"Weekend pour la femme", un magasine bulgare, publie un article en faveur du Falun Gong : "Une femme chinoise sauvée de la mort par un enseignement secret "

Ci dessous l’intégralité de l’article :

Une femme chinoise est sauvée de la mort par un enseignement secret

Une puissance de vie
Liu Wei est architecte, elle a 38 ans et est une des millions de personnes dans le monde qui pratiquent l’ancienne méthode chinoise du Falun Gong. C’est une collègue qui est à l’origine de son enthousiasme pour cette pratique. Elle a commencé à pratiquer par curiosité après s’être activement engagée dans le sport. Elle a même pratiqué le qigong et le yoga. Mais cette pratique s’est avérée exceptionnelle et très efficace en termes de santé. Plusieurs de ses maladies ont définitivement disparu. " J’ai découvert quelque chose de magique. Et en plus de gratuit " a dit Liu. " Lorsque j’ai commencé à pratiquer ma santé a connu une amélioration rapide et mon corps a été renforcé. C’est quelque chose de tangible. Mais ce n’est pas seulement pour le corps", a ajouté aussitôt cette dame lors de notre rencontre alors qu’elle était de passage à Sofia.

La pratique millénaire du Falun Gong guérit des maladies incurables
Qu’est-ce que Falun Dafa ou Falun Gong ? C’est une philosophie dont les trois principes –Authenticité-Compassion-Tolérance, l’aident à se sentir bien et pas seulement physiquement. Son point de vue sur la vie et son caractère ont changé. Grâce au Falun Gong elle communique avec compassion et son désir d’aider les autres la rend efficace. " Je me sens très calme et en harmonie avec moi-même. "

En raison des effets positifs de cette pratique millénaire, il y a environ cent millions de personnes qui la pratiquaient en Chine avant 1999. C’est-à-dire 8 pour cent de la population chinoise. C’est une sorte de méditation similaire au yoga et au Tai qi. C’est libre et n’importe qui peut s’y joindre. Les exercices sont faciles à apprendre. Il n’y a pas si longtemps, cette pratique, comme beaucoup d’autres, était transmise seulement de maître à disciple. C’était une des pratiques qui ont été gardées secrètes à travers les âges.


Interdite par le régime chinois
La vérité brutale que les pratiquants étaient plus nombreux que les membres du Parti, est restée en travers de la gorge du régime communiste chinois. Comme il n'y a pas de listes de membres ni d’organisations, difficile de dire combien de gens dans le monde pratiquent ce système. " Falun Gong n’est ni religieux, ni politique, et c’est vraiment ridicule de croire qu’il puisse faire perdre son pouvoir au parti communiste. " s’est étonnée Liu. Quoiqu’il en soit, l’ex chef d’état et dirigeant du parti Jiang Zemin a annoncé que les pratiquants étaient les "ennemis de la nation." Depuis, la persécution et les assassinats ont continué jusqu’à aujourd’hui.

Pouvez vous imaginer que des exercices soient une raison de vous persécuter ? Liu "en a pourtant fait l’expérience " lorsqu’elle a oublié un imprimé du Falun Gong sur son bureau. Sa collègue l’a dénoncée au gardien et le lendemain lorsqu’elle est allée travailler, elle a été arrêtée. De septembre 2001 à Janvier 2003, elle a été détenue dans un camp de travail de Pékin pendant 18 mois. Dans ce camp, elle a été soumise au travail d’esclave, à la torture physique, la cruauté mentale et a été privée de sommeil et de l’usage des toilettes.

On lui a fait souvent subir des examens médicaux : observation de l’état de ses organes internes, examen du sang et du cœur. Selon elle ceci est lié à la pratique de prélèvement d’organes sur les pratiquants de Falun Gong qui a été prouvée par des organisations internationales de droits de l’homme. Elle pense que c’est un miracle qu’elle soit encore en vie après avoir été victime potentielle de ce nouveau type de génocide.


La vie dans le camp
“En un instant, vous commencez à vous demander si ce que vous avez fait est vraiment mauvais. Votre monde s’effondre et vous vous prenez à penser que la mort serait préférable. » Mais ce qu’elle a appris l’ »a sauvée dans ses plus durs moments. " Lorsqu’ils me battaient, je ne les haïssais pas. Je voulais leur expliquer ce qu’est le Falun Gong. " Puis elle a pensé à tout ce qu’elle avait appris et cela lui a donné la volonté de vivre.


Pas de restrictions en Allemagne
Liu a eu de la chance. Elle a réussi à aller en Allemagne en tant qu’étudiante. Naturellement, un visa est nécessaire. Les dossiers des pratiquants de Falun Gong sont entrés dans un système informatisé, mais par chance le sien a été perdu. Autrement, elle n’aurait pas pu quitter le pays. Elle travaillait dans un organisation d’état tenue par une société autrichienne et connaissait l’allemand. C’est ce qui l’a aidée. Depuis 2004, elle vit en Allemagne et présente actuellement un examen d’état en architecture à Dortmund.

“La chose la plus importante pour moi est d’avoir la liberté. Je peux pratiquer le Falun Gong et informer les gens à son propos. La société dans l’ensemble est différente, sans restrictions. Au début j’étais déstabilisée lorsque je voyais un policier. "

Ses parents vivent toujours à Pékin mais il y a quatre ans, ils ont pu venir la voir en Allemagne. Heureusement son mari à réussi à venir en Allemagne deux mois après elle et ils sont aujourd’hui réunis. Il ne pratique pas le Falun Gong mais ne l’en a jamais empêchée. Il étudie la logistique et travaille pour subvenir aux besoins de sa famille.


Quel est le mystère ?
Après avoir été un enseignement spirituel populaire ,Falun Gong est aujourd’hui interdit en Chine. La pratique spirituelle est un crime. En parler publiquement peut conduire à l’arrestation, au camp de travail, à la torture ou même à l’exécution. C’est ce que disent les disciples de la pratique et de nombreuses organisations de droits de l’homme. Les autorités chinoise qualifient le mouvement de " culte " ou de "secte " et chaque pratiquant dans le pays est considéré comme un ennemi du Parti.

Falun Gong est pratiqué partout dans le monde et aussi en Bulgarie. Les pratiquants locaux se réunissent les week-end au Parc du Sud où ils font leurs exercices. La majorité des pratiquants bulgares sont de Sofia.


Comment la pratique a aidé une dame de 90 ans
“je peux vous parler d’une famille que je connais où il y a neuf filles. Leur mère, qui avait alors 90 ans a commencé à apprendre les exercices et les a beaucoup aimés. Son état mental et physique s’est amélioré, elle maintient jusqu’à aujourd'hui un rythme de vie formidable et est une des femmes les plus incroyables que j’ai rencontrées."


L’article est écrit par Lyusiena Krumova

Originellement publié en bulgare et disponible à :
http://bg.clearharmony.net/articles/201009/5081.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.