Plus d’informations sur l’incident d’auto immolation mis en scène Place Tienanmen

Il y a dix ans, en janvier 2001, j’étais recherché par le Parti communiste chinois (PCC), qui avait mis ma tête à prix parce que je pratique Falun Gong. Pour éviter la persécution et valider Dafa, j’ai quitté ma ville natale et me suis rendu à Pékin.

Le Nouvel An Chinois étant proche, je souhaitais envoyer mes vœux aux membres de ma famille et aussi leur faire savoir que j'allais bien. C’était la mi-janvier 2001, et j’ai utilisé un téléphone public pour les appeler.

Plusieurs de mes parents et amis étaient fonctionnaires du Comité politique et judiciaire du PCC et du système de la sécurité publique. Certains étaient fonctionnaires du Bureau 610. Ainsi, les membres de ma famille recevaient souvent des informations internes en tant que tels.

Lors de notre conversation téléphonique de ce jour-là, ils m’ont averti plusieurs fois manifestement inquiets : « Ne vas pas Place Tienanmen pour le Nouvel An ; les conséquences seront trop horribles à envisager. »

Lorsque je leur en ai demandé la raison, ma famille a répondu: « Un ami, fonctionnaire de la sécurité publique a dit que les pratiquants de Falun Gong 'se mettraient le feu', que le gouvernement était informé du plan et qu’il les attendrait Place Tienanmen. »

A cette époque, je n'ai pas pris ça très sérieusement. Quelque chose d’aussi irrationnel que cette soi-disant « mise à feu » ne pouvait être qu’un plan du groupe de Jiang qui calomniait Falun Gong et persécutait les pratiquants. Les pratiquants de Falun Gong cultivent Authenticité-Compassion-Tolérance. Comment des personnes qui connaissent la vérité au sujet de Falun Gong et possédant un raisonnement normal, pourraient croire de telles stupidités et mensonges illogiques ?

Après coup, j’ai vu le reportage au sujet du prétendu Incident d'Auto immolation Place Tienanmen, diffusé à répétitions par la Télévision Centrale de Chine (CCTV). Je me suis immédiatement souvenu de l’avertissement de ma famille, et une fois de plus, j’ai réalisé le degré de perversité et d’impudence du PCC.

Plusieurs années plus tard, j’ai lu l’article d’un pratiquant sur le site Internet Minghui (Version chinoise de Clearwisdom). Ce pratiquant se rappelait son expérience d’avoir été détenu dans le centre de détention du département de police de Pékin. Il a été mis dans la même pièce que Xue Hongjun, qui avait participé à la soi-disant « Auto immolation ». Le pratiquant a personnellement vu Xue Hongjun faire des pieds et des mains pour avoir une cigarette des autres prisonniers pour avoir une cigarette et le mauvais comportement de Xue de par sa dépendance au tabac. (Il est bien-connu que les pratiquants de Falun Gong ne fument pas.) Ceci m’a rappelé ma propre expérience, alors que j’étais illégalement détenu dans le centre de détention du département de police de Pékin.

Un jour, fin avril ou début mai 2001, j’ai reçu l’ordre de me rendre dans une piéce où on devait prendre une photo de moi. Une fois arrivé, j’ai vu que quelqu’un s’y trouvait déjà. Il tenait un morceau de papier blanc devant sa poitrine et attendait que sa photo soit prise. Sur le papier, il y avait trois grands mots noirs : « Liu Yun Fang. »

Dans le centre de détention, habituellement, les gardes séparaient les pratiquants de Falun Gong des détenus criminels, lorsqu’ils les interrogeaient ou les prenaient en photo. Ainsi, j’ai naturellement pensé que cette personne était un pratiquant de Falun Gong. J’étais très heureux de voir un compagnon de pratique après avoir été détenu pendant si longtemps (dans le centre de détention les pratiquants ont l’interdiction d’avoir des contacts les uns avec les autres; même une expression dans les yeux entrainaient pour les pratiquants des décharges électriques ou même d'autres tortures plus graves de la part les gardes.) Je me suis rapidement dirigé vers lui et l’ai salué, espérant lui dire un mot d’encouragement.

A ma surprise, cependant, ce « Liu Yun Fang » a semblé ne pas entendre du tout mes chaleureuses salutations. Je me tenais à seulement quelques centimetres de lui. Il semblait avoir les yeux vitreux; il n’y avait pas de réponse du tout dans ses yeux fixes. Il n’a pas du tout réagi à mes salutations.

Mon cœur a tremblé. Mon instinct me disait qu’il n’était pas une personne normale. Ses yeux morts et son expression faciale anormale m'indiquant clairement que quelque chose n’allait pas chez lui.

Après cela, la CCTV a continué à faire un battage médiatique de l’incident d'auto immolation Place Tienanmen. Dans le programme, Liu Yun Fang jouait le rôle d’un pratiquant qui refusait d’être transformé. Après l’avoir vu en personne et considérant à présent son expression faciale dans l’entretien diffusé, je suis sûr que cet homme était mentalement instable. Dans le programme, Liu a mentionné qu’en prison, les gardes le traitaient humainement, et qu’il avait même la liberté de pratiquer les exercices à l'intérieure de la prison, ce qui était absolument interdit partout ailleurs. Ce genre de divagation m'a non seulement fait voir le cynisme du PCC, mais aussi la stupidité pure et simple du groupe de Jiang Zemin.


Contexte:

Après le 20 juillet 1999, la faction de Jiang Zemin a lancé une campagne de désinformation à grande échelle afin de justifier sa persécution de Falun Gong et échapper à la condamnation du monde. Une fois la persécution lancée, les média dirigés par l’état ont inondé la presse écrite et les ondes de mensonges concernant le fondateur du Falun Gong, M. Li Hongzhi, et Falun Gong.

Début 2001, désespéré de ne pouvoir renverser la tendance contre Falun Gong, le PCC a tenté un coup scandaleux : la mise en scène de l’auto-immolation de cinq personnes place Tiananmen. Les médias d'état en ont alors fait porter la responsabilité sur le Falun Gong

Version chinoise disponible à :
http://www.minghui.org/mh/articles/2011/1/30/我所知道的自焚真相-235508.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.