Ses mots ne portent aucune énergie. Seul ce que dit mon Maître compte. Cela dépend aussi de la façon dont j'agis en m'opposant à la persécution."

Lorsque des gens du Parquet sont venus pour enregistrer ma déclaration, j'ai pensé : "Peu importe qui c'est, je ne dois pas coopérer avec eux." Deux personnes sont entrées et ont dit : "Nous sommes là pour enregistrer votre déclaration. Dites ce que vous voulez. Si vous n'avez rien envie de dire, alors ne dites rien. Si vous pensez qu'il est nécessaire de dire quelque chose, alors dites-le. Nous promettons que nous ne vous forcerons pas à des aveux." J'ai pensé "Cela a du sens." Ils ont demandé : "Pourquoi pratiquez-vous le Falun Gong?" En entendant cela, j'ai pensé : "N'est-ce pas une opportunité pour moi de valider le Fa ? Je dois répondre à cette question." Puis, j'ai commencé à leur parler de quelques-unes des choses miraculeuses que étaient arrivées suite à ma pratique du Falun Dafa, comment mes maladies avaient été éliminées et comment j'étais devenue sans maladies en pratiquant les exercices. Ils ont écrit les mots suivants : "Elle a commencé à pratiquer le Falun Gong pour soigner ses maladies."

Puis ils ont demandé : "De qui l'avez-vous appris?" J'ai répondu, "À cette époque, la persécution n'avait pas commencé, et quelques pratiquants de l'extérieur de la ville sont venus dans mon village pour transmettre le Fa, alors je l'ai appris grâce à eux en allant sur les lieux avant que la démonstration ne commence." Il a écrit "Appris sur les lieux"." Puis, il a demandé : "D'où viennent les livres?" J'ai répondu "je les ai achetés." Il a demandé de nouveau, "D'où viennent les matériaux?" J'ai répondu : "Je ne peux pas vous le dire." Alors il a écrit : "Elle a dit qu'elle ne nous le dirait pas." Il demandé : "Pourquoi distribuez-vous des dépliants?" J'ai répondu :"Pour sauver les gens." Puis il a demandé : "Que contiennent les matériaux?" J'ai répondu : "Peu importe ce qu'ils contiennent, c'est pour sauver les gens." Ils ont demandé : "Pratiquez-vous encore?" J'ai répondu : "Tant que je serai en vie, je pratiquerai toujours." Après qu'il eut finit d'enregistrer la déclaration, il a lu ce qu'il avait écrit, puis il m'a dit : "Je n'ai pas modifié un seul mot." Je m'en suis également assuré. Avant qu'ils ne s'en aillent, l'un d'entre eux m'a aussi serré la main. J'ai soudain compris. Je n'avais commis aucun crime. C'était le PCC qui persécutait les bonnes personnes. En pensant à cela, mes pensées droites sont devenues encore plus fortes.


Un jour, ma nièce est venue me voir. Elle m'a dit : "Demandes à ton Maître de te sauver." Elle l'a dit d'un ton ironique. J'ai répondu : "Va à la maison et attends-moi, je serai de retour dans sept jours." Elle a répondu : "Si tu peux véritablement rentrer à la maison dans sept jours, je croirais moi-aussi à ton Maître." Après avoir fait une grève de la faim de sept jours, le septième jour on m'a demandé de récupérer mes effets personnels et de rentrer chez moi. C'est exactement comme ce qu'a dit le Maître dans La grâce entre Maître et disciples :

    Si les disciples sont emplis de pensées droites
    Le Maître a le pouvoir de changer la décision du Ciel
    ("La grâce entre Maître et disciples", extrait de Hong Yin, Volume II)

Les villageois locaux étaient choqués lorsqu'ils m'ont vue rentrer chez moi. Ils ont aussi changé d'attitude envers le Falun Gong.


S'échapper du poste de police

Le 7 décembre 2010, je suis sortie pour distribuer des matériaux de clarification de la vérité. Alors que je m'apprêtais à partir, j'ai vu un camion du gouvernement local peint avec le slogan faisant la promotion de la politique de "l'enfant unique". Une personne dans le camion m'a demandé : "Qu'êtes-vous en train de distribuer?" Je lui ai donné un exemplaire et lui ai dit : "Regardez." Puis, je m'apprêtais à partir. Il a probablement pensé à tort que j'avais eu peur, alors il est sorti du camion et m'a arrêtée. Il a dit : "Savez-vous ce que je suis en train de faire? N'avez-vous pas peur?" J'ai répondu : "Ce que vous faites n'a pas d'importance. Ce qui est important est que vous êtes l'un des êtres que je dois sauver." Cela l'a irrité et il m'a donné une très forte gifle. Je n'ai rien senti, car Maître était en train de me protéger. Tout ce que j'ai entendu était un bruit de craquement. Il a rapidement retiré sa main, alors j'ai compris qu'il devait avoir ressenti une forte douleur.

Le jour où cela s'est produit, la ville organisait une foire, et de nombreux villageois locaux s'étaient réunis autour de moi. C'était vraiment une grande opportunité pour clarifier les faits, alors j'ai élevé la voix et j'ai dit : "Jésus a dit que si quelqu'un vous frappe sur la joue gauche, vous devez lui tendre votre joue droite et lui demander de la frapper aussi." Puis, j'ai tourné ma joue droite vers lui, mais il a rapidement retiré sa main gauche. J'ai dit très fort : "Qui est bon, qui est mauvais, vous pouvez tous le voir, n'est-ce pas? Pratiquer le Falun Gong n'est-ce pas pour être une bonne personne? La pratique du Falun Gong n'enseigne-t-elle pas aux gens à être bons? Avoir le droit de croyance et le droit de s'exprimer ne viole aucune loi. Nous distribuons des matériaux pour sauver les gens. Nous ne violons pas la loi." Puis, je leur ai raconté l'histoire de La pierre du lion à l'œil rouge." La personnedans la voiture a demandé : "Avez-vous dit où l'on devait se tenir pour ne pas être balayé par l'eau?" J'ai répondu : "Si vous pouvez vous tenir suffisamment haut, vous serez sain et sauf; saviez-vous cela?" Tous les villageois locaux se sont mis à rire.

On m'a emmenée au commissariat de la ville. Je leur ai clarifié les faits au sujet du Falun Gong, cependant, ils ne voulaient pas écouter, et ne me laissaient pas parler. Quelqu'un a voulu me menotter. Je lui ai dit que dès que je voyais les menottes, j'étais prise de vertiges, alors j'ai commencé à m'allonger sur le lit, mais ils ne m'ont pas laissée pas m'allonger, alors j'ai dû m'allonger par terre. C'était l'hiver et j'avais très froid. Mais peu de temps après, j'ai senti quelqu'un mettre des vêtements sur moi, en partant des jambes jusqu'à couvrir tout mon corps. J'étais graduellement entourée de chaleur. J'ai deviné qu'il devait s'agir du Maître utilisant son énergie pour réchauffer mon corps.

En voyant que j'étais étendue là et que je ne bougeais pas, ils ont appelé le chef d'équipe de la Brigade de sécurité intérieure. Plus d'une heure plus tard, le chef d'équipe est arrivé. Après qu'il soit sorti de la voiture et entré dans la salle, il a donné coup de pied dans ma jambe puis m'a m'injuriée. Je n'étais pas perturbée et j'ai pensé : "Continuez, je ne rejetterai rien de cela. J'endurerai tout."Voyant que je ne montrais aucune opposition, il est retourné dans la voiture et s'en est allé.

Dès qu'il a été parti, des gens du commissariat ont commencé à se plaindre : "Quelle est la raison pour laquelle on la garde ici? Il est facile de la transférer mais difficile de la renvoyer." Soudain, quelqu'un a crié : "Il est midi pile." C'était comme si le Maître utilisait quelqu'un pour me rappeler qu'il était temps d'émettre les pensées droites. Après avoir émis les pensées droites pendant un moment, j'ai entendu quelqu'un qui était accroupi à côté de moi me dire : "Aimeriez-vous avoir un repas? Voulez-vous boire de l'eau? Pourquoi ne rentrez-vous pas chez vous. Nous ne voulons pas que vous restiez plus longtemps ici." J'ai fait comme si je n'avais rien entendu. J'ai compris qu'ils devaient avoir peur de moi. Après qu'ils m'eussent fouillée, ils ont trouvé ma carte d'identité. Ils ont ouvert mon manteau d'hiver mais ne l'ont pas reboutonné, alors j'eus froid. Mais peu de temps après, j'ai senti de la chaleur. C'était vraiment miraculeux. Je sentais que le Maître était à côté de moi. Par la suite, ils ont contacté ma famille qu'ils viennent me ramener à la maison.

Trois jours plus tard, je suis allée récupérer ma moto. Au moment où ils m'arrêtaient, je leur ai dit que je laisserais ma moto à ma propriétaire, mais les agents de police ne m'ont pas laissée le faire. J'ai pensé : "N'étais-je pas en train d'accorder trop d'attention aux choses matérielles? Ok, je laisserai la moto à la police." Je leur ai remis ma clé ainsi que ma moto. Dès que je suis retournée au commissariat de police, je les ai entendus parler de moi. En me voyant, ils ont tous souri. Après leur avoir dit pourquoi j'étais venue, quelqu'un a dit : "Si vous contactez le greffier, vous trouverez votre moto." Au domicile du greffier, des préparations étaient en cours pour un mariage, et beaucoup de gens étaient présents pour apporter leur aide. Quelques personnes jouant au poker m'ont vue et ont commencè à dire : "Falun Dafa est merveilleux." Lorsque j'ai vu le greffier, il m'a souri et m'a rendue ma moto. Sur le chemin du retour, j'ai pensé : "Bien que je n'ai pas eu la chance de dire quoi que ce soit, ils ont été témoins de ce qui s'est produit, et grâce à cela ils ont changé leur attitude, et peut-être que ces gens seront sauvés."

S'agissant de marcher sur le chemin que Maître a arrangé pour nous, j'ai ressenti que plus nous marchons solidement, plus nous pouvons nous élever rapidement. Nous avons véritablement de la chance de pouvoir marcher sur un chemin divin. Chaque fois, peu importe ce qui se passait, le pouvoir et le miraculeux de Dafa se manifestaient. En fait, Maître a fait tous les arrangements pour nous. Il attend seulement que nous agissions. Je crois personnellement que plus de choses se produisent, plus vite nous pouvons nous élever. Qu'est-ce que la persécution? C'est vraiment une illusion, ou pour ouvrir le chemin pour nous. Cet environnement de cultivation est uniquement préparé pour les disciples de Dafa de la période de la rectification du Fa. Peu importe quelles sortes de difficultés nous rencontrons, notre première pensée doit toujours être dans le Fa et nous devons penser au Maître, de manière à ce que nous puissions sûrement passer le test.

Ceci est mon éveil personnel, à cause de mon niveau limité, veuillez indiquer avec bienveillance quoique ce soit qui vous semblerait inapproprié.

Le 10 février 2012

Version chinoise disponible à : http://www.minghui.org/mh/articles/2012/1/19/不论遇到什么难事-想到师父都能解决-252016.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.