Sun Changjun, condamné à neuf ans pour avoir intercepté des émissions de la TV câblée, nécessite une aide immédiate (2ème partie)

Nom : Sun Changjun (孙长军)
Genre : Masculin
Âge : 35 ans
Adresse : Inconnue
Profession : Inconnue
Date de la dernière arrestation : Août 2002
Dernier lieu de détention : Prison de la province de Jilin (吉林监狱)
Agglomération : Jilin
Province : Jilin
Persécution endurée : Passage à tabacs, cellule d'isolement, décharges électriques, condamnation illégale, lavage de cerveau, torture

(Suite de la première partie disponible : ici)

Voici presque dix ans qu’un petit groupe de pratiquants de Falun Gong de Changchun (une grande ville du nord-est de la Chine) a intercepté, le 5 mars 2002, des émissions télévisées qu'ils ont remplacées par un contenu sur le Falun Gong et sa répression par le Parti communiste chinois. Cinq des pratiquants impliqués ont été torturés à mort. Un sixième, M.Sun Changjun, qui n’avait alors que 26 ans, a été emprisonné pour neuf ans dans la prison de Jilin. Il s’est déjà retrouvé une fois à l’article de la mort suite à la torture.

M. Sun Changjun a enduré toutes sortes de torture, comprenant le Banc du tigre, les décharges électriques, avoir des côtes fracturées et bien plus. Les longues périodes de torture sont venues à bout de sa jeune santé. Il souffre à présent de tuberculose, de cavités pleurales causées par une tuberculose à long terme, d’une péritonite tuberculeuse, d’effusion pleurale et d’ascites (accumulation de fluide dans la cavité péritonéale causant un gonflement abdominal.) Les autorités ont refusé d’autoriser sa libération malgré son besoin immédiat d'une aide médicale. Nous implorons la communauté internationale d’intervenir et de se faire entendre afin que M. Sun Changjun puisse être immédiatement libéré de prison.


"L'auto-immolation sur la Place Tiananmen" était une mise en scène

Le 23 janvier 2001, veille du nouvel an chinois, il y avait peu de touristes sur la Place Tiananmen. Selon l'agence Xinhua, média officiel du régime communiste, à 14H41 du côté nord-est du Monument aux Héros du Peuple, un homme du nom de Wang Jindong s'est mis le feu. "Quatre policiers ont immédiatement entouré l'homme avec plusieurs extincteurs. " " En moins d'une minute, le feu était éteint." Quelques instants plus tard du côté nord du Monument aux Héros du Peuple, quatre femmes se sont également immolées. Un minute et demi plus tard, la police avait éteint ces feux. La scène entière s'est jouée en moins de sept minutes. Une personne est morte sur les lieux, et quatre autres ont été brûlées. Les médias officiels du gouvernement chinois ont déclaré que les immolés étaient des pratiquants de Falun Gong.

L'incident a soulevé de nombreuses questions.

Le Falun Gong est une cultivation-pratique ( xiulian) de l'école de Bouddha. Ses enseignements interdisent explicitement le meurtre et le suicide. Alors pourquoi de véritables pratiquants de Falun Gong se seraient-ils immolés ? Les policiers qui patrouillent sur la Place Tiananmen ne portent pas d'ordinaire d'équipement de lutte contre l'incendie, alors pourquoi avaient ils entre leurs mains ce jour- là une vingtaine d'extincteurs ? En outre, la police a eu un accès rapide à des couvertures anti-feu, ce qu'on voit rarement dans des circonstances normales.

Une analyse minutieuse des prises de vue diffusées par la station de télévision du régime, CCTV, a montré des inexactitudes significatives. Par exemple, dans le ralenti, une séquence vidéo a révélé que Liu, qui dans la version de Xinhua est censément morte de brûlures, a en réalité reçu un coup violent à la tête avec ce qui semble être une barre de métal, donné par un homme portant un pardessus de l'armée. On l'a vue immédiatement tomber à terre et mourir très probablement du coup. La question se pose : Est-ce que Mme Liu s'est volontairement immolée ou est-elle morte du coup à la tête ?

Peu après que l'incident d'auto-immolation ait été mis en scène, le journaliste du Washington Post, Phillip Pan, s'est rendu dans la ville natale de Liu Chunling, ville de Kaifeng, province du Henan, pour en savoir plus à son sujet. Ses voisins lui ont dit qu'ils ne l'avaient jamais vue pratiquer le Falun Gong. Il a également appris que Mme Liu n'était pas originaire de Kaifeng, qu'elle gagnait sa vie comme hôtesse dans une boîte de nuit, et qu'il lui arrivait de battre sa mère âgée et sa petite fille, ce qui n'est pas quelque chose qu'un véritable pratiquant de Falun Gong ferait.

L'immolé Wang Jindong a été montré comme étant gravement brûlé. Les cheveux humains brûlent très rapidement et le plastique fond, mais ses cheveux et la bouteille en plastique de Sprite soi-disant remplie d'essence entre ses jambes sont restés miraculeusement intacts. Un policier tenait une couverture anti-feu en marchant derrière Wang Jindong, mais il semble avoir délibérément attendu pour en recouvrir Wang, que ce dernier ait crié les mots impliquant le Falun Gong.


Abandonner la vie et la mort pour défendre la vérité

La plus grande crainte du régime totalitaire du PCC est que ses mensonges soient rendus publics et que les gens réalisent ce qui se passe en réalité. Avec l'interception réussie du réseau TV de la ville de Changchung par des pratiquants de Falun Gong, et le remplacement des émissions habituelles par des programmes de " clarification de la vérité " et la portée de l'impact, Jiang Zemin et ses partisans ont été saisis de stupeur, et dans une frénésie de vengeance, ont publié un ordre secret de" tuer [les personnes responsables de l'incident] sans pitié." Bientôt, les policiers ont arrêté plus de 5.000 pratiquants de Falun Gong dans la ville de Changchun, et la plupart ont été brutalement torturés. Pendant leurs arrestations, au moins sept ont été battus à mort. Cinq des noms des pratiquants tués ont été vérifiés : docteur M. Liu Haibo 34 ans ; Mme Li Shuqin 54 ans ; Mme Li Rong 35 ans, diplômée de l'université de Jilin ; M. Hou Mingkai 35 ans ; et M. Liu Yi 34 ans.

Les représentants des tribunaux du PCC ont jugé 15 pratiquants qui avaient participé au piratage du câble TV le 19 septembre 2002. Sitôt entrés dans la salle d'audience ces pratiquants ont commencé à crier : " Falun Dafa est bon," "Falun Dafa est la Loi juste !" La police a paniqué. Initialement deux policiers surveillaient chaque pratiquant, et plus tard trois. Les policiers étaient initialement remplacés toutes les dix minutes, puis toutes les trois à cinq minutes. Le tribunal tout entier était dans le chaos. Les policiers ont utilisé des dizaines des bâtons électriques à haut voltage, se relayant pour en donner des décharges dans les parties sensibles des pratiquants. En dépit de la violence et de la torture, les pratiquants continuaient à crier : "Falun Dafa est bon ! "

Onze pratiquants ont été envoyés à la Prison de Jilin, et quatre pratiquantes à la Prison pour femmes de la province de Jilin et la Prison pour femmes de Heizuizi, le 25 octobre 2002. Les gardiens de la Prison de Jilin ont utilisé les méthodes les plus honteuses et les plus brutales pour maltraiter et torturer les pratiquants. Au cours des neuf ans qui ont suivi, quatre des onze pratiquants sont morts suite aux sévices brutaux et à la torture. Parmi eux, M. Liu Chengjun, qui est mort à l'âge de 32 ans en 2003 ; M. Wei Xiushan, mort en 2004 ; M. Lei Ming, mort à l'âge de 35 ans en 2006 ; et M. Liang Zhenxing, mort à l'âge 46 ans en 2010. M. Yun Qingbin a souffert de problèmes mentaux et il est actuellement détenu au centre de " transformation " dans le pavillon No.8.

M. Sun Changjun a été arrêté à la fin août 2002 et torturé sur un " banc du tigre " pendant deux jours. Lors de son procès en septembre 2002, toute une partie de son corps était brûlé et carbonisé suite aux décharges de bâton électriques à haute voltage. Quand il a été envoyé à la Prison de Jilin le 25 octobre 2002, le soir même les détenus l'ont battu avec des tuyaux en caoutchouc, lui fracturant une côte du côté gauche. Vers la fin 2003, les gardes l'ont placé sous "contrôle strict" pendant plus de 70 jours, il a perdu vingt kilos en conséquence.

En juillet 2005, M. Sun a vomi du sang, à cause du sang dans ses poumons indiquant que sa tuberculose était déjà en phase finale. De novembre 2007 à 2009, M. Sun a souffert de fluide dans la poitrine et l' abdomen et est devenu émacié, l'administration de la prison n'en a pas moins continuellement refusé de le libérer. On a appris que la santé de M. Sun s'était légèrement améliorée, mais son état reste critique.

Souvenirs

Parmi les 15 pratiquants qui ont participé à la tentative réussie de diffuser sur la TV câblée de Changchun des vidéos expliquant la véritable situation à propos de la persécution du Falun Gong, cinq sont morts suite aux sévices brutaux et à la torture. Les pratiquants locaux se rappellent encore leurs voix et leurs sourires, et les souvenirs restent frais dans leurs mémoires.

M. Liu Chengjun était bien bâti et avait une voix profonde. Il était diligent dans son xiulian. Comme les pratiquants se le rappellent, quand ils étudiaient le Fa ensemble, il lisait de façon douce et fluide, ce qui était particulièrement plaisant à écouter. M. Liu a été soumis aux travaux forcés plusieurs fois pour avoir parlé du Falun Gong et de la persécution aux gens qu'il rencontrait, il avait imprimé des matériaux d'information qu'il distribuait pour aider à une prise de conscience concernant la persécution. Il n'a jamais cédé sous la persécution perverse. M. Liu était un père affectueux. Il avait un jour amené son fils de cinq ans, Mohan, dans une résidence où beaucoup de pratiquants vivaient. Le soir, M. Liu caressait doucement la tête de son fils pour l'aider à s'endormir.

M. Liu Chengjun a été brutalement torturé pour avoir participé à l’interception du réseau de la TV câblée de Changchun pour diffuser des programmes du Falun Gong. Il est mort à l'âge 32 ans.

M. Liu Chengjun a été soumis à 21 mois de sévices graves et à une torture impitoyable en prison. Il est mort le 26 décembre 2003, à l'Hôpital de l'amitié Sino-Japonaise, affilié avec l'université de Jilin dans la ville de Changchun. (Article correspondant : Liu Chengjun, Un des Premiers à avoir diffusé la vérité de la persécution sur la TV d’état chinoise meurt dans un camp de travail en résultat de la torture )

M. Liang Zhenxing est mort en mai 2010 après avoir été sévèrement maltraité et torturé pendant presque dix ans dans quatre prisons différentes.


M. Liang était amical et avait toujours le sourire. Chaque jour il essayait de susciter une prise de conscience à propos de la persécution dans les esprits. Il est mort le 1er mai 2010 à l'Hôpital central de Gongzhuling sous la surveillance des gardiens de la prison de Gongzhuling. (Article correspondant: CIFD: Le huitième pratiquant de Falun Gong impliqué dans les diffusions TV à Changchun meurt en détention)

M. Lei Ming était mature et capable. En sélectionnant les lieux pour diffuser les programmes, l'un était proche de la station de télévision sur un mat utilitaire. C'était une situation difficile à gérer, mais aussi le meilleur endroit. Sans cela, la moitié de la population de Changchun n'aurait pas pu recevoir le signal. En dépit des défis, M. Lei a pris l'initiative de le faire. Pendant l'émission, la police a suivi les lignes qui étaient branchées sur le réseau de TV câblée et ils ont accosté M. Zhang Wen et M. Lei sur leur chemin. M. Lei a poussé M.Zhang de côté et il s'est avancé vers la police. Il a été arrêté. Après avoir été terriblement maltraité et torturé, M. Lei est mort le 6 août 2006. ( Article correspondant : M. Lei Ming, qui a participé à la captation du Câble TV à Changchun en 2002 est mort des blessures infligées par la torture)

M. Lei Ming est devenu handicapé et il est mort à l'âge de 30 ans suite aux sévices et à la torture, pour avoir diffusé les faits concernant le Falun Gong en piratant le réseau de TV câblée de la ville de Changchun.

M. Wei Xiushan de Huadian est mort en 2004 suite à une impitoyable torture dans la salle numéro 7 de la prison de Jilin.

M. Hou Mingkai âgé de trente cinq ans a été arrêté le 21 août 2002, et il est mort sous la torture en deux jours de temps. Selon un témoin oculaire, les agents du " Bureau 610 " de la ville de Jilin et les policiers de la division de sécurité intérieure ont arrêté M. Hou et trois autres pratiquants le 20 août 2002. Cette même nuit au moins dix policiers étaient dans la pièce avec M. Hou, et les bruits du passage à tabac pouvaient s'entendre du dehors. M. Hou était dur à la souffrance et n'a pas même gémi. Quelques policiers fatigués de le battre sont entrés dans une pièce adjacente pour faire une pause. Ils ont dit: " Ce type endure beaucoup. Nous ne pourrons pas le casser, même en utilisant toutes sortes de tortures." Des policiers de plusieurs autres secteurs ont été plus tard appelés en renfort. Pendant ce temps, les bruits constants des coups et les malédictions des policiers ont pu être entendus. 30 minutes plus tard, la police a dit: "Hou Mingkai est fini. Il meurt ! " C'était vers 3 ou 4H du matin le 21 août 2000. (Voir également : La persécution et la mort du pratiquant de Falun Dafa, M. Hou Mingkai, qui a diffusé des vidéos de clarification de la vérité dans la ville de Changchun en 2002)

Copie de la carte d'identité personnelle de M. Hou Mingkai

Conclusion

La persécution de 100 millions de pratiquants de Falun Gong par le régime chinois est soutenue par ses politiques génocidaires, telles que : "diffamez leurs réputations, ruinez les financièrement, et détruisez les physiquement,"et "les battre à mort n'est rien et sera compté comme un suicide. " Les experts du domaine juridique considèrent cette persécution comme la "violation la plus grave contre les droits de l'homme depuis la deuxième guerre mondiale." C'est également une énorme catastrophe pour le peuple chinois.

En dépit de la persécution brutale, des millions et des millions de pratiquants croient toujours fermement que le monde a besoin de Vérité-Compassion-Patience. Ils risquent leurs vies pour rationnellement et pacifiquement susciter une prise de conscience à propos de la persécution, soutenant le droit des Chinois à connaître la vérité, dans l'espoir que davantage de gens puissent avoir un avenir meilleur.

Nous invitons toutes les personnes de cœur en Chine et dans le monde à se dépêcher d'apprendre les faits et à travailler avec les pratiquants de Falun Gong pour secourir M. Sun Changjun et tous les pratiquants illégalement emprisonnés.

Version chinoise disponible à :
http://minghui.ca/mh/articles/2011/10/21/长春电视插播者孙长军陷囹圄近十年-亟待营救-2--248172.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.