Un discours prononcé à la conférence des Nations Unies dénonce l’abus de drogues psychiatriques dans la persécution du Falun Gong

Série de reportages de la 13ème session du Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies
 

M. Chen Shizhong prend la parole à la réunion des Nations Unies

Le matin du 15 mars 2010, M. Chen Shizhong a fait un discours à la 13ème conférence des droits de l’homme des Nations Unies, au nom de l’Association des Nations Unies, chapitre de San Diego. Il a demandé instamment aux Nations Unies de prendre des mesures pour mettre fin à la violation continuelle par le régime chinois communiste de la liberté de croyance des pratiquants de Falun Gong. Il a également souligné que le régime communiste chinois avait intensifié sa persécution des pratiquants de Falun Gong en leur injectant des drogues nocives pour le système nerveux, afin de complètement détruire leur capacité à penser, demeurer déterminés dans leurs croyances et préserver leur conscience. Durant la conférence, le délégué du régime communiste chinois a fait plusieurs tentatives pour interrompre le discours de M. Chen mais s’est fait rejeter par le président de la conférence.


Le régime communiste chinois administre des drogues pour détruire les esprits des pratiquants de Falun Gong

Durant les sessions du Conseil des Droits de l’homme des Nations Unies, le Groupe des Droits de l’homme du Falun Gong a soumis un rapport intitulé : " Le Parti communiste chinois (PCC) administre des drogues psychiatriques pour détruire les esprits des pratiquants de Falun Gong. " Le rapport exposait le crime du PCC consistant à détruire les esprits des pratiquants de Falun Gong en leur administrant des substances chimiques endommageant leurs systèmes nerveux central. Les 1088 cas compilés rapportés montrant que des pratiquants de Falun Gong totalement sains d’esprit et en bonne santé ont été soumis à des tortures impliquant l’injection de substances psychiatriques. Il listait aussi plus de 200 hôpitaux impliqués dans ces cas de persécution.

M. Chen a dit dans une interview : “Ces dernières onze années, le PCC a employé toutes sortes de moyens de torture pour brutalement abuser et maltraiter les pratiquants de Falun Gong, dans une tentative de les forcer à renoncer à leurs croyances. Il y a eu un grand nombre de cas documentés dans les rapports du Rapporteur spécial des Nations Unies, qui ont été officiellement vérifiés par les NU. La persécution des pratiquants de Falun Gong par le régime du PCC a persisté pendant onze ans. Il a utilisé les méthodes de torture les plus sinistres dans la persécution des pratiquants de Falun Gong mais a échoué à les soumettre. En de telles circonstances, le PCC à recouru à l’administration de drogues endommageant le système nerveux des pratiquants, afin de ruiner leur capacité à penser et leur conscience. D’après ce que nous avons appris, plus d’une centaine de pratiquants de Falun Gong qui ont été forcés à prendre ces sortes de drogues sont devenus handicapés, blessés et même sont morts. Ce ne sont que les cas qui ont été enregistrés et ont pu sortir de Chine par différents moyens. La situation actuelle est de loin plus sévère que celle révélée par ces cas.


M. Zhang Jian blessé d’un tir dans la jambe le 4juin 1989, et qui a encore une balle dans la jambe, a écouté le discours de M. Chen à la salle de conférence des NU. Il a dit : " Le régime communiste chinois réprime, arrête de nombreux prisonniers de conscience, comme les pétitionnaires, les défenseurs des droits de l’homme, les activistes pour la démocratie, et les pratiquants de Falun Gong, et les fait entrer de force dans des hôpitaux psychiatriques. Le PCC entend les détruire physiquement, les vaincre mentalement et ruiner leurs réputations. Il transforme des personnes de conscience en patients ayant des problèmes mentaux. "

Le Délégué du PCC échoue à interrompre le discours de M. Chen

Durant la session du matin du 15 mars, le délégué du PCC a tenté d’interrompre le discours de M. Chen sous prétexte qu’il n’est pas membre d’une Association des NU, et en même temps a demandé au président de la conférence, M. Alex Van Meeuwen, Ambassadeur belge aux Nations Unies, de le faire contrôler par le Secrétariat. Le Secrétariat a rapporté après vérification au président que l’Association des NU est une organisation non gouvernementale, et que M. Chen Shizhong est un membre du Chapitre de San Diego de l’association. Après que M. Meeuwen ait annoncé le résultat de la vérification et invité M. Chen à faire son discours, le délégué du PCC a mis en question la procédure de vérification du Secrétariat et les matériaux qu’ils avaient examinés, prétendant que le discours de M. Chen ne correspondait pas au sujet de la conférence, et se plaignant que l’examen et la vérification par les NU de l’identité des porte paroles des organisations non gouvernementales n’étaient pas suffisamment strictes. Il a tenté d’utiliser d’autres raisons dans sa tentative d’empêcher le discours de M. Chen, mais le président Meuuwen a rejeté ces demandes inappropriées. Le délégué du PCC a également incité le représentant de Cuba à l’UNCHR à soutenir ses requêtes déraisonnables et tentant de forcer la main au président. Dans cette impasse, le délégué des EU a pris la parole et souligné que la tentative du délégué d PCC d’empêcher le discours de M. Chen était déraisonnable et inutile, et une perte de temps pour chacun.


Le délégué du PCC a essayé plusieurs fois d’empêcher M. Chen de faire son discours, et le délégué des Etats-Unis a également demandé par deux fois au Président de permettre à M. Chen de faire son discours. Le discours de M. Chen a été repoussé de plus d’une heure suite à l’intervention du délégué du PCC, mais cela a attiré l’attention des délégués et des organisations de droits de l’homme de nombreux pays. Lorsque M. Chen a finalement fait son discours, toute la salle était silencieuse, et chaque mot de son discours a touché les cœurs. La question du Falun Gong a une fois de plus été abordée sur la scène internationale, permettant aux gouvernements de différents pays d’obtenir une compréhension plus profonde de la catastrophe ayant cours en Chine. De nombreuses personnes ont demandé le texte du discours de M. Chen lorsqu’il a eu fini.


Une personne présente à la conférence demande le texte du discours de M. Chen Shizhong (au milieu). M. David Littman (à droite )


M. David Littman est un représentant de l’Association pour l’éducation mondiale aux Nations Unies. Il était mécontent de l’interférence du délégué du PCC avec le discours de M. Chen. Il a dit que toutes les organisations non gouvernementales devraient bénéficier de la liberté de s’exprimer pour autant qu’ils sont examinés et approuvés. Ils ne devraient pas être remis en question par tout autre délégué. Le discours de M. Chen était très important. Il devrait être autorisé à faire son discours. Le délégué chinois et les NU devraient s’occuper de cette affaire de violation des droits de l’homme.


Ce qui suit est le texte du discours de M. Chen Shizhong à la Conférence du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies: [Traduit de l’anglais ]


Merci M. le Président, l’Association des Nations Unies – San Diego, demande instamment au Conseil de prendre des mesures pour mettre fin à la violation incessante de la liberté de croyance des pratiquants de Falun Gong. Nous sommes particulièrement concernés par le fait de l’intensification du recours, par le gouvernement chinois, à des substances chimiques endommageant les nerfs pour torturer les pratiquants de Falun Gong. Un récent rapport soumis à votre attention a documenté plus de 1.000 cas de médication nocive. Des volumes et des volumes de rapports des propres rapporteurs spéciaux du Conseil ont documenté des milliers de cas de torture sévère et de meurtre de pratiquants de Falun Gong par les autorités chinoises. Le Rapporteur spécial Asma Jahangir a déclaré dans son rapport annuel que : " La cruauté et la brutalité de ces actes allégués de torture défiaient toute description. " Echouant à briser la volonté des pratiquants de Falun Gong par la torture physique, les autorités chinoises ont intensifié l'utilisation de substances chimiques endommageant les nerfs, pour détruire leur capacité à penser et leur conscience. Cette terrifiante torture médicale assassinant l’esprit a rendu folles des centaines de personnes et en a tué un grand nombre. Du fait du blocage du flux de l’information, on craint que les atrocités ne soient plus étendues. Le rapport a également cité plus de deux cents hôpitaux qui ont pris part dans l’administration de substances chimiques nocives. De plus, des professionnels médicaux conseillent aussi et assistent la torture dans les centres de détention et les camps de travail. Ceci souligne la généralisation de la torture médicale en Chine. De plus, les Rapporteurs spéciaux Jahangir et Nowak ont à répétition demandé à la Chine d’expliquer l’allégation de prélèvement d’organes de pratiquants de Falun Gong. Tout ceci soulève la question du rôle des professionnels médicaux dans les violations des droits de l’homme. En conclusion, l'UNA-SD appelle la communauté internationale à prendre ouvertement position contre la médication assassinant l’esprit. Demeurer silencieux face à un tel meurtre est un suicide de notre conscience collective et de l’humanité.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.