Rapport annuel 2008 du Centre d’Information du Falun Dafa, 7ème partie : liberté d’expression et liberté de presse

--Intensification de la campagne contre le Falun Gong en Chine avant et après les Jeux olympiques
 

7ème partie : Rapport annuel 2008 du Centre d’Information du Falun Dafa
14 février 2009


Le Falun Gong est resté l’un des sujets les plus censurés dans les reportages faits en Chine à la fois pour les organes de presse chinois et étrangers en 2008. La répression pré olympique comportait des détentions et des condamnations d’adhérents qui avaient en leur possession, ou avaient produit ou distribué des dépliants non autorisés et liés à leur droit à la liberté d’expression.


Pour les journalistes locaux, il est resté évident que les seuls reportages autorisés sur le sujet étaient ceux qui étaient dirigés par le département central de la Propagande -- notamment l’interdiction de rapporter les cas d’arrestation, de condamnation ou de torture d’adhérents ou leurs actions de résistance pacifique ainsi que des directives durant certaines périodes pour transmettre de la propagande anti-Falun Gong.


Propagande anti-Falun Gong avant les Jeux olympiques
Pour tenter de justifier la répression préolympique d’adhérents, d’après la Commission exécutive du Congrès américain sur la Chine - qui surveille la situation des droits de l’homme en Chine (Congressional-Executive Commission on China CECC) - 2008 a vu une « augmentation de la propagande anti-Falun Gong avant les Jeux olympiques – les officiers de la sécurité chinoise ont fait des déclarations avant les Jeux olympiques qui visaient à lier le Falun Gong avec des menaces terroristes, mais sans produire aucune preuve sur ces assertions. »


« En avril 2008, le bureau 610 du gouvernement central a émis une directive interne aux gouvernements locaux de tout le pays mandatant des activités de propagande visant à empêcher que le Falun Gong « interfère ou nuise » avec les Jeux olympiques. Des références à cette directive sont faites sur les sites officiels de chaque province et à tous les niveaux du gouvernement. Les autorités locales ont distribué la directive largement dans le but de solliciter l’opinion publique. On peut trouver ces références sur différents sites Web allant d’entités publiques ayant des relations indirectes avec l’Etat (entreprises publiques, écoles publiques, universités, jardins publics, télévisions, bureaux météorologiques, etc.) jusqu’à des entités commerciales et sociales sans lien apparent avec l’Etat. »
Pour les journalistes étrangers, en dépit des régulations assouplies de manière ostensible pour leur donner un certain accès à l’information, d’après le club des correspondants étrangers de Chine dans son « rapport en ligne », s’agissant du Falun Gong, la tendance récente a été un « accès nul » et c’est le seul sujet décrit dans des termes absolus.
Voir :http://www.fccchina.org/sensitiveareas.html

Répression contre la distribution de dépliants non autorisés
En raison de l’incapacité des médias chinois à faire des reportages objectifs sur le Falun Gong, les adhérents dans le pays ont continué dans leur stratégie de produire des documents fabriqués artisanalement et des DVD contenant des informations sur leur pratique, les violations de leurs droits, et l’histoire plus large du régime communiste chinois. Malgré la nature pacifique et autorisée par la Constitution de telles actions, on a recensé des arrestations et condamnations massives et systématiques d’adhérents du Falun Gong pour le simple fait d’avoir en leur possession, d’avoir préparé ou distribué de tels documents, en particulier durant les mois entourant les Jeux olympiques. Un grand pourcentage de ceux qui ont été détenus dans les mois qui ont précédé les Jeux olympiques ont été arrêtés sans mandat d’arrêt chez eux où sur le lieu de leur travail. Souvent leur domicile a été saccagé par la police et leur équipement informatique confisqué, ainsi que leurs documents et autres supports liés au Falun Gong.


Le site internet local du gouvernement chinois à Liulitun à Pékin décrivait une réunion en janvier 2008 de responsables locaux sur la manière de traiter le Falun Gong avant les Jeux olympiques. Parmi les directives émises lors de la réunion on trouvait le besoin de « mobiliser le pouvoir des masses des résidents pour dénoncer rapidement ceux qu’ils surprendraient en train de distribuer des documents [du Falun Gong]. » Durant les mois qui ont suivi cette réunion, au moins 36 adhérents ont été détenus dans la région alentours.

Selon un rapport du CECC :
« En juillet [2008], les médias d’Etat chinois ont rapporté l’arrestation de 25 pratiquants du Falun Gong et la destruction de 7 sites de production de documents sur le Falun Gong dans la région autonome ouighour du Xinjiang. »


Prisonniers religieux : « Ha Jingbo et Jiang Ruoling, deux professeurs d’école primaire du comté de Dongfeng dans la province de Jilin, que les autorités ont détenues en juin 2008 pour avoir distribué des documents sur le Falun Gong. Après avoir emmené les deux femmes au bureau de la sécurité publique de Dayang, des policiers les ont violemment battues dans le but de les forcer à parler. Ces femmes sont actuellement détenues au centre de détention du comté de Dongfeng pour des motifs inconnus. »


Prisonniers religieux : « Yang Xiyao, 68 ans, résidant du comté de Yanshan dans la province de Hebei, que les autorités détiennent depuis le 20 mai 2008, après une descente chez lui lors de laquelle ils ont confisqué ses livres sur le Falun Gong. Yang est resté en prison pendant 6 ans de 2000 à 2006 pour une peine totale de 10 ans prévue à la prison de Baoding en raison de sa croyance en Falun Gong. Les policiers l’ont relâché en 2006 pour raisons médicales suite à des palpitations cardiaques et des blessures suite aux tortures. Yang est de nouveau à la prison de Baoding. On ne sait pas s’il continue à purger sa peine actuelle ou si les policiers ont prolongé sa peine suite à de nouvelles charges. »
Extraits du CECC complets sur le Falun Gong, à l’adresse :
http://www.faluninfo.net/article/843/?cid=76


Zhang Xingwu
M. Zhang Xingwu, 67 ans, professeur de Sciences physiques à la retraite de l’université normale de la province de Shandong, et son épouse, Mme Pinjie Liu ont été arrêtés chez eux le 16 juillet 2008. Ces dernières années, M. Zhang avait mis en place un point chez lui pour imprimer des bulletins d’information non autorisés et des VCD. Ces bulletins d’information étaient notamment l’hebdomadaire de Minghui, une compilation d’articles sur le Falun Gong et les violations des droits de l’homme commises contre ses adhérents. Il y avait également des copies de l’éditorial des « Neuf commentaires sur le Parti communiste » publié par le journal de langue chinoise basé à l’étranger The Epoch Times. Suite aux efforts de Zhang pour distribuer ce genre d’information sensible, la police locale le considérait comme une cible prioritaire dans la purge pré-olympique.


D’après sa sœur qui vit à New York, six autres pratiquants locaux du Falun Gong qui avaient distribué des documents qu’il avait préparés ont également été arrêtés récemment, ce qui augmente le risque pour Zhang d’être condamné pour une peine plus longue. Deux documents obtenus du Centre d’Information du Falun Dafa, validés par le tampon officiel de l’agence de sécurité locale, confirment l’arrestation du couple. D’après un document, M. Zhang fait face à des charges telles que « utiliser une organisation hérétique pour miner l’application de la loi », provision très vague du code criminel souvent utilisée pour condamner des adhérents du Falun Gong à des peines de prison allant jusqu’à 12 ans :
Voir : http://www.faluninfo.net/article/797/?cid=84


Depuis janvier 2009, Zhang est resté au centre de détention municipal de Jinan, car les autorités auraient envisagé de soumettre son dossier au système judiciaire ou de « rééducation par les travaux forcés » pour une éventuelle condamnation. Sa famille n’a pas été autorisée à lui rendre visite.
Pour le récit complet de l’arrestation du couple,
voir :
http://www.nydailynews.com/opinions/2008/08/24/2008-08-24_the_chinese_government_is_terrorizing_my-3.html


Diffusion de New Tang Dynasty TV interrompue :
Portant un coup fatal à la liberté de l’information en Chine, le 16 juin 2008, la diffusion en Asie de New Tang Dynasty Television a été interrompue. D’après l’entreprise de diffusion par satellite européenne Eutelsat, qui héberge cette station, la cause présumée de l’interruption serait d’origine technique. Cependant le 23 juin, l’organisation garante de la liberté de la presse dans le monde, Reporters Sans Frontières, a publié l’enregistrement d’une conversation avec un employé d’Eutelsat reconnaissant que la coupure était motivée par une volonté délibérée de s’attirer les faveurs du régime chinois.
Voir : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=27818


A ce jour la diffusion n’a pas été rétablie, privant les millions de téléspectateurs en Chine d’informations non censurées sur le Falun Gong, le Tibet, les Jeux olympiques, le scandale du lait contaminé et d’autres problèmes vitaux du public chinois.


Pour lire le rapport complet du CIFD : http://faluninfo.net/topic/154/
(pour télécharger la version complète du rapport annuel 2008 en PDF)


Contact presse en France : Hélène Tong (06.22.45.63.81) ou Christel Gassie (06 74 90 02 85)
International : http://www.faluninfo.net/
Contacts US: Gail Rachlin (+1 917-757-9780), Levi Browde (+1 646-415-0998), Erping Zhang (+1 646-533-6147), or Joel Chipkar (+1 416-709-8678)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.