La sagesse de Yan Zi

Yan Zi et Qi Jing Gong

Le pouvoir de persuasion de Yan Zi

1. Qi Jing Gong cesse de boire

Qi Jing Gong, le roi de Qi, aimait boire et fit ainsi pendant sept jours consécutifs.


Un ministre essaya d’avoir une discussion franche avec le roi : "Votre Majesté, vous avez bu pendant sept jours d’affilés. S’il vous plait donnez la priorité aux affaires de l’état et cessez de boire. Sinon, donnez-moi la mort."


Quand le ministre Yan Zi vint voir Qi Jing Gong, le roi commença à se plaindre : " Xuan Chang veut me voir cesser de boire, ou lui donner la mort. Si je l’écoute, je ne pourrai plus jamais à nouveau goûter au vin. Si je ne l’écoute pas, il veut me donner sa vie. Que dois-je faire?"


Yan Zi répondit : "Quelle chance il a de servir un roi généreux tel que vous ! S’il servait des rois tels que Jie ou Zhou, deux tyrans bien connus, il aurait perdu la vie depuis fort longtemps."


Après avoir entendu cela, le roi de Qi cessa de boire.


2.  Le chien de Qi Jing Gong

Quand le chien de Qi Jing Gong mourut, celui-ci ordonna qu’un cercueil spécial soit fabriqué et qu’il y ait de grandes funérailles.


Le ministre Yan Zi en entendit parler et demanda au roi de reconsidérer la question.
Qi Jing Gong répondit : "C’est juste pour s’amuser. "


Yan Zi lui dit : "Votre Majesté, c’est une erreur. Quand vous demandez à vos sujets de vous payer des taxes, vous ne les dépensez pas pour eux. Vous les utilisez pour plaire à vos courtisans. Quel espoir avons-nous dans un état comme celui-ci?  Le pauvre, le faible et la personne âgée meurent de froid, mais un chien peut avoir une cérémonie d’enterrement. Personne ne s’inquiète quand de pauvres personnes meurent, mais un chien peut avoir un beau cercueil et de superbes funérailles. Quand les citoyens sauront votre comportement, ils se plaindront, quand les pays voisins sauront la vérité, ils vous mépriseront. Votre Majesté, vous devriez sérieusement reconsidérer cette affaire. "


Qi Jing Gong suivit le conseil de Yan Zi et abandonna son désir d’enterrement pour son chien.


3. Les oiseaux de Qi Jing Gong

Qi Jing Gong aimait à attraper les oiseaux et les garder. Un jour le gardien des oiseaux Zhu Zou laissa un oiseau s’échapper. 


Qi Jing gong en fût furieux et ordonna qu’on le tue. Yan Zi dit : " Zhu Zou a commis trois crimes. Pourrez-vous me permettre de les lui dire, pour qu’il puisse mourir en paix? "


Qi Jing Gong en fut très heureux et dit : " D’accord." Quand Zhu Zou arriva, Yan Zi s'adressa solennellement à Zhu Zou : "Vous avez commis trois crimes, savez-vous lesquels ? Le premier est que vous étiez supposé prendre soin des oiseaux du roi, mais vous avez laissé l’oiseau s’échapper. Le deuxième est que notre roi doit vous tuer pour un oiseau. Le troisième est que quand cette nouvelle s’ébruitera, tout le monde saura que notre roi se soucie plus des oiseaux que des gens. Vous aurez terni la bonne réputation de notre roi. Vous méritez de mourir mille fois."


Après qu’il eut terminé de dire cela, Yan Zi demanda à Qi Jing Gong de faire exécuter sur le champ Zhu Zou.


Mais Qi Jing Gong répondit : " Non, ne le tuez pas. J’ai appris suffisamment de vos enseignements."


4. Les chaussures sont bon marché et les yongs sont chères

Quand Qi Jing Gong administrait l’état, de nombreux châtiments cruels furent mis en place. Pour un crime mineur la jambe d’une personne pouvait être coupée. Yan Zi essaya de nombreuses fois de demander à Qi Jing Gong d’abandonner cette méthode brutale mais sans succès.


Un jour, Qi Jing Gong voulut montrer qu’il se souciait de l’endroit où vivait Yan Zi. Il trouva que la maison de Yan Zi était trop petite et bruyante et voulut le faire déménager dans une maison plus spacieuse.


Mais Yan Zi déclina poliment : "Je suis attaché à cet endroit, parce que mes ancêtres y ont vécu auparavant. Deuxièmement, c’est au cœur du marché et je peux savoir comment vont les affaires. De plus, c’est très pratique pour faire ses achats ."Le roi eut de l’admiration pour Yan Zi et demanda : " Sais-tu ce qui est bon marché et ce qui est cher au marché? "


Yan Zi saisit cet opportunité et dit : " Bien sûr que je le sais. Les chaussures sont très bon marché, et les yongs, les chaussures pour les gens avec une seule jambe, sont très chères."


Qi Jing Gong ne comprenait pas : " Pourquoi cela? "


Yan Zi : " Parce que de nombreuses personnes commettent des crimes de degrés divers et finissent toutes avec leurs jambes coupées, les chaussures habituelles ne sont d’aucune valeur pour elles. Les yongs sont plus pratiques. »


Qi Jing Gong fut mal à l’aise en entendant cela et par la suite il allégea les châtiments.


5. Le démembrement d’un criminel

Après que quelqu’un eut offensé Qi Jing Gong, il se mit très en colère et ordonna que celui-ci soit ligoté et démembré. Qi Jing Gong déclara même que quiconque oserait le convaincre de faire autrement serait également tué.


Yan Zi sortit et attrapa d'une main l’offenseur par les cheveux en tenant un couteau de l’autre. Sachant pertinemment que les empereurs fondateurs n’avaient jamais fait usage de châtiment cruel sur leurs sujets, Yan Zi leva sa tête et demanda à Qi Jing Gong : " Dans les temps anciens, par quelle partie du corps les empereurs fondateurs commençaient-ils quand ils démembraient leur sujets? "


Qi Jing Gong se leva immédiatement et dit : "Oubliez cela et laissez-le partir. C’est ma faute. "


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.