"La vision du poète”

 

Je pensais connaître assez bien Li Bai. Quand j’étais enfant, je pouvais réciter plusieurs de ses poèmes. J’appréciais son audace sans inhibition, son caractère simple et abordable. Mais ce n’est qu’après avoir vu le programme ' La Vision du poète’ dans le spectacle de Divine Performing Arts que j’ai pu voir le vrai Li Bai. Ce qui suit est une histoire concernant la vie de Li Bai.


Li Bai était plein de talents, mais l’empereur n’appréciait pas son génie. Ce qui naturellement déprimait Li Bai. Donc après avoir été rétrogradé, Li Bai quitta la capitale. C’était alors la Fête du Double Neuf, et les fleurs jaunes de chrysanthèmes étaient partout en floraison. Li Bai but beaucoup de vin (1), et se rendit dans les montagnes pour y rechercher la paix de l’esprit. Là, il écrivit le poème suivant exprimant son sentiment :


Effacer la déprime d’un millier d’années,
Traîner autour de centaines de cruches de vin.
En cette agréable nuit un bavardage futile serait préférable,
Je n’ai pas pu m’endormir à cause de l’intense clair de lune.
Après m’être enivré, je m’allongerai sur la montagne vide,
Le ciel comme couverture et la terre comme oreiller.


Bien que Li Bai fut grand, ses mouvements étaient rapides et gracieux alors qu’il titubait dans les montagnes avec son vin. Après avoir bu et bu, il s’endormit et fit un rêve dans lequel des fées immortelles vinrent lui rendirent visite.


Les fées étaient jolies et d’apparences voluptueuses. Elles dansaient superbement comme dispensant une douce rosée. Puis elles quittèrent Li Bai avec un sourire. Les gens parlent souvent de paradis et du monde humain. En fait, comment le monde humain pourrait-il être comparé au paradis ?


Li Bai inspiré par la beauté de la danse des fées écrivit un autre chef-d’oeuvre après son réveil :


A la Fête du Double Neuf j’ai bu sur la Montagne Long,
Les fleurs jaunes me souriaient et me poursuivaient.
J’observais le vent pompette faisant envoler le chapeau,
J’ai bien dansé et la lune me pressait de rester.


Nous pouvons comprendre pourquoi Li Bai était déprimé quand il a été rétrogradé et pourquoi il a voulu boire beaucoup de vin après avoir quitté la capitale. Mais être ivre, cependant, n’a pas interféré avec sa source créatrice, parce que l’inspiration lui venait du ciel. L’esprit de Li Bai avait déjà atteint le ciel tandis qu'il observait d'en haut le monde profane, pour écrire. C’est pour cela qu’il fut respecté comme un “Poète Immortel.” Ses œuvres reflétaient grandement l’harmonie entre le ciel et les êtres humains. Si les vies viennent du ciel, alors n’est-il pas vrai que toute chose, y compris notre culture, notre civilisation, les arts, nos compétences, etc., viennent également du ciel ?


Alors pour quelle raison les être humains vivent-ils dans ce monde ? N’est-ce pas pour qu’ils retournent dans leurs foyers au ciel ?


La raison pour laquelle Li Bai pouvait abandonner ses soucis est qu’il savait que dans le ciel il y avait une lune brillante, des fées dansantes, des nuages propices et l’immensité de la Voie Lactée. C’est ce qu’il recherchait. Considérant sa rétrogradation, il en fit fi avec un sourire parce que c’était tout comme le vent faisant s’envoler le chapeau ; pourquoi se tracasser au point d’avoir l’esprit troublé ?


(1) ndt : il s’agit du vin de chrysanthèmes, qui a des vertus apotropaïques


Version chinoise : 观神韵《李白醉酒》

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.